Après un an de gouvernement Macron, la vape reste un sujet très flou au niveau de politique de lutte contre le tabagisme. Donnez votre avis…

Pragmatisme est un adjectif souvent employé, à tort ou à raison, pour désigner la politique du gouvernement Macron. En termes de lutte contre le tabagisme, une certaine volonté est affichée et une mesure forte à été prise : l’augmentation du prix des cigarettes. Objectif 10€ en 2020.

Pragmatisme, le ministre des comptes publics Gérald DARMANIN ne s’en cache pas, même si l’objectif est de faire baisser le nombre de fumeurs, l’augmentation des taxes pour ceux qui continueront laisse espérer un revenu fiscal de 500 millions d’euros par ans.

Par ailleurs, la ministre de la santé Agnès BUZYN a reçu trois fois les buralistes en un an. Même les associations sans but lucratif. Un fond d’aide à la transformation de 100 millions d’euros a été l’objet d’un accord avec les buralistes, et quelques mois plus tard, ceux-ci ont lancé une campagne “buralistes de la vape” pour “reprendre le marché”. Pragmatisme encore, l’état financerait donc les buralistes pour développer la vape ? Ou simplement pour leur sauver les miches ?

A part ça, rien ne s’est vraiment passé concernant la vape, à part une petite ouverture pendant le Mois Sans Tabac. La ministre de la santé, pourtant sollicitée à plusieurs reprises n’a jamais daigner recevoir les acteurs de la vape, même pas les associations sans but lucratif. Un nouveau directeur général de la santé a été nommé, Jérôme SALOMON, en remplacement du Pr Benoit VALLET, et plus aucune réunion du Groupe de Travail Vapotage ne s’est déroulée à la DGS depuis le mois de juillet 2017.

Que pensez-vous de tout ça ?

Voici une petite enquête très rapide (5 questions) pour donner votre avis sur la politique du gouvernement Macron et la vape. Je compilerai les réponses en vue de la Journée Mondiale Sans Tabac. Comme chaque année, nous aurons droit aux multiples déclarations des uns et des autres, invectives, injonctions et leçons.

Pour répondre, c’est ici : Vape et politique, un an après

Merci !