Le Pr Bertrand Dautzenberg vient de publier un nouveau livre qui s’adresse aux fumeurs et à leur entourage : Le plaisir d’arrêter de fumer. La vape y trouve une large place…

Première page, à propos de l’auteur – Pr Dautzenberg – 4e et dernier paragraphe : “Investi depuis quarante ans dans la lutte contre le tabac, sa consultation e-cigarette ouverte en 2013 lui a appris l’importance du plaisir dans l’arrêt du tabac et l’a conduit à repenser totalement son approche.”

Cette phrase résume parfaitement le parcours récent du Pr Bertrand Dautzenberg. S’il n’hésitait pas à afficher son scepticisme sur la vape il y a quelques années, il défend désormais avec énergie cette “nouveauté”, et n’hésite pas à concéder qu’elle a totalement révolutionné son approche thérapeutique. C’est tout à son honneur. Cette capacité à se remettre en question après 40 ans de pratique est exceptionnelle. D’autres “personnages” de la lutte anti-tabac feraient bien de s’en inspirer.

Le livre est un format mini-pocket, à vue de nez 11 X 8 cm, 160 pages. Je l’ai lu en trois jours. De plus, comme l’explique le professeur Dautzenberg, il est chapitré par thèmes, on peut le garder sur soi et lire par petites touches en fonction des besoins et des angles d’information recherchés.

Arrêter de fumer grâce à la nicotine !

C’est vraiment le fil rouge au gré des pages du livre, la nicotine : pour arrêter de fumer, saturez-vous sans complexe et sans crainte en nicotine non-fumée. C’est le goudron, le monoxyde de carbone et les milliers d’autres substances contenues dans le tabac fumé qui rendent malade et qui tuent, PAS LA NICOTINE.

Quelle soit la “méthode” choisie, le professeur Dautzenberg insiste, le fumeur doit nourrir la “meute” des récepteurs de son cerveau qui réclament de la nicotine. En se rassasiant ainsi le corps, l’esprit se libère et décompresse pour sortir du tabac plus facilement. Il démonte toutes les idées reçues sur la nicotine et les pratiques de substitutions, les fumeurs ou les familles qui ont encore des craintes doivent absolument lire pour s’en convaincre et profiter de l’opportunité. Comme le répète inlassablement Jacques Le Houezec, pour arrêter de fumer, la nicotine est votre amie.

Un grand chapitre sur la vape

Description de la pratique, des matériels, des liquides, conseils pour choisir… Le professeur essaie de faire un tour complet de la question. Même si le livre ne tourne pas entièrement autour de la vape, il est évident, comme il l’indique lui même, que le sujet le “passionne” et contribue, au-delà de la cigarette électronique, à modifier ses pratiques pour ses patients.

Pour les vapoteurs expérimentés, certains de ces conseils pourront paraître un peu décalés. La méthode pour trouver le bon throat-hit est peut-être un peu tirée par les cheveux. Déformation professionnelle, l’envie sans doute que tout soit “protocole”. Cela dit, ça permet de bien insister sur un point fondamental, pour réussir à arrêter de fumer grâce à la vape, il faut absolument trouver le bon dosage de nicotine, et surtout pas trop bas ! En trouvant une bonne boutique, avec un commerçant sérieux, il est nécessaire d’essayer pour trouver le tirage qui convient, c’est le volet “confort”, et ensuite le taux de nicotine adapté. De ce que je vois passer aujourd’hui dans les réseaux sociaux, il est recommandé d’orienter les débutants vers un tirage plutôt serré avec un taux de nicotine élevé.

Du coup, le professeur passe un peu trop vite à mon égard sur la question des saveurs. Il explique qu’il faut trouver LE bon arôme. Ce n’est pas aussi simple, personnellement je recommande toujours d’essayer de trouver et avoir sur soi plusieurs saveurs plaisantes, car on se lasse plus vite, même sur une seule journée. J’en veux pour preuve le marché très prolifique des e-liquides, certes c’est un plaisir, mais aussi certainement un besoin, et donc une demande des consommateurs.

Dernier point qui m’a un peu “chiffonné”, c’est un petit encarté sur le remplissage avec le e-liquide, allant jusqu’à recommander des gants et des lunettes. Heu… Bon, Bertrand Dautzenberg connait bien le sujet, mais il n’est pas vapoteur, c’est sa limite. Il ne connaît pas exactement toutes ces petites “manies” que l’on acquiert en pratiquant. Pour ma part, après bientôt 4 ans de vape, je suis capable de recharger mes atomiseurs en marchant et sans me mettre une goutte sur les doigts.

À acheter et à diffuser…

2,99 €, c’est le prix de ce petit livre. Super facile et rapide à lire. Pour les vapoteurs qui aiment et / ou qui ont besoin de parler de leur pratique, il y a dans Le plaisir d’arrêter de fumer quantité d’informations très intéressantes sur les mécanismes de la nicotine et le métabolisme du fumeur et ex-fumeur. Cette lecture permet d’être plus solide et de renforcer ses connaissances. Personnellement, même si je m’estime plutôt bien documenté, j’ai appris plus précisément certaines notions, le professeur Dautzenberg a une approche très pédagogique. Par exemple, j’ai pu calculer que je prends, avec mes 10 ml environ de eliquide à 6mg/ml exactement la même “dose” quotidienne de nicotine que lorsque j’étais fumeur.

Le livre est bien diffusé, on le trouve facilement dans les grandes enseignes. Je l’ai commandé sur Internet et j’ai pu aller le chercher en magasin 3 jours plus tard. Pour le prix de la moitié d’un paquet de cigarette, j’incite vraiment toute personne qui souhaite arrêter de fumer, quelle que soit la méthode envisagée, à acheter ce petit livre. A le lire ET à le faire lire car il y a aussi plein d’excellents conseils pour l’entourage du fumeur. Beaucoup de bon sens.

Merci au Pr Dautzenberg pour cet ouvrage qui contribue à lutter contre la désinformation sur la nicotine et sur la vape.