Pour ce premier baromètre vape et politique de décembre 2016, trois candidats à l’élection 2017 se détachent : Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Décryptage et mise en perspective…

——————–

Du 23 décembre au 11 janvier, participez et partagez le 2 baromètre mensuel vape et politique de janvier 2017 : cliquez-ici

——————–

Je me permets un mot personnel avant de commencer le commentaire de ce premier baromètre vape et politique lancé le 23 novembre dans la perspective des élections présidentielles et législatives de 2017…

J’ai aujourd’hui 45 ans. Et cela fait environ 20 ans que je ne m’intéresse plus vraiment en détail à la politique, surtout depuis les deux derniers quinquennats Sarkozy / Hollande. Je me suis concentré sur mon entreprise et ma famille, mes deux « passions ». Citoyen responsable, j’ai toujours voté, en m’appuyant sur mes racines / mon éducation et sur le « bruit ambiant » dans les médias… En repensant à mes votes pendant ces 20 dernières années, finalement je suis assez volatile, orienté, mais volatile.

Depuis que j’ai arrêté de fumer avec la vape en mai 2013, je me suis intéressé beaucoup plus sérieusement au fonctionnement de notre gouvernance et donc, de nouveau, à la politique. Jamais je ne me serais imaginé cherchant à comprendre le fonctionnement de l’Europe, les directives, la manière dont se réalisent les lois en France, entre le gouvernement, l’assemblée nationale, le sénat, les « instances » et l’administration. Avec la vape, je découvre des fonctionnements qui me stupéfient, un « sens des priorités » inimaginable (Vs système tabac : taxes, lobby pharma, lobby cigarettiers), des décisions prises en dépit du bon sens le plus élémentaire.

Et je « projette »… J’en déduis naturellement qui si les choses se passent ainsi sur la vape (un sujet que je pense maintenant connaître à fond), pourquoi en serait-il autrement ailleurs, sur d’autres enjeux de société, ceux qui me tiennent aussi à cœur, mais dont je connais moins les détails, là où je ne peux m’estimer « compétent », et justement pour lesquels j’ai envie, j’ai besoin, de pouvoir faire confiance à ceux pour qui je vote.

Donc je projette et j’en parle. J’explique tout ce que j’observe et ce que je suis en train de comprendre, à ma famille, à mes amis, à mes relations. Je surprends souvent, j’étonne régulièrement, j’amène du décryptage, à l’aune de la vape, mais qui traduit évidemment comment les « choses » peuvent se faire, certainement, dans d’autres, sinon tous les domaines. Et je ne suis pas le seul. Nous sommes des milliers de vapoteurs très impliqués, ayant gagné en perception, à être capables d’apporter un regard pointu sur comment se gère notre pays.

Oui, des milliers. Des milliers de personnes, hommes, femmes, jeunes, vieux, de toutes les couches sociales. J’en suis convaincu, au-delà de leur propre vote, les vapoteurs auront une influence sur les élections. Il est difficile d’en jauger la portée et la puissance, mais la négliger serait une faute politique grave. C’est d’ailleurs très lisible dans ce premier baromètre vape et politique de décembre 2016.

Si vous souhaitez participer au prochain baromètre de janvier : inscrivez-vous à la newsletter VAP’NEWS ou likez la page Facebook de VAPYOU pour être informé. La liste des candidats sera évidemment remise à jour compte-tenu des dernières actualités sur les candidatures…

Voici donc les résultats et mon analyse sur le premier baromètre mensuel vape et politique. C’est un peu long, car on plante le décor. Les baromètres suivants seront très intéressants car nous pourront suivre les évolutions au fil de la campagne.

Presque 100% vapoteurs !

Le questionnaire a été proposé du 23 novembre au 11 décembre. Merci aux 1019 personnes qui ont répondu suite à l’appel sur le blog VAPYOU et la page Facebook. Le panel est donc représentatif d’une population de vapoteurs très impliqués, 92% sont vapoteurs exclusifs.

Et c’est justement ce qui est intéressant, nous avons donc un échantillon de population très précis, avec un volume appréciable qui assure la solidité de la démarche. De plus l’observation des réponses, la répartition et les inflexions, somme toute assez mesurées, renforcent la crédibilité du baromètre.

NOTE POUR LA LECTURE : toutes les données brutes sont présentées sous forme de graphiques. Vous pouvez cliquer sur les images pour voir en plus grand. Certaines réponses sont reconsolidées pour une lecture plus nette et significative.

Réalistes, et certainement désappointés…

Désintérêt et déni politique pour la vapeLe tabac est la première cause de morts évitables en France. 78 000 victimes par an, une catastrophe sanitaire. Un génocide officiel et accepté par nos dirigeants et la société.

La vape est une solution inédite aux performances incroyables. Mais les politiques ne semblent pas s’y intéresser. En tout cas, c’est le sentiment des vapoteurs. Réalistes.

Le déni total de la ministre de la santé Marisol TOURAINE, qui en cinq ans de ministère, n’a JAMAIS reçu, ni les associations, ni les acteurs de la vape, qui n’a jamais non plus répondu au livre 1000 messages pour la vape réalisé à son attention, est une bien triste illustration de ce désintérêt totalement ahurissant au regard de l’enjeu de santé publique. Les déclarations publiques de politiques sur la vape sont très rares. Trop rares…

Et pourtant : une attente très forte !

Candidats présidentielle 2017 et vapeC’est assez incroyable, pratiquement tous les répondants (92%) souhaitent que les candidats s’intéressent à la vape. Mais la vraie question, c’est pourquoi ?

Pourquoi ces personnes qui ont le bonheur de s’être extirpées du tabagisme et de ses risques (une chance sur deux d’en mourir prématurément), pourquoi souhaitent-elles tant que le sujet soit abordé par les politiques ?

La réponse se trouve évidemment dans la réglementation qui a été produite dans le cadre la loi de santé. Des mesures contraignantes qui compliquent la vie des vapoteurs, qui vont rendre les produits (donc le sevrage) plus cher et qui sèment le doute dans l’esprit des fumeurs, mais aussi, gravement dans l’entourage des vapoteurs qui se retrouvent régulièrement « agressés » par des personnes qui leur veulent du bien !

Toutes les décisions concernant la vape qui ont été prises par le gouvernement actuel vont à l’encontre de la santé publique et particulièrement de la politique de réduction du tabagisme. Le jugement est sans appel pour les vapoteurs, on le verra plus loin à la question N°8. Ils souhaitent ardemment que les mesures soient révisées : publicité, propagande, lieux publics, contraintes sur les produits qui augmentent les prix et freinent les innovations. Ils ont également très peur que ne surgissent des nouvelles taxes, le projet est en cours au niveau de l’Europe. Oui, oui…

Les candidats peuvent-ils gagner des voix grâce aux vapoteurs ?

Électeurs vapoteursInfluence vote vapeJe dois avouer ici aux personnes qui ont répondu au questionnaire que j’ai un peu fait la « fouine ».

En effet, j’ai posé la question trois fois, et la vrai réponse, certainement la plus proche de la réalité, se trouve dans les réponses à la question N°7.

J’ai donc reconsolidé l’influence que pourraient avoir les candidats un par un dans une statistique globale. On s’aperçoit alors que 15% seulement des répondants affirment que leur vote pourrait vraiment être influencé par d’éventuelles positions sur la vape des candidats, contre 59% quand la question est posée directement. Néanmoins, 54% des vapoteurs qui ont répondu indiquent qu’ils sont « possiblement » influençables (peut-être) par tel ou tel candidat, au gré des propositions de noms.

influence des candidats sur le vote des vapoteursSoit finalement 69% des vapoteurs qui « pourraient » être influencés. C’est assez considérable. En tout cas, loin d’être négligeable.

A savoir, que la moindre publication positive ou négative sur la vape est immédiatement et massivement diffusée dans les réseaux sociaux de vapoteurs, le politique peut trouver là un manière de créer de l’écho et de l’intérêt à l’ensemble de ses propositions, au-delà du sujet de la vape évidemment.

Attention cependant, comme je l’ai indiqué plus haut, les vapoteurs sont ultra-affûtés sur leur sujet. Il ne suffit donc pas de parler de la vape pour gagner en popularité, il faut en parler de manière éclairée et faire des propositions qui correspondent vraiment à leurs attentes.

Perception et/ou influence : Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron se détachent…

Pour faciliter la lecture des tendances, j’ai regroupé sur un seul graphique les questions N°6 et N°7 et en croisant les avis positifs et négatifs de manière à avoir une vue très synthétique et parlante de ces deux critères essentiels :

  • La perception que renvoient les candidats à propos de la vape. La question était : « Quelle position sur la vape imaginez-vous sur ces candidats ? »
  • L’influence possible sur le vote des vapoteurs qui ont répondu. La question était : « Est-ce qu’un candidat pourrait influencer votre vote en faisant des propositions sur la vape ? »

Ce graphique sera probablement le plus important à suivre au fil des baromètres mensuels. Je prendrai soin d’en assurer la lecture sous forme d’historique pour lire facilement les évolutions. Afin d’être totalement transparent, vous trouvez à la fin de ce paragraphe toutes les données brutes et détaillées candidat par candidat.

Perception et influence des candidats sur les vapoteurs

De prime abord, on peut observer sur la ligne perception (en vert) une tendance très nette qui distingue les candidats aux « extrêmes », ressentis comme beaucoup plus favorables et à l’écoute, par rapport aux candidats des partis dits « de gouvernement » qui sont globalement perçus comme négatifs à l’égard de la vape. Ces candidats sont sans doute pour les vapoteurs à l’image d’un certain « système » habitué, pour ne pas dire ancré, dans la « normalité » du fléau du tabac, à la fois piégé par le système d’équilibre taxes / coûts sanitaires, représentant, tous, et sans exception, cette classe politique incapable de saisir des opportunités hors des sentiers battus.

politique vape gouvernement socialisteFrançois HOLLANDE, qui n’est plus candidat, aurait eu à porter des avis négatifs ultra majoritaires. Cela aurait été évidemment l’héritage de la réglementation néfaste qui s’est mise en place sous son quinquennat, par l’entremise de Marisol TOURAINE.

Il sera intéressant de voir sur le prochain baromètre de janvier si ce ressenti se reporte sur Manuel VALLS.

C’est donc Marine LE PEN qui est perçue comme la plus favorable à la vape. En effet, la présidente du Front National s’est déjà affichée quelques fois avec une cigarette électronique, elle donc officiellement vapoteuse. Elle n’a pas spécialement fait de déclaration sur le sujet, mais on m’a quand même signalé que ses équipes répondent favorablement aux citoyens qui s’adressent à elle. Par exemple, sur sa page Facebook, lorsqu’un vapoteur lui écrit en s’inquiétant de la réglementation en cours, voici la réponse : « Ne craignez rien, je suis même utilisatrice de la cigarette électronique ;-) Le Front National a d’ailleurs déposé un amendement au parlement européen en sa faveur ! Amitiés patriotes, MLP ». Et en effet, la députée européenne ENL Joëlle Mélin s’exprime régulièrement sur la cigarette électronique à l’assemblée et sur son blog.

Ceci étant dit, cette « perception positive » de la candidate du Front National ne semble pas avoir d’effet particulier sur l’influence (courbe rose) qu’elle pourrait avoir sur l’électorat des vapoteurs. En redescend au effet au même niveau de confiance, voire même en dessous de candidats qui sont perçus deux fois plus hostiles. Elle passe par exemple derrière François FILLON, lequel n’a jamais caché sa complaisance avec le système tabac, notamment les buralistes.

Jean-Luc MÉLENCHON est le seul autre candidat qui affiche aussi une majorité de perception positive (toujours la courbe verte). Pourtant, malgré mes recherches, je ne trouve aucune déclaration à propos de la vape. Concernant son rapport au tabac, il n’est plus fumeur depuis 2002, il s’est arrêté tout net le 21 avril alors qu’il consommait 80 cigarettes par jour ! On peut donc certainement mettre au crédit de Jean-Luc MÉLENCHON sa posture globale face au « système » qui inspire sans doute confiance au vapoteurs, peut-être ont-ils le sentiment que cet homme pourrait « comprendre ». Et cela se confirme totalement dans la courbe influence (en rose), le candidat est en tête, assez largement devant les autres. C’est très clairement lui qui a la meilleure carte à jouer avec la vape, pour autant qu’il soit sincère.

Un troisième candidat se distingue enfin, c’est Emmanuel MACRON. On le retrouve en effet derrière Jean-Luc MÉLENCHON dans la courbe « influence » (en rose) avec une majorité de vapoteurs qui pourraient lui faire confiance. En première lecture, c’est assez surprenant car il se trouve pour la perception (en vert) dans le même groupe des candidats issus des partis dits de gouvernement. À y réfléchir, peut-être qu’il recueille ainsi les fruits de ses positions exprimées, ni droite / ni gauche, iconoclaste, souhaitant justement se détacher d’un système politique « usé ». Comme la vape, Emmanuel MACRON pourrait peut-être se révéler « innovant », et donc prêter plus facilement l’oreille à l’expérience des citoyens vapoteurs.

En conclusion, il apparait donc que ce sont les principaux « outsiders », c-à-d les candidats hors des partis traditionnels, qui auraient le plus à gagner à s’intéresser et se positionner sur la vape. Ce sentiment s’explique probablement par le « ras-le-bol » généralisé de toute la population des vapoteurs de l’extrême gauche à l’extrême droite et en passant par le « centre », que pourrait représenter Emmanuel MACRON. C’est un phénomène assez exceptionnel, à la fois effrayant et rassurant.

Effrayant, parce que les vapoteurs n’ont aucune confiance dans les candidats des partis traditionnels qui portent l’héritage d’une politique sur le tabagisme inopérante, cynique et contraire à la santé publique.

Rassurant, parce que la vape est bien un sujet qui n’a pas de bord. Les vapoteurs ne souhaitent finalement que de l’écoute, du pragmatisme et du courage. Ils souhaitent que les politiques s’y intéressent parce que ce sont eux qui gouvernent, mais ce n’est pas un sujet politique en soi. Très clairement, la vape est plutôt un sujet de société et de santé publique.

candidats 2017 cigarette électroniqueÉlections 2017 vape et politiqueGraphiques détaillés

Ci-contre les données brutes et détaillées qui sont reprises pour construire le graphique principal « perception et influence » des candidats.

NOTA : je colle en bas de page un baromètre politique qui permet aux lecteurs les plus pointilleux de faire un rapport avec les opinions positives en général.

Que pensent les vapoteurs (ex-fumeurs) des politiques anti-tabac menées ou envisagées en France?

Vaper n’est pas fumer, ça n’a rien n’a voir. Mais c’est une alternative au tabac, une formidable chance pour la santé publique de réduire le fléau du tabagisme. D’après de nombreuses études, tous les vapoteurs sont des ex-fumeurs, aussi, est-il intéressant de prendre leur avis sur les différentes mesures de lutte contre le tabagisme.

En effet, dans leur « combat » pour défendre la vape, les vapoteurs se trouvent régulièrement devant des murs, où on leur rétorque que d’autres mesures sont prioritaires. Voici donc, pour aider les politiques à mieux situer la vape, dans un contexte global de lutte contre le tabagisme, ce que pense les consommateurs, les citoyens. On ne sait jamais, ça peut servir d’écouter parfois le « peuple » !

Lutte anti-tabac en France10 questions ont donc été posées. Elles balayent de nombreuses pistes, que ce soient les mesures prises par le gouvernement actuel (paquet neutre), les souhaits des anti-tabac historiques (coercition / prix / taxes), les solutions proposées par les acteurs du tabac (lutte contre la contrebande) et bien entendu les revendications des vapoteurs, pour lesquels ils ne cessent de hurler depuis de nombreux mois.

NOTA : je rajouterai deux sujets pour le prochain baromètre « La prévention et les opérations type Mois Sans Tabac » + « Les conseils de Tabac Info Service ». C’est un oubli important que je constate en travaillant sur cette synthèse.

Les résultats parlent d’eux mêmes (voir ci-dessous en consolidé / simplifié) donc je mets le point uniquement sur les éléments les plus remarquables :

  • évidemment les vapoteurs contestent très majoritairement l’ensemble des mesures qui ont été prises contre la vape ;
  • le paquet neutre est très majoritairement jugé inutile ;
  • la seule mesure de coercition qui est soutenue est l’application vraiment ferme de l’interdiction de vente de tabac aux mineurs par les buralistes.

Inutile de développer plus. Le pragmatisme est d’or. Les vapoteurs dénoncent avec ces trois prises de positions très nettes tout ce qui construit l’échec total de la lutte contre le tabac en France : les compromissions avec le système tabac en ne luttant pas là où il faut (un buraliste est contrôlé par les douanes une fois par siècle sur la vente aux mineurs !), le manque de courage face à l’innovation « téméraire » que représente la vape, et le « maquillage » politique avec une mesure (paquet neutre) qui s’apparente plus à de la communication qu’à une réelle solution pour résoudre la catastrophe sanitaire.

Mesures de lutte contre le fléau du tabagisme en France

Commentaires

N’hésitez pas à commenter cet article. Vous avez accès à toutes les données brutes. Par définition, elles ne m’appartiennent pas, elles appartiennent à toutes les personnes qui ont bien voulu répondre au questionnaire.

J’ai essayé d’analyser et commenter les données recueillies de la manière la plus neutre possible, je serai ravi de lire d’autres points de vue ou interprétations, cela m’aidera dans le suivi des prochains baromètres mensuels.

> Information annexe issu du site L’INTERNAUTE : http://election-presidentielle.linternaute.com/

Source : http://election-presidentielle.linternaute.com/

Inscription VAP'NEWS

Chaque dimanche à 19 h, recevez la newsletter de VAPYOU, une veille complète sur les actus de la vape et du tabac. Inscription gratuite. Aucune publicité.

Inscription