Bonjour !

Beaucoup de lecture cette semaine…

Il y a clairement actuellement une opération de désinformation massive sur le vapotage financée par les pouvoirs publics : avis du Haut Conseil pour la Santé Publique qui sème le doute, sites Internet de propagande qui déforment les informations en provenance des pays qui ont choisi d’utiliser le vapotage pour aider plus fort et plus vite les fumeurs, désinformation sur les risques de la nicotine, et maintenant des procès contre le vapotage (parce que c’est illégal d’en parler aux gens).

En pleine période de crise économique, l’État envisage d’augmenter les prix des cigarettes, ciblant ainsi le pouvoir d’achat des plus démunis (ce sont les plus pauvres qui fument le plus).

En résumé, tout faire pour éviter que les fumeurs basculent vers le vapotage (c-à-d arrêter de fumer), et les assommer de taxes. Un bel exemple de politique antisociale.

Si vous êtes commerçant, pensez à offrir VAPYOU à vos clients, c’est la dernière semaine pour commander.

Bonne vape !

Précommande VAPYOU N°16

À LIRE SUR LE WEB

 

Les fumeurs sont accros, c’est très difficile d’arrêter. Les « pauvres » fument plus que le « riches ». Les taxes représentent 85 % du prix d’un paquet de cigarette. Augmenter le prix des clopes c’est spoiler les plus pauvres en leur prenant de l’argent au lieu d’en dépenser, par exemple dans des campagnes de communication pour inciter à « switcher » de la fumée à la vapote comme en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni. C’est antisocial. Mais personne ne réagit. La stigmatisation et la culpabilisation des fumeurs sont telles que même eux pourraient trouver ça normal.

Commentaire de Serge Leforestier (La Vape Du Cœur) Trouver cela normal, oui. C’est le maître mot dans la fabrique du consentement. Instaurer un sentiment de culpabilité et le tour est joué. Ça évite de se creuser la soupière pour trouver un chemin équitable et profitable pour tous. C’est au-delà de la paresse intellectuelle dont nos élus font preuve. A moins que ça ne soit bien pire… Une solution simpliste à un problème complexe, voilà ce que propose les gouvernements depuis des décennies. Le tout sur une idéologie encore teintée de culpabilité religieuse d’un autre âge.

+ Lire l’article 

 

Les milliards d’€ supplémentaires pompés sur le dos des fumeurs depuis 5 ans ne suffisent plus ? Bonne nouvelle aussi pour le marché noir et la mafia. L’augmentation des prix pourrait aussi inciter les fumeurs à essayer la vape malgré la fabrique des doutes par les anti-tabac. Pour rappel, en France c’est 30% de fumeurs (clopes « légales » ou autres), en Suède c’est moins de 5% avec un paquet à 6€.

+ Lire l’article 

 

Article certainement issu de l’action relation presse de l’Alliance Contre le Tabac, financé par le fond addiction destiné à aider les fumeurs et qui vient de lancer une campagne sur le sujet. Là, c’est pas de l’aide, c’est une entreprise de culpabilisation moralisatrice et qui cible une population « écolo », c-à-d une minorité, (c’est écrit dans l’article). Combien arrêteront de fumer, que peut le sentiment de culpabilité face à l’addiction à la clope ? Tout ce qui est dit est possiblement vrai, mais je me méfie toujours, Alliance Contre le Tabac et l’OMS sur ce sujet, j’ai les warning en alerte. En tout cas, même si c’est mal tout ça, consacrer l’argent du fond addiction en aidant (tous) les fumeurs (pas que les « écolos ») à quitter la clope avec des méthodes efficaces (par exemple la vape ?) serait bien plus utile pour l’environnement en faisant baisser leur nombre beaucoup plus fort et beaucoup plus vite. Mais l’encadré en fin d’article sur la vape qui pollue avec les batterie n’est pas de bon augure, au contraire. C’est vrai aussi… J’aimerais bien savoir à quel niveau de pollution se situe une vape vs un téléphone vs fumer des cigarettes. Il serait grand temps que les pros de la vape essaient vraiment de faire le ménage sur les puffs, parce que face à ces extrémistes, là c’est hara kiri.

Commentaire de Claude Bamberger (Aiduce) : Où tu découvres comment faire un article de green-dirtying.

• l’eau, sujet passionnant et important. Sauf quand on compte comme ressource l’eau de pluie, une technique assez pratique pour gonfler les chiffres et faire peur

• le déboisement, sujet important et passionnant. Sauf quand dans le même article on explique que ce n’est pas « pour » planter du tabac mais que de toutes façon les agriculteurs exploiteraient cette terre. Mais cela évite de parler de l’exploitation de ces pays qui serait encore pire avec des produits à moins de valeur ajoutée (quand on devrait militer pour qu’ils cultivent avec plus de productivité pour consacrer leur force de travail à des produits à valeur ajoutée à partir de cette production)

• produits phytosanitaires et intrants, sujet important. Sauf qu’ils augmentent la production d’une surface donnée, cf. point précédent. Ces techniques ont permis sur un petit pays comme la France d’augmenter la productivité agricole tout en augmentant la surface de forêts (qu’il faut entretenir et utiliser, les arbres on ne les pose pas là pour un siècle, il y a une durée optimale de 30-50 ans). On a pu revenir ainsi sur la mise en coupe réglée de nos forêts par nos irresponsables ancêtres (pré-révolution) qui roulaient en chars 4×4, naviguaient en yacht et transportaient les épices et le tabac dans des navires qui ont abattu nos dernières grandes forêts.

• pollution, c’est important de compter en volume et non en objets parce que sinon on explique qu’un mégot ça « pollue » autant qu’une machine à laver jetée à la mer. C’est une mauvaise idée de jeter ses déchets dans la mer (et la majorité chez nous sont recyclés ou brûlés dans des installations contrôlées), mais là les mégots représentent à peine 1-2% en masse/volume selon les données internationales (et en milieu humide ils disparaissent en 1 an, dans 100L d’eau c’est 1 ou 100 mégot qu’on peut mesurer, on ne peut pas faire la multiplication sans mentir outrageusement).

• Et bien sûr une clope émet plus de certains trucs qu’un diesel… pendant le temps qu’on l’utilise, soit quelques minutes.

+ Lire l’article 

 

Puff. Toujours les mêmes questions mais sans jamais poser le cadre essentiel. Quelle est la proportion de jeunes qui fument (des vraies clopes) en Suisse ?

+ Lire l’article 

 

Le problème, c’est juste ça, la fumée, rien d’autre. Ni la nicotine, ni le geste, ni le plaisir ne causent de cancers. La vape, c’est le plaisir, le geste et la nicotine, sans fumée, sans cancer (d’après l’INCa).

+ Lire l’article 

 

L’an dernier 0,7 % des 14 millions de fumeurs se sont inscrits au Mois Sans Tabac. On ne sait pas combien d’entre eux ont arrêté de fumer. Il y a aussi des opérations en région sur le terrain pour aller à la rencontre des fumeurs. Espérons cette année des messages forts sur le vapotage pour aider un maximum de fumeurs ! En 2017, Tabac Info Service avait créé un groupe Facebook vapoteurs, et de nombreux bénévoles avaient aidé plus de 5000 fumeurs. L’expérience n’a malheureusement pas été reconduite.

+ Voir l’image 

 

Procès contre la vape. Les puffs, c’est un produit idiot et contre nature quand on voit les dégâts que ça peut causer à l’environnement, même si la prochaine coupe de monde dans des stades climatisés et tâchés de sang ne semble déranger personne. Vendre de la vape à des jeunes c’est interdit (comme les clopes), même si on pourrait se demander combien parmi ceux qui ont essayé ne tenteront du coup pas la cigarette fumée (celle qui tue vraiment). Le CNCT claironne le risque d’une « nouvelle addiction » à la nicotine (le terme « épidémie pédiatrique » est vraiment dégueulasse pour insuffler l’idée qu’on parle de bébés), peut-on leur rappeler qu’en France + de 30 % des jeunes sont fumeurs, que ça c’est pas nouveau, et que quelque part ce record d’Europe est bien le résultat de la politique anti-tabac depuis des décennies ?! C’est la loi aujourd’hui, mais en quoi c’est utile d’interdire « toute » publicité pour la vape, c-à-d y compris à l’attention des fumeurs adultes ? En résumé, cacher absolument la vape aux fumeurs, c’est bien ? C’est une bonne mesure de santé publique ? Ne pas laisser la possibilité aux fabricants / commerçants indépendants, sérieux et responsables de se distinguer des idiots et de l’industrie du tabac, c’est bien aussi ? Je lis enfin avec stupéfaction que le CNCT subit un préjudice sur son « sujet » lutte contre le tabac, alors qu’il n’y a pas de tabac dans la vape sous quelque forme que ce soit. Le juge a t-il compris ça ? Lorsque l’INSERM démontre que les jeunes qui essayent le vapotage en premier par rapport à la clope en premier ont presque deux fois moins de risque de devenir fumeur, où est le préjudice ? Enfin, la dernière phrase du communiqué qui parle de la nécessité d’un réseau de vente dédié à de quoi inquiéter, de qui parle t-on, les boutiques de vape (qui vendent un produit qui aide) ou les buralistes (qui vendent un produit qui tue) ? Il serait intéressant de comparer les volumes de ventes de puffs dans ces deux « réseaux »… La loi est la loi, mais je suis effaré de la situation dans laquelle on est quand on remonte d’un cran et qu’on tente de « résumer » : la vape a déjà sauvé des millions de fumeurs, plus et plus vite que jamais dans l’Histoire, et… non rien. C’est pathétique.

PS : les puffs sont apparues aux USA suite aux interdictions d’arômes dans des produits de vape « classiques ». Interdictions diligentées par les anti-tabac américains. Un bel exemple de pompier pyromane. Bravo !!!

+ Lire l’article 

 

Quand la presse se ridiculise et participe à la fabrique du doute sur le vapotage. Mais qui lira cet excellent article au-delà du titre ?

+ Lire l’article 

 

Étude qui fait peur. Toujours le même biais, énorme, un vapoteur est un ex-fumeur. Quant à la conclusion, conseiller de ne pas remplacer la clope par la vape, c’est spacial.

+ Lire l’article 

 

Un article qui souffle le chaud et le froid. Malgré un titre inutilement inquiétant, le discours est bien catégorique sur la « drastique » réduction des risques entre vapotage et cigarette en citant même le cardiologue canadien Martin Juneau. Par contre, on aimerait bien la référence d’une étude qui montre que la nicotine non fumée rend addict et conduit au tabagisme. Le médecin n’a aucune connaissance semble t-il des réalités de terrain dans les pays où la vape s’est répandu largement chez les jeunes en faisant « drastiquement » aussi baisser le tabagisme. Ou alors il est mal « informé ». Aux USA, le taux de jeunes fumeurs quotidiens est passé sous les 2%. En France c’est 28 %. Le problème c’est la clope, pas la vape. D’après l’INSERM, les jeunes qui essaient la vape en premier ont presque moitié moins de risque de devenir fumeurs, contrairement à ceux qui ont essayé la vraie cigarette en premier. On trouve aussi dans l’article l’allégeance au dernier avis du HCSP, ne surtout pas conseiller la vape, sous entendu, c’est mal. Quel désastre. Quelle honte par rapport aux pays qui promeuvent oportunément la vape pour sauver des vies.

+ Lire l’article 

 

Au Maroc, les cigarettes sont fréquemment vendue à la sauvette à l’unité pour quelques centimes, souvent par et à des enfants. Même si ce n’est évidemment pas une bonne idée et que la vigilance est de mise, on pourrait croire que les puff c’est beaucoup plus dangereux ? On découvre aussi que d’après ce médecin, la nicotine rend « ivre » ?! Question, la nicotine des clopes ou la nicotine des puffs ?

+ Lire l’article 

À LIRE SUR VAPYOU

Dernière semaine pour commander le magazine VAPYOU afin de diffuser aux clients des boutiques de vape une information rassurante et objective sur le vapotage et les aider mieux à quitter la cigarette.

 

Le magazine VAPYOU est réalisé depuis 8 ans en commande groupée :

– cela permet d’obetnir un coût très bas : 36 centimes l’exemplaire (tout frais compris)

– d’éviter le gaspillage en évitant de faire du stock, c’est « écolo »

Agissez contre la désinformation et la fabrique du doute sur le vapotage. Offrez VAPYOU à vos clients.

+ Commandez

Inscription VAP'NEWS

Chaque dimanche à 19 h, recevez la newsletter de VAPYOU, une veille complète sur les actus de la vape et du tabac. Inscription gratuite. Aucune publicité.

Inscription