J’ai arrêté de fumer le même jour où j’ai commencé à vapoter. Depuis ce jour, j’ai gagné plus de 15 000 € en pouvoir d’achat.

Il y a peut-être un lien de causalité entre le fait de vapoter et celui de ne plus fumer. Vu que ça s’est passé le même jour, ça m’a mis la puce à l’oreille. Je ne sais pas ce qui m’a pris, il y a bientôt 9 ans, j’ai fait un suivi de mes dépenses de vapotage et de mes économies sur les cigarettes dans un tableau Excel. Déformation professionnelle peut-être, je passe beaucoup de temps dans les stats et les tableaux de bord. J’aime bien.

Du coup, j’ai tout mon historique. C’est amusant de remonter voir ce que j’achetais il y a quelques années, c’est révélateur de mon parcours. Je faisais partie de ceux qui bricolaient sur les premiers atomiseurs reconstructibles, la découverte des drippers, les explorations autour des cotons et des résistances. Sur les liquides aussi, je vois bien comment ma consommation et mes achats ont été impactés par la réglementation coercitive (limitation de nicotine, limitation des flacons à 10ml).

15 000 € de pouvoir d’achat gagné grâce au vapotage

Le 3 mai prochain, ça fera exactement 9 ans que je ne fume plus. Et 9 ans que je vapote. Et oui, toujours. J’aime ça. Et vu ce que je sais, je n’ai aucun scrupule à continuer avec ce plaisir quotidien.

Mon tableau Excel récapitule tous mes achats pour le vapotage, matériels, accessoires, consommables et e-liquides. Et j’ai mis au point un calcul du coût des cigarettes sur la base de ma consommation au moment où j’ai arrêté (un paquet par jour) et avec une indexation du prix qui augmente. Sur les 9 ans, j’ai bien « gagné » plus de 15 000 € en pouvoir d’achat.

Ce n’est pas lisse. La première année, j’ai dépensé autant dans la vape que pour les clopes. C’était mon initiation, ma quête. Évidemment, j’ai trouvé la vape géniale dès que je l’ai découverte (j’ai arrêté de fumer immédiatement et sans galérer), mais par contre j’ai mis du temps à optimiser mon confort et mon plaisir. Il y a 9 ans, des premiers matériels grand-public étaient de qualité correcte, mais il y avait encore beaucoup de progrès à faire. Pour avoir vraiment une « bonne vape », le « sweet spot » comme on disait, il fallait s’aventurer sur les matériels plus haut de gamme, voir très haut de gamme, donc chers et propices à craquages sous l’impulsion du plaisir de s’offrir de beaux objets.

J’ai encore dépensé pas mal pendant deux / trois ans, par passion. Puis doucement, je suis devenu très « pépère », mes petits jus, mes petits ato, mes petits matos pratiques. Sur la dernière année, en vivant un peu sur mes réserves, j’ai dépensé 200 €, même pas 20 € par mois. Si je prends juste cette année, ne plus fumer me permet de préserver environ 3 500 € de pouvoir d’achat ! Même si j’aurais fini très probablement par aller me fournir au marché noir à 5 € le paquet, c’est quand même pas loin de 1 800 € par an.

Pourtant, j’ai fait ça pour ma santé, pas pour l’argent

Je me rappelle la règle que je m’étais fixée. Ne pas dépenser plus en vape qu’en cigarettes. C’était tellement amusant, tous ces matériels, ces expériences, goûter plein de liquides différents. C’était très enthousiasmant.

Si j’avais dû continuer à dépenser toujours autant, ça ne m’aurait pas posé de problème. C’était déjà tellement bien de ne plus fumer. Tellement bien de ne plus avoir à détourner le regard à propos des risques du tabagisme, délivré, libéré. Ça n’a pas de prix.

Aujourd’hui un fumeur a tout intérêt à tester le vapotage pour tenter d’arrêter de fumer. Non seulement, c’est le plus important, c’est un gain considérable pour la santé, mais en bonus, ce sont aussi des économies énormes ! Et à portée de main, sans rien demander ou espérer de personne. Il suffit de pousser la porte d’une boutique de vape, un peu de persévérance, quelques temps pour prendre ses marques, et ça marche ! Une nouvelle étude en Australie vient encore de le montrer : la vape est plus efficace que les autres méthodes.

Sans se priver : gardez le plaisir, c’est bonus !

Et oui ! On fume pour le plaisir et les sensations que procure la nicotine. Avec la vape, on peut toujours consommer de la nicotine. Et c’est même beaucoup plus ludique avec les milliers de e-liquides que proposent les commerçants. Y’en a pour tous les goûts, c’est amusant, c’est plaisant.

Je me demande s’il existe une seule autre solution pour préserver sa santé, augmenter son pouvoir d’achat de plusieurs milliers d’euros et sans se priver ? Sincèrement, je ne vois pas…

Pouvoir d’achat et santé : votez pour la vape !

Si les fumeurs sont accros à la clope, l’État l’est aussi aux taxes que le tabagisme rapporte. C’est une situation indécrottable, en tout cas en France, réduire le nombre de fumeurs coûterait trop cher (moins de recettes fiscales immédiatement, mais frais de santé qui mettraient des décennies à s’infléchir). Alors depuis des années, les politiques ont trouvé une pirouette : augmenter les prix des cigarettes en affirmant que c’est pour aider les fumeurs, et que c’est la seule solution pour faire baisser le tabagisme (pour preuve, les ventes baissent chez les buralistes, n’est-ce pas…)

Cette croyance est entretenue par des organisations subventionnées par les fonds publics. Elles font du bon travail car aussi incroyable que ça puisse paraître, quand on matraque les fumeurs, c’est populaire. Ces dernières années, on leur vole deux milliards de plus par an. Il n’y a quasiment rien pour aider la population qui fume, tout juste quelques opérations de « marketing social » (prononcer avec un accent agence de pub) comme le Mois Sans Tabac. Dédiaboliser la nicotine. Miser vraiment sur le vapotage, surtout pas ! Ça serait trop efficace !

N’attendez donc rien des politiques, d’où qu’ils soient. Mais chacun est libre, encore. Profitez-en. Pour votre santé, pour votre pouvoir d’achat, sans se priver, y’a pas de débat : votez pour la vape ! Avertissement, voter reste un pari. On ne sait jamais ce qui advient près avoir voté, on tente. Avec la vape, ça peut vraiment valoir le coup. On est déjà des millions à s’en être rendu compte. Demandez autour de vous. Pour une fois, c’est peut-être pas du pipeau !

Inscription VAP'NEWS

Chaque dimanche à 19 h, recevez la newsletter de VAPYOU, une veille complète sur les actus de la vape et du tabac. Inscription gratuite. Aucune publicité.

Inscription