Traduction d’un message publié par les services d’information du gouvernement anglais à propos des mythes sur le vapotage.

Je propose la traduction de ce message pour deux raisons. Premièrement, il est bon de temps en temps de montrer que toutes les info sur la vape que vous trouvez sur VAPYOU où chez des confrères (comme par exemple l’excellent VAPING POST), ne sortent pas de nulle part et ne sont pas des élucubrations de vapoteurs illuminés.

Deuxièmement, il est important de souligner que ce message est publié sur le site d’information des services et du gouvernement anglais (www.gov.uk), dans la catégorie “Questions de santé publique”. Alors qu’en France toutes les discussions ont été rompues concernant le vapotage et que la ministre Agnès BUZYN ne veut pas en entendre parler, on constate qu’il existe encore dans le monde des gouvernements responsables pour informer la population avec honnêteté. Chez nous, les fumeurs sont livrés à eux-mêmes face aux messages quasi systématiquement anxiogènes que l’on trouve régulièrement dans la presse, sans aucun contrôle sur la véracité profonde des info. Avec en plus depuis quelques mois, les associations anti-tabac intégristes qui tentent d’affoler la population avec une prétendue épidémie de vapotage chez les jeunes qui n’existe pas chez nous. Cette hystérie vient des États-Unis, où les ados basculent sur le vapotage au lieu de fumer.

A savoir que cette publication n’est qu’une parmi tant d’autres ! Quand en France, on n’a RIEN. Un silence total.

Vous trouverez la publication originale ici : Clearing up some myths around e-cigarettes (publiée le 20 février 2018, et qui vient d’être mise à jour le 27 février 2019). Traduction réalisée avec l’aide de Google.

Éliminer certains mythes autour des cigarettes électroniques

Questions de santé publique – Mis à jour le 27 février 2019.

Nul doute que vous aurez vu certaines des histoires dans les médias récemment après la publication de la dernière mise à jour des preuves de PHE sur les cigarettes électroniques. Les cigarettes électroniques semblent nourrir la controverse auprès du public et des médias, comme le miel attire les abeilles.

Sans surprise, il y a beaucoup d’inexactitudes et d’idées fausses sur les cigarettes électroniques et le vapotage. Cette publication examine certains de ces mythes les plus courants et en fournissant les faits.

Notre dernière revue indépendante sur la cigarette électronique, rédigée par des universitaires de premier plan dans le domaine de la lutte antitabac, porte sur les faits les plus récents concernant le vapotage chez les adultes et les jeunes en Angleterre.

En dépit des reportages parfois confus et déroutants sur la sécurité des cigarettes électroniques, il existe un consensus croissant autour des preuves. Bien que non sans risque, les cigarettes électroniques sont beaucoup moins nocives que les vraies cigarettes.

Ce point de vue est soutenu par un certain nombre d’organisation clefs, notamment Cancer Research UK, Action on Smoking and Health, le Royal College of Physicians (médecins), la British Medical Association et, récemment, un organisme scientifique américain de premier plan, la National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine.

Pour une vision plus complète des résultats de cette analyse, veuillez consulter cet article : Mise à jour des preuves relatives à la cigarette électronique – caractéristiques et utilisation chez les adultes et les jeunes.

MYTHE 1 – Les cigarettes électroniques transforment vos poumons en popcorn

L’une des préoccupations les plus courantes est que les cigarettes électroniques pourraient causer à vos poumons “la maladie du pop-corn”. Cela est dû au fait que certains arômes utilisés dans les e-liquides pour donner une saveur de beurre contiennent du diacétyle chimique, qui a été associé à de très fortes expositions à la grave maladie pulmonaire bronchiolite oblitérante.

La maladie a pris son nom populaire car elle avait été observée initialement chez des ouvriers d’une usine de pop-corn.

Cependant, le diacétyle est interdit en tant qu’ingrédient des cigarettes et liquides électroniques au Royaume-Uni (en Fance aussi). Il avait été détecté dans certains arômes d’e-liquides dans le passé, mais à des niveaux des centaines de fois inférieur à celui de la fumée de cigarette. Même à ces niveaux, le tabagisme n’est pas un facteur de risque majeur pour cette maladie rare.

MYTHE 2 – Les cigarettes électroniques ne sont pas réglementées et nous ne savons pas ce qu’elles contiennent

Le Royaume-Uni applique l’une des réglementations les plus strictes au monde en matière de cigarettes électroniques (la France aussi). En vertu du Règlement de 2016 sur le tabac et les produits connexes, les produits de cigarette électronique sont soumis à des normes minimales de qualité et de sécurité, ainsi qu’à des exigences en matière d’emballage et d’étiquetage afin de fournir aux consommateurs les informations dont ils ont besoin pour faire des choix éclairés.

Tous les produits doivent être notifiés par les fabricants à l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé du Royaume-Uni (MHRA), avec des informations détaillées, y compris la liste de tous les ingrédients. (En France l’organisme s’appelle l’ANSES)

MYTHE 3 – Les cigarettes électroniques doivent être nocives car elles contiennent de la nicotine

Quatre fumeurs et ex-fumeurs sur dix pensent à tort que la nicotine est la principale cause du cancer lié au tabagisme, alors que tout indique que la nicotine présente un risque minime pour la santé. Bien que la nicotine soit la cause de l’accoutumance au tabac, ce sont les milliers d’autres produits chimiques contenus dans la fumée de cigarette qui causent presque tous les dommages.

La vapeur de la cigarette électronique ne contient pas de goudron ni de monoxyde de carbone, deux des éléments les plus nocifs de la fumée de tabac. Il contient certains produits chimiques également présents dans la fumée de tabac, mais à des niveaux bien inférieurs.

MYTHE 4 – L’exposition aux vapeurs de la cigarette électronique est nocive pour les tiers

Les preuves montrent clairement que l’exposition à la fumée secondaire est nocive, raison pour laquelle le Royaume-Uni (la France aussi) a des lois interdisant de fumer dans les lieux publics et les lieux de travail fermés. Ces lois ne couvrent pas le vapotage et les organisations sont libres de définir leurs propres politiques d’utilisation des cigarettes électroniques dans leurs locaux. (Voir les règles pour France)

Le liquide de la cigarette électronique est généralement composé de nicotine, de propylène glycol et / ou de glycérine et d’arômes. Contrairement aux cigarettes, il n’y a pas de vapeur secondaire émise par une e-cigarette dans l’atmosphère, il n’y a que l’aérosol exhalé par le vapoteur.

L’examen des preuves mené par PHE en 2018 a révélé qu’à ce jour, aucun vapotage passif n’avait été identifié pour la santé des tiers. Les personnes souffrant d’asthme et d’autres affections respiratoires peuvent être sensibles à une gamme d’irritants environnementaux, ainsi qu’au pollen et à l’air froid. Le PHE conseille aux organisations de prendre cela en compte et de procéder aux ajustements nécessaires, lors de la mise en place de leur propre politique d’utilisation des e-cigarettes.

 MYTHE 5 – Les cigarettes électroniques incitent les jeunes à fumer

Notre dernier rapport n’a trouvé aucune preuve à ce jour pour appuyer l’inquiétude selon laquelle les cigarettes électroniques sont un moyen d’entrer en tabagisme chez les jeunes. Des enquêtes menées au Royaume-Uni montrent que les jeunes expérimentent la cigarette électronique, mais leur utilisation régulière est rare et est presque exclusivement réservée à ceux qui fument déjà. Pendant ce temps, les taux de tabagisme chez les jeunes au Royaume-Uni continuent de baisser.

Il n’y a pas non plus de preuve à l’appui de l’affirmation selon laquelle le vapotage est une « normalisation du tabagisme ». Au Royaume-Uni, alors que le nombre de vapoteurs adultes et de jeunes augmentait, le nombre de jeunes qui pensaient qu’il était « inacceptable » de fumer augmentait aussi. Bien entendu, PHE continuera de suivre les tendances en matière d’utilisation de la cigarette électronique aux côtés de celles qui fument.

MYTHE 6 – Les cigarettes électroniques sont utilisées comme un cheval de Troie: l’industrie du tabac peut ainsi continuer à faire fumer

Rien ne permet actuellement de penser que les cigarettes électroniques incitent les gens à continuer de fumer – la situation au Royaume-Uni suggère le contraire. La proportion d’ex-fumeurs utilisateurs de cigarettes électroniques a augmenté ces dernières années.

Plus de la moitié des 3,2 millions d’utilisateurs de cigarettes électroniques adultes au Royaume-Uni ont complètement cessé de fumer. 770 000 autres ont renoncé à fumer et à vapoter. Dans le même temps, les taux de réussite au renoncement au tabac se sont améliorés et nous assistons à une baisse accélérée du taux de tabagisme, qui atteint actuellement un creux record de 14,9% en Angleterre. (En France, on est à deux fois plus !! – Mais on donne des leçons aux anglais…)

Mythe 7 – Les cigarettes électroniques ne vous aident pas à arrêter de fumer

En dehors de notre revue, un essai clinique majeur financé par le NIHR au Royaume-Uni [ https://www.nejm.org/doi/10.1056/NEJMoa1808779 ] a été publié en février 2019. Il a été établi auprès de 900 participants. Il a été constaté que, dans les services locaux de lutte contre le tabagisme, une cigarette électronique standard était deux fois plus efficace pour aider les fumeurs à cesser de fumer que le choix d’un traitement d’association substitutif de la nicotine (TRN). Les deux groupes ont reçu un soutien comportemental et ceux du groupe des cigarettes électroniques ont eu des réductions beaucoup plus rapides de la toux et du flegme (bizarre ce mot ici, j’ai pas compris, peut-être la question du confort).

En résumé, les cigarettes électroniques et les cigarettes de tabac ne sont pas identiques et ne doivent pas être traitées comme telles. Il est important que les sept millions de fumeurs britanniques soient conscients des différences et disposent d’informations précises pour éclairer leurs décisions en matière de santé. Les cigarettes électroniques ne sont pas totalement sans risque mais comportent une fraction du risque de fumer et aident des milliers de fumeurs à arrêter de fumer et à rester non-fumeurs.

Inscription VAP'NEWS

Chaque dimanche à 19 h, recevez la newsletter de VAPYOU, une veille complète sur les actus de la vape et du tabac. Inscription gratuite. Aucune publicité.

Inscription