Dans un nouveau sondage réalisé auprès de vapoteurs sur la page Facebook de VAPYOU, ils sont 88% à confirmer qu’ils ont dû essayer plusieurs e-liquides pour en trouver un qui leur convienne.

Ne pas considérer son propre exemple comme une généralité. Personnellement, la “quête” des bons liquides a duré plusieurs mois. Dès mon premier achat, j’avais pris plusieurs saveurs, et là déjà il y ‘en avait qui ne passaient pas du tout. J’ai cherché, ça m’a occupé, ça m’a tenu loin de la clope, et j’ai mis bien deux mois à trouver une gamme qui m’a permis de me stabiliser. Depuis plus de cinq ans que je ne fume plus, je n’ai pas passé une seule journée avec le même liquide. Toujours besoin de varier. J’ai des “alldays” que je vape beaucoup dans la journée et pendant de longues périodes, mais j’ai vraiment besoin de changer matin, midi, soir…

A chacun son expérience, j’ai donc posé la question sous forme de sondage, pour savoir quelle était la proportion de vapoteurs qui avaient réussi à arrêter de fumer en démarrant avec un seul liquide et surtout le premier essayé. Résultat ? 11% seulement. Sur 1511 personnes qui ont répondu au sondage,  1336, soit 88%, confirment qu’elles ont dû essayer plusieurs e-liquides avant d’en trouver un qui convienne.

Je ne suis pas étonné…

Matériel, e-liquides, taux de nicotine : des milliers de combinaisons

Il y a plus de 20 000 e-liquides déposés à l’ANSES. Niveau matériel, il y en a des centaines. Et il y a environ 7 taux de nicotine : 0, 3, 6, 9, 12, 16, 18, 20… Au bas mot, il y a au moins 1 million de combinaisons possible ! Quand je suis au Vapexpo, endroit idéal pour croiser de nombreux vapoteurs, je n’ai jamais vu deux personnes qui vapaient exactement sur le même matériel, le même liquide et le même taux de nicotine.

Le choix et l’immense capacité de s’adapter à chacun est un atout essentiel de la vape. Ce n’est pas un “bonus”, c’est une composante intrinsèque de la vape, C’EST la vape.

Le goût. Chercher l’apparence du tabac, ou s’en éloigner. Aller vers les menthol, les fruités ou les gourmands. Un monde. Perso je cherchais le tabac et c’est de l’ananas et de l’orange fraiche qui m’ont convenu dans les tous premiers temps…

Le taux de nicotine. Il est conseillé d’aller chercher le plus haut possible pour mieux réussir. Mais la sensation, le niveau d’acceptation en gorge est pour chacun très différente.

Le matériel enfin. Restitution de saveur, ou amélioration / adoucissement du hit, tirage serré ou aérien. Tellement d’équilibres à trouver pour avoir de bonnes sensations.

Nouvelle expérience en Angleterre : en population réelle

Résultats exceptionnels (ou pas ?) constatés en population réelle : 63% de personnes qui déclarent avoir arrêté de fumer au bout d’un mois. L’opération est expliqué ici : expérience pilote à Salford en Angleterre. 1000 vaporettes ont été distribuée gratuitement à une population de fumeurs.

3 matériels disponibles, 4 arômes de e-liquides et 2 taux de nicotine (10 et 16 mg/ml). Peu de choix finalement, mais déjà quand même 24 combinaisons possibles. Un minimum quand même pour permettre à chacun de régler à peu près efficacement une configuration qui soit efficace.

63% !!! Et certains se demandent encore si la vape est efficace pour arrêter de fumer ?

Inquiétude sur l’étude ECSMOKE en France

Ça fait déjà plus de 2 ans qu’il y a débat chez les spécialistes concernant la solidité et l’intérêt de cette étude clinique. Est-ce que la e-cigarette est efficace pour arrêter de fumer ? Est-ce que l’outil d’aide préféré des français (on se demande bien pourquoi…) est plus efficace qu’un médicament très peu utilisé (26% Vs 2%) ?

On aura une réponse dans 4 ans avec une expérimentation de “la” vape sur uniquement deux combinaisons : un seul matériel, une seule saveur et deux taux de nicotine : le zéro (hyper efficace) et le 11 (évidemment trop bas). Réponse dans 4 ans.

Pour rappel : 88% des vapoteurs qui ont répondu au sondage affirment qu’ils ont dû essayer plusieurs liquides. A ce niveau là, ce n’est même plus un “biais”, c’est une erreur fondamentale. L’étude ECSMOKE ne compare pas LA vape, elle ne compare rien du tout. Comme si on pouvait estimer la sécurité de tous les modèles de voitures en se basant sur une seule et en choisissant la plus fragile…

La vraie question est de savoir si les autorités françaises vont (ou veulent) attendre encore 4 ans avant de faire une promotion massive du vapotage auprès du public fumeur. Attendre 4 ans avant de commencer à prendre le même chemin que les anglais et viser un taux de tabagisme au moins deux fois inférieurs.

Par contre, en attendant, c’est sûr, les fumeurs remplissent les caisses de l’état : une petite vidéo pour se détendre ?