Il parait que les vapoteurs britanniques étaient plutôt du côté du BREXIT. Pourtant, compte-tenu des délais, la TPD s’appliquera. Dommage. Raté. Mais la e-cigarette a-t-elle aussi des vertus politiques ?

Alors que l’Europe se fissure suite au BREXIT, elle se construit du côté de la vape. Comme un pied de nez, les associations de professionnels de la vape Française (FIVAPE) et britannique (IBVTA) viennent de s’associer pour poser la première pierre d’une nouvelle association des acteurs européens indépendants de la vape : ECIV (European Coalition for Independent Vape).

Intérêt commun. Agir justement sur le plan européen. Défendre l’idée que la vape n’est ni un produit du tabac, ni un produit pharmaceutique. Afficher une indépendance totale. Éduquer les politiques. Envisager la révision de la TPD.

Agir au plan européen ouvre des perspectives plus efficaces que pays par pays : tiens donc, naissance d’un lobby ? Nécessité assumée à la vue du fonctionnement de l’Europe. Enfin ! Pour défendre un progrès, un intérêt de santé publique, une innovation plébiscitée par les usagers.

L’Europe, une belle idée !

L’idée de l’Europe… Vivre ensemble. Vivre en paix. Vivre mieux. Vivre en progrès. Depuis sa création, et plus encore aujourd’hui, l’idée de l’Europe est nécessaire. Les défis sont si grands : politique internationale, société, éducation, santé, environnement, économie…

Les 52% de britanniques qui ont voté le BREXIT ont-ils dit non à cette idée de l’Europe ? Probablement pas. C’est l’Europe technocratique qu’ils ont rejeté. L’Europe qui impose et n’écoute pas. L’Europe construite sur un système administratif centralisé totalement obsolète et à l’opposé des nouveaux modèles sociaux-économiques qui se développent un peu partout. Des projets partagés, des écosystème-locaux, des initiatives solidaires.

Pire encore, l’Europe est devenue un guichet unique. Pour les lobbys, c’est le rêve. Il suffit d’influencer à une seule porte, en y mettant tous ses moyens, et c’est un continent tout entier qui s’ouvre, contraint par le système des directives qui s’imposent à tous les pays membres.

On le voit bien France avec la e-cigarette. Alors que les professionnels, via la FIVAPE, commencent à être entendus et écoutés, qu’une sorte de “complaisance”, certes timide, mais semble quand même s’afficher au niveau des autorités, certaines dispositions ne peuvent absolument pas être remises en cause. Parce que l’Europe exige. L’exemple des flacons de e-liquides imposés à 10 ml / 20 mg de nicotine est édifiant : aucune justification sanitaire, augmentation des coûts et donc des prix, sans parler d’une véritable catastrophe pour l’environnement… Alors que les consommateurs et les fabricants s’étaient “mis d’accord” sur des formats plus grands, plus économiques, plus pratiques, plus écologiques. Et sans parler du DIY

E-cigarette : une lecture facile des défauts du système européeen

Vous êtes trop bêtes pour comprendre. Lors du référendum en France sur la constitution européenne, le peuple avait voté non. Deux ans après, le traité était signé quand même à Lisbonne. Explication : “L’intelligentsia politique” a corrigé la bêtise du peuple, au nom de l’idée de l’Europe justement, qui ne pouvait pas être sacrifiée. Elle a donc été “sauvée” cette fois, mais l’alerte n’a pas été entendue, le système est resté en place, l’organisation n’a pas changé.

Voilà le problème de la cigarette électronique. Depuis des décennies, l’industrie du tabac tue un client sur deux. Les états taxent pour se rembourser des coûts exorbitants en frais de santé. L’industrie pharmaceutique s’enrichit sur cette rente garantie par la “production” régulière, calculable, du cheptel de malades. La révolution arrive par le peuple. Discrètement. Par le bouche à oreille. Une nouvelle invention permettrait de sortir facilement du tabagisme. D’effacer les risques. De ne plus mourir de son plaisir nicotinique : la e-cigarette.

Le miracle s’organise en nouveau marché. Des commerçants, des fabricants. Ils sont tous vapoteurs. Ex-fumeurs. Ils font pour les autres ce qu’on a fait pour eux-mêmes. Et la bonne nouvelle se répand. Prend de l’ampleur. C’est le bonheur. Le tabac vit peut-être ses dernières heures. La e-cigarette est un exterminateur. Et c’est là que l’Europe entre en jeu.

Comme un chien dans un jeu de quille, des projets de réglementation se profilent. Contraignants. La e-cigarette doit-elle être un médicament ? Finalement ce sera un produit du tabac. Liquides, matériels, commerce, pratique, liberté d’expression… tout y passe. Comme si “on” voulait tuer la vape dans l’œuf. L’étouffer. La faire disparaitre.

Tout ce qui se passe est extrêmement lisible. Les intérêts de l’industrie du tabac sont tellement évidents. Son action nocive sur la réglementation saute aux yeux. Les vapoteurs sont nombreux à comprendre. Arrêter de fumer, c’est tellement impliquant. Ils se rebiffent. Ils alertent. Ils crient. Et l’Europe ne bouge pas. L’Europe impose à tous les pays une directive (TPD) qui n’a aucun sens. En classant la vape dans les produits du tabac, elle donne le remède à l’empoisonneur. Trahison.

Ce n’est pas l’Europe qui se fiche du peuple…

Ils sont nombreux les vapoteurs à être des gens “raisonnables”. Certainement à aimer, ou avoir aimé l’idée de l’Europe. Mais comment s’accrocher encore à une idée, aussi belle soit-elle, lorsque sa mise en œuvre contredit toutes ses valeurs essentielles ? Comment soutenir l’idée d’une Europe qui contrarie une de ses valeurs fondamentales : le progrès ? Qui contrarie sa mission spirituelle : le mieux vivre pour tous. Qui laisse penser au citoyen qui a l’opportunité de s’instruire sur les mécanisme, à l’occasion d’un sujet comme la vape, que son administration et ses élus peuvent être gangrénés par la corruption des lobbys les plus dévastateurs. L’industrie du tabac a tué 100 millions de personnes au siècle dernier. Un milliard sont prévus sur notre siècle. Le pire génocide de l’Histoire de l’humanité.

Le BREXIT n’est pas un non à l’Europe, à son idée. Le BREXIT est un non à tous ceux qui ont l’Europe dans les mains. Qui sont chargés de construire l’idée. Et qui ont failli à leur mission.

Rejeter la faute au populisme et à l’extrémisme est une erreur grave. Vouloir faire croire que les peuples n’ont pas compris l’idée de l’Europe est une obscénité absolue. Les responsables, les seuls responsables, sont justement ceux qui veulent rejeter la faute sur tous les autres : les peuples et les fous. Ils sont responsables du BREXIT et ils seront responsables des prochaines catastrophes politiques.

Grâce à la vape, j’ai arrêté de fumer, c’est mieux pour ma santé. Grâce à la vape, j’ai aussi arrêté de me faire enfumer, c’est mieux pour ma conscience politique, mais quelle désillusion…

Inscription VAP'NEWS

Chaque dimanche à 19 h, recevez la newsletter de VAPYOU, une veille complète sur les actus de la vape et du tabac. Inscription gratuite. Aucune publicité.

Inscription