A ceux qui pensaient que tout était fini avec la TPD. Que néni. Ce n’est qu’un début. L’Europe avance maintenant pour la mise en place d’une taxe sur la vape…

Va t-on ajouter la parano à la longue liste des risques présumés que pourrait encourir le vapoteur ? Il y a presque deux ans, lorsque j’écrivais cet article pour proposer un décryptage de la stratégie en trois phases de l’alliance contre nature entre les industries du tabac et les gouvernants, j’admets que l’on aurait pu me taxer de parano…

Aujourd’hui, force est de constater que je vais me faire taxer tout court. Pourquoi ? Parce que j’ai l’outrecuidance de vapoter, ou plutôt celle d’avoir quitté le tabac, et ça fait maintenant presque 4 ans que j’ai cessé de verser mes 400 % d’obole fiscale pour me griller mon petit paquet par jour.

Des signaux à la réalité

L’alerte avait été lancée sur l’excellent Vaping Post. Une réunion des ministres des finances s’est déroulée le 8 mars 2016 pour discuter du principe d’une taxation de la e-cigarette sur le modèle de celui de la cigarette. Surréaliste alors que l’Europe constate par ailleurs avec son Eurobaromètre 2014 que 6 millions de ces concitoyens ont réussi à sortir du tabagisme grâce à la vape.

Le projet avance donc aujourd’hui avec le lancement d’une consultation publique : Public consultation – Excise duties applied to manufactured tobacco. Démarche pour le moins très démocratique, alors que les 24 langues officielles coûtent une fortune en traduction systématique de documents, le questionnaire n’est disponible qu’en anglais. Encore plus cocasse après le Brexit !

N’étant pas des plus fortich en anglais et franchement énervé, je n’y ai pas passé des heures, j’ai parcouru rapidement les questions. Les intentions transpirent. Taxe à 20%, 50%, voire au même niveau que la cigarette. Allons-y, pourquoi pas ! Vous êtes pour ? Vous êtes contre ? Des biais terribles dans les questions, une comparaison permanente avec la cigarette, et impossibilité de se positionner sur certains points. On parle de la cigarette électronique, des cigarillos, de tabac à rouler, et bien entendu des “nouveaux produits” tabac chauffé, amalgame… Odieux, honteux.

EDIT le 19 novembre : l’association SOVAPE propose la traduction en français de la consultation.

Avant qu’on vous taxe pour de bon… Résister !

Donc, voilà. La TPD n’est qu’une première étape. L’objectif est clair. Tout faire pour donner la vape à l’industrie du tabac. Puis s’arranger pour la mise en place de taxes. De fumeur, taxé à mort, le vapoteur, qui s’octroie la liberté de tenter une sortie des enfers du piège tabagique, sera taxé aussi. Point.

Pas d’accord ? Que faire ? Pas simple. On peut gueuler. Ou tenter d’agir. Rien ne se réglera en deux minutes, on en prend pour des années à devoir se battre. Les forces en présence ont des moyens considérables. Ce sont des multinationales. Industrie du tabac, industrie pharmaceutique. Les premiers se payent sur la vente du poison, les autres se gavent sur les traitements, cancers, maladies pulmonaires, etc…

  • Vous êtes vapoteur ? Adhérez à l’AIDUCE, c’est 10 € par an.
  • Vous êtes professionnel, il y a la FIVAPE, je ne connais pas le tarif pour adhérer.
  • Vous êtes vapoteur ou professionnel, vous pouvez aussi aider SOVAPE, en faisant un don libre, avec vos moyens à titre PARTICULIER.
  • Et bien sûr, il y a la VAPE DU CŒUR, besoin d’argent, mais surtout de bénévoles, ils ont cruellement besoin de monde pour aller sur le terrain, partout en France.
  • En BELGIQUE : association UBV-BDB

Toutes ces associations se battent, avec énergie, constamment, partout. En essayant de se faufiler dans toutes les failles possibles, de trouver des oreilles, là où il faut, quand il faut, quand c’est possible, à chaque occasion, avec obstination, persévérance, abnégation…

Donnez et partagez. Faites un petit sacrifice de quelques euros, la valeur de quelques paquets de clopes que vous ne dépensez plus. En finançant les associations, vous leur donnez les moyens de travailler, mais vous leur donnez aussi de la puissance et vous renforcez leur légitimité.

Merci !