À l’occasion d’une nouvelle campagne de communication, l’Alliance Contre le Tabac affiche en page d’accueil de son site Internet la photo très glamour d’une adolescente avec une clope au bec. Une certaine idée de la « dénormalisation du tabac » ?

Dénormalisation. C’est sur ce thème que l’Alliance Contre le Tabac a décroché en 2019 près de 4 millions d’euros de subventions. Plus de 33 % du total fond addiction pour cette seule organisation.

Quand on écoute le brouhaha des anti-tabac, il faudrait supprimer la cigarette au cinéma, à la télévision, rendre tous les espaces public extérieurs interdits aux fumeurs, bannir complètement la vue de la cigarette, et même la vapoteuse, parce que ça « ressemble ».

[Capture d’écran – Dimanche 20 février 2022]

 

Pourtant, il y a quelques jours, l’Alliance Contre le Tabac lance sa nouvelle campagne de communication avec en visuel principal la photo d’une jeune fille, dans un style très glamour qui ressemble aux photos de Deneuve ou Bardot dans les années 60. À l’époque où l’industrie du tabac faisait tout pour séduire les femmes, jeunes si possible.

 

Déjà, jusque là, c’est stupéfiant.

Mais encore ?

D’où viennent ces photos ?

Est-ce que l’Alliance Contre le Tabac a organisé des séances photos en faisant fumer des mineurs (pour une campagne de lutte contre le tabagisme chez les jeunes) ?

Ouf ! Non ! Les images proviennent d’une banque d’image.. Ce sont ces plate-formes où les photographes vendent leur production pour quelques dollars. Peut-être que les sujets sont parfois payés, mais on imagine que c’est pas grand chose, voire rien du tout.

[Capture d’écran sur Adobe Photo Stock]

enfants mineurs qui fume

J’ai retrouvé l’image. Je me suis rendu compte que l’original est en couleur. Je l’ai même acheté pour la publier sur cet article de blog. Ça a coûté 3 dollars. Le copyright est russe.

En me baladant pour retrouver, donc cette jeune fille russe, je suis tombé sur la série. Il y a bien eu une séance complète où le photographe a fait fumer la jeune fille pour faire de nombreux clichés.

C’est donc assez perturbant de voir que l’Alliance Contre le Tabac utilise (pour quelques dollars) des images où une enfant est clairement exploitée pour faire des photos en la faisant fumer.

Sachant que l’exploitation des enfants (par l’industrie du tabac), c’est justement le thème de la campagne de l’Alliance Contre le Tabac. Mais quand c’est eux, apparemment, ça ne les dérange pas. Éthique à géométrie variable, ça fait longtemps qu’on a compris ça du côté des défenseurs de la vape.

Le traitement en noir et blanc interroge aussi. Il accentue le côté « glamour », souligne le regard farouche limite « de braise », la clope au bec renforce le côté rebelle. Est-ce que c’est un message négatif pour les adolescents ? J’ai comme un doute.

Dernière question. Qui me tarabuste et qui devrait tarabuster les anti-tabac acheteurs de photos de jeunes en trains de fumer. L’industrie du tabac n’est-elle pas diabolique ? Qui nous garanti que ce ne sont pas eux qui financent ces clichés « glamour » de jeunes femmes qui fument pour en inonder les banques d’images ? Le doute m’habite à nouveau. Ça serait quand même très con de s’être fait piéger et jouer le jeu de l’industrie du tabac… pour une organisation anti-tabac, je veux dire.

En France, on a vraiment les anti-tabac qu’on mérite…

30 % de fumeurs en France. Parmi les champions du monde. À voir comment et par qui est pilotée la lutte contre le tabagisme, il ne faut sans doute pas s’étonner. Quand on voit que les anglais ont maintenant presque trois fois moins de fumeurs que nous. On se demande ce qu’on a pas compris chez nous.

Avec sa nouvelle campagne de communication, l’Alliance Contre le Tabac décide de parler aux jeunes non pas des dangers de la fumée, mais de la vilaine industrie du tabac qui exploite des enfants (comme eux). Soit.

Mais dans le même temps, on voit passer de nombreux anti-tabac dans les médias, notamment le président de l’Alliance, qui cri à tout va sur la dangerosité des « puffs », ces nouvelles cigarettes électroniques jetables. Soulignent-ils (quand même) la différence avec une vraie clope ? Que la combustion tue, alors que la vapeur ou la nicotine, non ? Rappellent-ils que (quand même) expérimenter le vapotage en premier par rapport à expérimenter la cigarette en premier c’est 40% de chances en moins de devenir fumeur (selon l’INSERM) ?

Non. Jamais.

L’occasion est trop belle pour parler encore de la vape comme un problème plutôt qu’une solution.

La meilleure stratégie pour détourner les jeunes de la cigarette, c’est d’aider leurs parents

Le tabagisme des parents est le premier facteur de tabagisme chez les enfants. Le premier !

Deux fois plus de risque de fumer si un des deux parents fume. Trois fois plus de risque si les deux parents fument. Aider les fumeurs adultes, aider les parents à arrêter de fumer, c’est la première chose à faire pour réduire le tabagisme juvénile.

Mais toutes les communications de l’Alliance Contre le Tabac ne focalisent que sur un seul sujet, une obsession : la méchante industrie du tabac. En France, la lutte contre le tabagisme s’est transformée uniquement en lutte contre l’industrie du tabac.

Je n’ai pas à juger si ce combat à du sens, mais à mon égard l’argent public devrait être destiné à la lutte contre le tabagisme, c’est à dire aider les fumeurs à arrêter de fumer.

Et théoriquement, si les fumeurs arrêtent de fumer, ça ne devrait pas faire les affaires de l’industrie du tabac ?

Merci quand même !

Bon j’avoue…

Cette photo diffusée par l’Alliance Contre le Tabac m’a rappelé ma jeunesse. Quand j’avais douze ans et que je me mettais à fumer pour faire cool.

Et ce n’est pas un mauvais souvenir, loin de là. Comme mes premières bières ou mes premiers joints.

C’était bien l’adolescence, l’insouciance… Et qu’est-ce que ça me gavait quand les « vieux » me faisaient la morale ! Je faisais tout le contraire évidemment. J’ai relu ça dans Golden Holocaust p. 111 et 112.

Je me dis aussi que si les puffs existaient dans les années 80, j’aurais (peut-être) essayé plutôt ça et j’aurais (peut-être) pas fumé pendant 30 ans.

PS

Si la question des jeunes et des anti-tabac vous intéresse, cet article est rigolo aussi : L’OMS invente des enfants vapoteurs pour une campagne mondiale anti-vape

Question

Est-ce que la vidéo avec tous les petits enfants malheureux (on se demande d’ailleurs si ce sont leurs vrais prénoms, est-ce que ça serait pas encore des vidéos achetées sur des banques d’images ?) sera diffusé aux producteurs / vendeurs de tabac (Inde, Thaïlande, Chine, Brésil…) qui siègent au bureau et aux conférence du CCLAT de l’OMS ?

Pour rappel, plus de 50 % des ventes de cigarettes dans le monde sont réalisées par des États et non l’industrie du tabac.

 

Inscription VAP'NEWS

Chaque dimanche à 19 h, recevez la newsletter de VAPYOU, une veille complète sur les actus de la vape et du tabac. Inscription gratuite. Aucune publicité.

Inscription