Le brouhaha médiatique de l’été et de la rentrée a complètement occulté l’essentiel sur le vapotage. Rappelons le haut et fort : la vape sauve des millions de fumeurs de leur addiction mortelle.

C’est le problème de notre société ultra médiatisée. On saute d’un sujet à un autre. Une incongruité (il a trouvé une araignée dans ses toilettes) ou une news people (deux rappeurs qui se battent) peuvent faire autant d’écho qu’une info importante. Les news alarmistes sur le vapotage pendant cet été et encore à la rentrée ont totalement occulté l’essentiel. Non pas qu’on l’ait oublié, mais c’est passé au second plan.

Tempête dans un verre d’eau

Pendant quelques jours, le traitement approximatif des info dans les médias a pu faire croire que vapoter pouvait tuer. Ainsi, alors que depuis plus de 10 ans, des millions de gens vapotent sans aucun soucis, d’un coup, il y a des morts. Avec un peu recul l’affaire est très claire, c’est comme si on avait mis de la mort aux rats dans un verre d’eau, et qu’on aurait accusé le verre d’eau. C’est aussi ridicule que ça.

Pendant ce temps, la vape continue de sauver des millions de fumeurs

En fait, c’est tout le problème. Paradoxal. Que ce soit en France ou partout dans le monde, le vapotage s’est développé très rapidement. Pourquoi ? Parce que ça marche. Des millions de fumeurs sont sortis de leur addiction et ils vont très bien. Beaucoup mieux que lorsqu’ils fumaient. C’est devenu “normal”, ce n’est plus “nouveau”, alors on en fait rarement la une des journaux, il n’y a plus rien de “sensationnel”.

Pourtant, c’est phénoménal. La vape est sans doute l’outil le plus performant qu’on ait jamais inventé. Efficace et rapide. En France, le nombre de fumeurs serait de 700 000 voire 1,5 million, selon comment on décortique les chiffres, à être sortis du tabagisme grâce à la vape. Jamais rien n’a permis d’atteindre ce record.

Bénéfices / risques

En arrêtant la cigarette, on élimine TOUS les dangers du tabagisme. En vapotant, on prend d’autres risques ? Peut-être. Mais toujours est-il que depuis plus de 10 ans des millions de vapoteurs n’ont jamais eu de problèmes. La recette des e-liquides est très simple et universelle. Si l’on s’en tient aux produits et aux matériels réglementés vendus dans les boutiques spécialisées, il n’y a pas d’inquiétude à avoir.

Des milliers d’études ont été réalisées, aucune ne soutient des risques sérieux pour la santé des vapoteurs. À ce jour, les seuls doutes ne sont fabriqués que dans des laboratoires, pas dans la vie réelle. Les incidents aux USA sont dus à un usage détourné du vapotage. Si quelqu’un décidait de manger une “cigarette électronique” ou de se piquer avec des e-liquides, on pourrait également craindre le pire. La crainte d’une passerelle vers le tabagisme n’est aujourd’hui pas démontrée. Aux État-Unis, et même en France le tabagisme des jeunes est en baisse, et cette baisse s’accélère, ce n’est pas un fantasme, ce sont les chiffres des agences de santé.

Le seul risque connu et avéré du vapotage, c’est que c’est un formidable outil pour essayer d’arrêter de fumer.

C’est essentiel. Ne l’oublions pas.

Rappel : 3e Sommet de la vape le 14 octobre à Paris

Outil d’aide le plus populaire pour arrêter de fumer, le vapotage suscite paradoxalement de plus en plus de controverses. Risques ou opportunités, individuel, collectif… Où en sommes nous ?

Le Sommet de la vape accueillera des spécialistes français, britanniques et américains, sous l’égide de Jean-Pierre Couteron et en présence du Professeur Benoit Vallet, ancien Directeur Général de la Santé.

Parmi les invités, plusieurs interventions seront des premières en France le Dr Lion Shahab, de l’University College of London, auteur d’une étude toxicologique de suivi de six mois comparant vapoteurs, fumeurs et consommateurs de substituts nicotiniques ; la Dr Leonie Brose, du King College of London, co-auteure du rapport sur le vapotage du Public Health England ; le Pr David Levy, l’Université de Georgetown (Washington DC), spécialiste de l’évaluation modélisée des consommations de tabac et de vape.

Programme et inscription : www.sommet-vape.fr

 

 

Inscription VAP'NEWS

Chaque dimanche à 19 h, recevez la newsletter de VAPYOU, une veille complète sur les actus de la vape et du tabac. Inscription gratuite. Aucune publicité.

Inscription