Parue chez Dargaud au mois d’avril, CIGARETTES est une BD qui dénonce les turpitudes de l’industrie du tabac.

Lorsque j’ai entendu parlé de la BD pour la première fois, c’était dans cette vidéo de promotion. Dès les premières secondes, l’auteur Pierre BOISSERIE déclare que l’industrie du tabac fait son business “en vendant un produit qui n’est pas le tabac, mais la nicotine (en fait) qui provoque des maladies et la mort de la moitié de leur consommateurs.”

Totalement faux

La nicotine ne provoque aucune maladie, et c’est bien uniquement le tabac (fumé) qui est à l’origine de toutes les maladies et du fléau sanitaire.

La BD Cigarettes a été réalisée en partenariat avec le CNCT (Comité National Contre le Tabagisme), ce sont des spécialistes, il est donc étonnant qu’ils aient laissé passé une telle énormité. Pour le vapotage, la diabolisation de la nicotine (à tort) est une plaie, cela contribue à effrayer les gens, surtout les fumeurs, qui au lieu de tenter une solution pour arrêter risquent de continuer encore longtemps à fumer.

J’ai quand même sorti 20€ de ma poche pour me procurer la BD et voir si ce type de discours totalement mensonger n’était pas encore pire au fil des pages.

Cigarettes est une BD anti-tabac sans aucune surprise

Ça fait trop longtemps que j’ai lu Golden Holocaust de Robert PROCTOR pour affirmer que la BD n’en est qu’un résumé, mais c’est le sentiment que ça m’a donné. À la décharge des auteurs, celui-ci s’était probablement lui-même reposé sur d’autres lectures, notamment les sources documentaires citées à la fin de la BD. Je recommande donc plutôt de lire PROCTOR, mais pour les flemmards, la BD fera l’affaire pour une mise en bouche sur les pratiques de l’industrie du tabac.

J’ai montré l’ouvrage à mon ami et voisin de bureau Nicolas KERAMIDAS, lui-même auteur de BD. Son regard fait évidemment autorité pour moi. Sans lire mais en feuilletant, il m’a donné son avis de spécialiste. Son premier mot a été “chiant”…

Chiant à lire et surtout chiant à faire (pour lui). Tout ce texte ! Bien sûr je lui ai répondu que le sujet n’était ni facile, ni visuel, et il a concédé. Vu le nombre de pages, pour Nicolas, c’est au moins un an de boulot pour les auteurs. Ce qui veut dire pour lui deux choses, premièrement, c’est un budget important, et deuxièmement il faut vraiment croire à ce qu’on fait quand on se lance dans un projet comme ça. Se bloquer un an, c’est ne pas faire autre chose, c’est donc important pour une carrière. En d’autres mots, il n’a aucun doute sur la sincérité des auteurs.

Nicolas remarque aussi la qualité du bouquin. Une très belle finition avec des dorures, du gaufrage et du vernis. Et avec 150 pages, on est dans le haut de gamme. Le standard en BD, c’est 48 pages. Donc il insiste à nouveau, y’a du bon budget derrière. Est-ce qu’il y aura des ventes ? Il s’est renseigné chez des amis libraires, la BD n’est pas positionnée en avant dans leurs rayons, ce qui veut dire qu’ils ne misent pas dessus. Il me dit aussi que c’est le boulot des commerciaux de l’éditeur de pousser un titre, ou pas.

A quoi ça sert ?

La vidéo de promotion a été vu 350 fois. Alors que je m’agaçais du discours mensonger de l’auteur sur la nicotine, c’est ce que Nicolas m’a fait remarqué : “Mais personne ne l’a vu cette vidéo !”. Et il est probable aussi que cet article que je suis en train d’écrire sera très peu lu…

Du coup, on s’est demandé qui pouvait bien acheter ce genre d’ouvrage. On est tombé d’accord que c’est pas du tout destiné à un fumeur. Rien de plus agaçant, quand on fume on préfère se voiler la face. Et les non-fumeurs s’en foutent carrément. Donc à part moi (c-à-d des gens qui s’intéressent au sujet), on a séché. La question alors est de se demander si une BD comme ça pouvait exister sans un soutien financier. A priori non. Ce qui revient à dire que Cigarettes n’est qu’un projet de communication pour le CNCT. On notera aussi que Santé Publique France a mis la main à la poche.

Les industriels du tabac sont des méchants, on est content de l’apprendre. Mais c’est pas nouveau. La BD enfonce des portes ouvertes, plus personne n’a le moindre doute sur l’infamie de cette industrie. Et c’est là que c’est agaçant. De se dire qu’une fois encore de l’argent public est dépensé non pas pour aider les fumeurs, mais seulement pour un projet faire-valoir qui ne sert qu’à nourrir la légitimité d’associations anti-tabac hors d’âge et incapables de changer d’époque, sclérosées dans leur idéologie du “quit or die”.

Depuis une dizaine d’années maintenant, le vapotage a permis à des millions de personnes de sortir du tabagisme. Ça c’est du concret. En en plus, ça n’a pas couté un rond à la société. Les fumeurs qui essayent la vape ne sont pas remboursés par la sécu.

Une suite ?

Les auteurs Pierre BOISSERIE et Stéphane BRANGIER ont de la suite dans les idées. Ils font plusieurs séries qui ont l’air sympa et ils semblent aimer enquêter. Du coup, ils pourraient travailler à une suite de leur BD Cigarettes. Et ça pourrait s’appeler “E-cigarette : le dossier sans fumée”.

Il faudrait alors qu’ils élargissent leurs sources. Et peut-être seraient-ils surpris de découvrir que ceux qui luttent contre l’industrie du tabac (au lieu de lutter contre le tabagisme) en ont tellement besoin pour exister qu’ils usent aujourd’hui des mêmes stratégies pour savonner la planche au vapotage, le meilleur ennemi de la cigarette et de l’industrie du tabac. Les cours de bourse des Big Tobacco d’effondrent depuis deux ans et ce n’est pas grâce à « ceux qui disent qu’ils sont méchants », c’est l’essor fabuleux de la vape. Bizarre que le CNCT ne les ait pas informé là-dessus…

Pour les mettre sur la voie, voici un article intéressant [en anglais] : Are vapers like you paying for lost tobacco revenue?


Editions DARGAUD : Cigarettes – Les dossier sans filtre. A noter que la responsable du compte Twitter des éditions Dargaud a “banni” tous les vapoteurs qui se sont indignés des propos de l’auteur sur la nicotine. Comme Yves MARTINET, le président du CNCT, parle de “démocratie” dans la préface, on apprécie…

Sur le CNCT : on peut lire sur le tout nouveau site de l’association (merci les fonds publics encore) ce qu’ils pensent de la vape : comparaison à l’amiante, déni sur l’aide à l’arrêt du tabac, mensonges sur le vapotage passif, renormalisation de l’acte de fumer, soutien à l’interdiction de publicité, bref, on comprend bien que ce qu’il préfèrent c’est le statut-quo avec la méchante industrie du tabac, un si bon ennemi.

Bienvenue dans la vape

Ce livre s’adresse aux fumeurs, aux vapoteurs débutants et à toute personne qui souhaite en savoir plus sur le vapotage pour essayer d’arrêter de fumer.

6,90 €ttc
Format A6 - 80 pages

Points de vente