L’Assurance Maladie vient de publier son rapport pour améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses en 2017. Sur les 14 pages consacrées au tabagisme, pas un mot sur la vape…

Adressé au gouvernement et au parlement, ce rapport annuel vise à proposer les mesures pour atteindre les objectifs de santé publique en maîtrisant les dépenses. Sur 224 pages au total, le problème du tabagisme, première cause de mort évitable, occupe 14 feuillets. Aucun mot sur la vape, pas une seule fois “cigarette électronique” ou “e-cigarette”. Le sujet n’est absolument pas évoqué, ça n’existe pas…

Rappel des chiffres : une honte !

Pour démarrer, ce rapport a au moins le mérite de rappeler quelques chiffres :

  • 28 % de la population (+ de 15 ans) fume quotidiennement
  • 32,5 % de nos adolescents (17 ans) sont fumeurs
  • des taux parmi les plus élevés des pays de l’OCDE
  • une baisse de la consommation depuis 2000 très faible au regard d’autres pays. La France est passé de 27 à 24% alors que la Norvège est passée de 32 à 15, l’Irlande de 38 à 19, le Danemark de 31 à 17, etc.
  • en termes de prévalence tabagique, la France se situe sur le haut du panier avec seulement devant : la Chine, l’Estonie, la Hongrie, le Chili, la Lettonie, l’Indonésie et la Grèce.

La politique de lutte contre le tabagisme en France est un véritable fiasco avec un niveau de prévalence extrêmement élevé et une politique de réduction du tabagisme totalement inefficace. Avec un adolescent sur trois qui sort du lycée avec la clope au bec, on n’est pas prêt d’en sortir. Heureusement d’ailleurs que les buralistes ne vendent jamais de cigarettes aux mineurs !

Un peu plus loin dans le rapport, l’assurance maladie indique aussi que, contrairement à la plupart des pays, il y a moins d’écart entre les populations défavorisées et aisées sur le tabagisme. Et cela s’expliquerait par une question de culture et “d’entourage”. À aucun moment on ne signale qu’en France la profusion d’enseignes “carottes” pourraient être un brin responsable, contrairement à certains pays où les cigarettes sont cachées dans des placards.

Conséquences sur la santé publique

L’Assurance Maladie rappelle les chiffres de la honte : 78 000 morts dues au tabagisme. Cancer broncho-pulmonaire, BPCO, infarctus du myocarde, nombreux autres cancers, hypotrophie fœtale, cécité, accidents vasculaires, gastrites, ulcères, diabète de type II, maladies parodontales.

En termes de coût les dépenses de santé liés aux maladies du tabagisme s’élèvent à 12 milliards d’euros. Ce chiffre est donc loin des 45 milliards que l’on a souvent en tête, mais qui sont “extrapolés” en prenant en compte d’autres coûts indirects.

Vu comme ça, étant donné que les taxes sur le tabac rapportent environ 14 milliards, on peut effectivement se dire que l’équation n’est pas si mauvaise vue depuis le ministère des finances. Les ventes de tabac, moins les dépenses de santé, “rapporteraient” donc 2 milliards par an aux caisses de l’État. Intéressant…

Propositions de l’Assurance Maladie pour lutter contre le tabagisme

Les résultats obtenus au Royaume-Uni depuis quelques années semblent inspirer notre assurance maladie. Le fameux Moi(s) Sans Tabac prévu au mois de novembre s’en inspire directement.

L’Assurance Maladie propose quatre axes de travail : impliquer mieux les médecins, étendre la prise en charge des substituts nicotiniques, développer le “coaching” et l’accompagnement (Tabac Info Service) et enfin lancer un programme de recherche pour réduire les inégalités sociales liées au tabagisme.

Médical et pharma, tout est donc là. Outre l’accompagnement, ce sont bien les substituts nicotiniques qui sont “sponsorisés” encore par l’Assurance Maladie. Le rapport évoque même la nécessité de négocier avec les laboratoires dans la perspective d’étendre et rallonger les traitements. Troublant…

Un Moi(s) Sans Tabac avec ou sans la vape ?

A plusieurs reprises, le rapport fait référence à ce nouvel évènement qui est en train de s’organiser. Les appels d’offres sont lancés, les réunions s’organisent dans les régions.

Lors de la réunion Groupe de Travail Vapotage à la direction générale de la Santé, les associations ont bien entendu posé la question de la place que pourrait y tenir la vape. Aucune réponse. À trois mois de l’évènement, on ne sait pas. Nous n’avons que quelques bruits de couloirs de la part de professionnels de santé qui disent œuvrer sur le sujet et avec beaucoup de difficulté. Rien de concret, donc, et ça a l’air plutôt très compliqué.

Ce rapport de l’Assurance Maladie est donc plutôt alarmant car à aucun moment la vape n’est citée dans les stratégies de lutte contre le tabagisme. Elle n’existe pas. L’expérience des millions de français n’existe pas.

Il y a donc fort à parier que le Moi(s) sans tabac sera également un mois sans la vape. Obstination ou aveuglement, volonté délibérée ou aveu d’incompétence ? On ne sait plus trop à quoi se fier actuellement. D’un côté la DGS ouvre un groupe de travail sur la vape, Tabac Info Service affiche (enfin) la cigarette électronique sur sa page d’accueil, mais de l’autre le Moi(s) Sans Tabac semble vouloir faire l’impasse dessus.

E-cigarette, tellement déstabilisante…

Ni tabac, ni médicament. C’est que claironnent les vapoteurs, à juste titre. Mais certains médecins aimeraient quand même une ecig médicalisée, peut-être seule solution pour pouvoir vraiment la prescrire ? C’est ce qui se passe au Royaume-Uni. Et paradoxe, c’est l’industrie du tabac qui fabrique la e-cigarette destinée à la prescription médicale.

La vape bouleverse décidément tous les repères. Peut-être n’est-il pas justifié de reprocher à l’Assurance Maladie de ne pas inclure la e-cigarette dans ses process. Ce n’est pas un médicament. Mais par contre, faire comme si elle n’existait pas, ne pas observer le formidable espoir qu’elle suscite. C’est quand assez effrayant sur la rigidité du système et de ses “esprits”…

> Téléchargez le rapport de l’Assurance Maladie : sur le tabagisme, pages 64 à 78.

Bienvenue dans la vape

Ce livre s’adresse aux fumeurs, aux vapoteurs débutants et à toute personne qui souhaite en savoir plus sur le vapotage pour essayer d’arrêter de fumer.

6,90 €ttc
Format A6 - 80 pages

Points de vente