Côté financier, un salarié fumeur peut coûter 5000 € de plus que les autres. Côté sociétal, la ecigarette est une révolution sanitaire. La vape en entreprise est donc un vrai sujet pour les dirigeants et responsables RH.

Aujourd’hui, malgré les effets d’annonces du plan anti-tabac et anti ecigarette, il n’y a toujours PAS de réglementation dans les lieux publics, et encore moins pour la vape en entreprise. Vous êtes donc libre, en tant que dirigeant garant de la productivité de votre entreprise et de sa responsabilité sociétale (cf réglementation RSE), de mener la politique qui vous parait la plus saine. Il est d’ailleurs fort possible que des salariés fumeurs, vapoteurs et probablement ni fumeurs, ni vapoteurs, vous aient déjà sollicité pour arbitrer les comportements des uns et des autres. Si la cigarette pourrit assurément la vie des entreprises, la vape est une chance de progrès social et sanitaire. Voici les options :

1 – Ne rien faire, laisser faire :

Le ni-ni est rarement une bonne option, vous risquez de vous exposer à des débordements de tous les côtés. Entre les vapoteurs frustrés ou qui ne respectent pas les bonnes manières les plus élémentaires, les hygiénistes qui voudraient considérer la vape comme la cigarette, et les fumeurs jaloux de voir leurs collègues vapoter sans vergogne en salle de réunion, vous êtes bon pour un joli boxon !

2 – Considérer la vape en entreprise comme le tabac, donc interdire la ecigarette exactement comme la cigarette :

C’est sans doute la solution la plus facile à prendre. Vous aurez bonne conscience face aux pouvoirs publics qui font tout pour vous faire peur afin que vous preniez ce genre de décision (vous pouvez lire ici pourquoi l’état n’aime pas la ecigarette). Par contre, vous passez complètement à côté d’une véritable opportunité de stimuler des bonnes pratiques !

En effet, la ecigarette est une solution pour réduire considérablement les coûts liés au tabac, principalement les temps de « pause clopes » et les arrêts maladies, mais aussi les effets négatifs sur l’ambiance.

La vape réprensente un enjeu sociétal pour les entreprises qui n’ont pas attendu les réglementations RSE pour se soucier de la santé de leurs salariés. En renvoyant les vapoteurs avec les fumeurs, vous les exposez à la tentation de la cigarette, ils pourraient replonger dans le tabac, et même vous le reprocher ! Tant qu’il n’y a pas de réglementation, après tout, le chef d’entreprise est responsable.

3 – Vaper n’est pas fumer, vous décidez de prendre des mesures appropriées :

A vrai dire, ce n’est pas très compliqué de mettre en place une politique de vape en entreprise qui puisse convenir à tout le monde. Il s’agit simplement d’établir des règles pour les endroits et les situations où il est possible, ou pas, de vapoter. En clair, autoriser la vape à l’intérieur, dans certaines conditions et tant que cela ne dérange pas les autres.

Quelqu’un qui vape seul dans son bureau ne gêne personne ? Quelqu’un qui vape dans un espace commun, un peu à l’écart des autres, ne gêne personne ? Quelqu’un qui se rend dans un salle de réunion vide pour tirer quelques lattes sur sa ecigarette, ne gêne personne ?

L’odeur et la vapeur se dissipent très rapidement, rien à voir avec la cigarette. Tant qu’il ne s’agit pas de vapoter en réunion, dans des bureaux partagés, dans les ascenseurs ou dans les toilettes, la ecigarette ne provoque aucune gêne pour les autres.

Ainsi, avec une politique saine de la vape en entreprise, vos salariés vapoteurs perdront beaucoup moins de temps en pauses clopes et ils se sentiront respectés et valorisés d’avoir arrêté de fumer. Accessoirement, cela pourra motiver des fumeurs à essayer la ecigarette. Vous avez tout à y gagner !

Pour vous convaincre, au moins d’étudier, la mise en place d’une politique volontariste de la vape en entreprise :

  • tous les vapoteurs sont des ex-fumeurs. Un fumeur ex-vapoteur, ça n’existe pas !!! En gérant correctement la vape en entreprise, vous ne contribuerez absolument pas à créer de nouveaux fumeurs.
  • même si l’innocuité totale ne pourra pas être démontrée avant des dizaines d’années, on sait déjà que la vape est 100 à 1000 fois moins dangereuse que la cigarette fumée. TOUTES les études disponibles, avec des protocoles scientifiques sérieux, concordent : voir sur le site du Vidal.
  • il en va de même pour les risques liées à la vapeur passive
  • une immense majorité de vapoteurs, qui ont réussi à totalement arrêter de fumer, ont une meilleure santé : souffle, toux, cardio, etc. Certaines mutuelles ont même commencé à rembourser l’achat de ecigarettes.
  • les ex-fumeurs qui ont choisi la vapote pour arrêter de fumer ne présentent pas les symptômes de stress habituels de l’arrêt du tabac, dommageables pour l’ambiance et la productivité : énervement, susceptibilité, excès de nourriture, etc.

Voici une lettre de protestation très détaillée et argumentée pour solliciter une meilleure approche de la vape en entreprise :

> Lettre de l’AIDUCE à l’INRS pour corriger les recommandations aux entreprises

> Charte pour l’usage de la cigarette électronique en entreprise

Le coût du tabac pour les entreprises :

> Article de CAPITAL : La pause cigarette nuit gravement à la productivité

> Article de l’EXPRESS : Fumeurs vous coûtez 4600€ de plus à votre patron (étude universitaire américaine)

Inscription VAP'NEWS

Chaque dimanche à 19 h, recevez la newsletter de VAPYOU, une veille complète sur les actus de la vape et du tabac. Inscription gratuite. Aucune publicité.

Inscription