Les ventes de tabac augmentent, la ministre de la santé et les buralistes agitent le paquet neutre. Pendant ce temps là, on fait tout pour cacher la e-cigarette.

En matière de lutte contre le tabagisme, il n’y a pas de miracle : déclaration de Marisol Touraine sur RTL le lundi 20 juillet, alors qu’elle était invitée à parler du paquet neutre. Notre ministre de la santé n’a donc pas entendu parler des chiffres de ses propres services. L’INPES a comptabilisé 400 000 personnes qui ont complètement arrêté de fumer grâce à la vape.

Il lui suffirait aussi de descendre de sa tour d’ivoire et se balader sur les forums e-cigarette ou sur les groupes Facebook, où tous les nouveaux vapoteurs n’ont que trois mots à la bouche : C’EST UN MIRACLE ! Tellement facile, tellement surprenant, tellement inattendu pour les fumeurs, mais aussi, et surtout pour tout le système tabac. Voilà pourquoi, et voilà comment nos gouvernants, ministre de la “santé” en tête, font tout pour étouffer le miracle. Ce n’est pas une fiction, encore moins une théorie du complot. Les faits sont là, sous nos yeux, vérifiables et bien assemblés.

Plantons le décor

Nous sommes dans une société “démocratique” ou les élections et le clientélisme provoquent une politique de l’immédiat. Plus aucune vision d’avenir n’est possible. En matière de tabac, économiser 47 milliards d’euros en dépenses de santé annuelles dans 20 ans est une perspective bien trop lointaine. Par contre, perdre 14 milliards de rentes fiscales immédiatement, c’est pas possible. Le tabac rapporte gros, le tabac rapporte vite, il est hors de question de couper cette ressource si facile pour le budget de l’état.

Nous sommes aussi dans une société de la communication. Il faut donc assurer l’image, quand même. Tout gouvernement doit se targuer de mener une politique anti-tabac. Il faut des marqueurs forts, qui interpellent l’opinion. Montrer qu’on s’occupe du problème. Même si les ventes augmentent, sauver les apparences.

Alors comment assurer la communication et faire croire que l’on lutte contre le tabac tout en sécurisant les recettes fiscales du tabac ?

Le miracle du paquet neutre

Félicitation au petit génie qui a soufflé l’idée à Marisol Touraine. Le paquet neutre répond à tous les objectifs, et même plus. Voilà pourquoi.

1 – Ça ne marche pas (tout seul)

Le paquet neutre est inefficace s’il ne fait pas partie d’une politique beaucoup plus globale. Comme si on mettait le meilleur footballeur du monde au milieu d’une équipe de majorettes. En Australie (référence pour la ministre), la mise en place du paquet neutre s’est accompagnée d’une très forte hausse des prix. En Australie toujours (une amie me l’a confirmé il y a quelques jours), tout comme en Angleterre, il n’y a pas d’enseignes et les paquets sont cachés sous les comptoirs ou dans les placards. Un enfer pour le touriste fumeur.

Ces pays peuvent donc se prévaloir d’une baisse considérable du nombre de fumeurs, avec des résultats incroyables à comparer de nos 32% en France : 17% au Royaume-Uni et 15% en Australie ! Il faut dire que nous, on a des bureaux de tabac ouverts 7/7, bien visibles avec leurs jolies carottes rouges et lumineuses, les produits sont parfaitement mis en évidence dans les étalages, la publicité est autorisée au comptoir et les prix ont été gelés au 1er janvier.

Le paquet neutre au milieu de toutes ces “incitations” ? Franchement, ça fait rire…

2 – Une belle posture pour la ministre

Cela dit, proposer le paquet neutre alors que la mesure a été retoquée dans la directive tabac européenne, ça assure. En termes de communication, on dit que ça a du relief. C’est une “mesure phare”, très symbolique qui marque les esprits à coup sûr. Ça montre que la France prend de l’initiative, va plus loin (rire = 32% de fumeurs !) La ministre peut ainsi jouer les chevaliers blancs de la santé publique. Elle rêve même d’un monde sans tabac, tout en prenant soin de préciser (kan même) qu’augmenter les prix à 10 ou 15€ le paquet comme chez les copains anglo-saxons n’est pas un objectif du gouvernement

3 – Avec l’aide des buralistes !

Les buralistes font la révolution contre le paquet neutre. La ministre ne pouvait pas rêver mieux : regardez citoyens comme je suis déterminée ! Si les buralistes s’énervent, c’est que la mesure doit être efficace. CQFD. Les médias aidant, l’affaire prend de l’ampleur, la ministre jubile. En bonus, les sénateurs (majorité de droite) retoquent la mesure. De quoi marquer les clivages et redorer encore un coup l’image de Marisol Touraine, féroce combattante. Elle fera passer le paquet neutre de toute façon en commission paritaire après le passage au Sénat. Quelle bravoure. Tout le monde savait à l’avance que le ramdam ne changerait rien…

4 – Et l’approbation de l’industrie du tabac

Regardez donc les paquets de cigarettes depuis quelques mois… Les marques disparaissent. Il ne reste plus que les couleurs. L’industrie du tabac travaille déjà l’arrivée du paquet neutre. Inéluctable. Cela ne les empêchera pas de jouer les vierges effarouchées devant les tribunaux au moment où la mesure passera. Ile pourront ainsi négocier des délais d’application, etc. Mais l’essentiel est là. L’annonce du paquet neutre s’est faite en 2014 au moment même où le gouvernement a annoncé le gel des prix. Coïncidence ou donnant – donnant ? Il suffit de lire les livres sur le tabac en France parus ces derniers mois pour ne pas douter d’un “deal” en coulisse…

Et pendant ce temps là : la cigarette électro-truc…

On n’en parle pas, ou peu. Et quand on en parle, c’est pour annoncer des mesures discriminatoires totalement dénuées de sens. Toute l’agitation autour du paquet neutre occupe les médias, les politiques et l’opinion. Les vapoteurs protestent ? L’AIDUCE (Association des Utilisateurs de Cigarettes Électronique) adresse des courriers à tous les Députés, à tous les Sénateurs, une pétition est signée par plus de 30 000 personnes. Pas vu, pas entendu…

La directive tabac européenne, qui doit être transposée en 2016 dans le cadre de la loi de santé, contient un article (N°20) concernant la cigarette électronique. Il n’interdira pas la vape. Mais il est écrit pour que la e-cigarette retombe exclusivement dans les mains de l’industrie du tabac. Les vapoteurs n’ont de cesse de dénoncer cet article fallacieux aux conséquences désastreuses. Produits scellés et de mauvaise qualité. Distribution circonscrite aux bureaux de tabac. Tout pour que les fumeurs restent fumeurs, et pour re-introduire la vape dans le système des taxes outrancières.

Conserver les taxes… Pardon pour la répétition, c’est déjà écrit au début de l’article.

Déni de santé publique

Dans les quatre dernières années, les ventes de tabac ont beaucoup baissé. Les ventes de substituts nicotiniques se sont effondrées. Mais depuis quelques mois, depuis que le gouvernement et les médias se sont acharnés sur la cigarette électronique, que le doute a été semé dans l’opinion, bizarrement les ventes de tabac repartent à la hausse. Ne pas voir une relation directe entre les évènements est un déni, voire une volonté politique.

Depuis des années et des années que l’on cherche (officiellement) des solutions pour réduire le tabagisme, la cigarette électronique a accomplit ce que rien d’autre ne permettait d’envisager. Au lieu de saisir cette chance, notre ministre de la santé ignore. Ou plutôt, notre gouvernement ignore. Car la politique du tabac ne se joue plus, semble-il, depuis bien longtemps, au ministère de la santé.

400 000 vapoteurs qui ne fument plus du tout, c’est 5 années de morts du tabac (78 000 décès par an). L’Histoire fera les comptes. Mais quand ? Combien de morts évitables ne seront pas évitées ? Prendre les mesures radicales de nos voisins anglais sur le tabac et mener une politique de promotion de la vape amènerait des résultats extraordinaires et rapides.

Plus de doute possible. Réduire le tabagisme en France n’est pas (plus ?) un objectif. Alors le paquet neutre permet de détourner l’attention. Les médias oublient même d’en commenter les derniers chiffres sur les ventes de tabac à rouler qui ont augmenté de 11% entre juin 2014 et juin 2015, un record ! A savoir que c’est le produit préféré des jeunes (moins cher) et que c’est là-dessus que les bénéfices de l’industrie ont le plus augmenté ces dernières années.

Santé, éducation, sécurité, énergie, environnement, économie, alimentation, agriculture, travail, sports, affaires sociales, transports, recherche, affaires étrangères, culture, justice, logement… si toutes les politiques de l’État sont menées de cette manière, avec un tel cynisme, ça fout le vertige…

> Communiqué de presse de l’AIDUCE suite aux commissions sénatoriales sur la loi de santé (incluant la Directive Tabac)

Pré-commande

Jusqu'au 30 septembre :
VAPYOU N°10 et livre.
"Bienvenue dans la vape".

Commandez