Premier mars, presque sans prévenir, voilà une nouvelle hausse des prix du tabac. Et si c’était l’occasion d’essayer d’arrêter de fumer, et surtout, de réussir ?

La hausse des prix du tabac vise à éviter que les jeunes n’entrent dans le tabagisme et inciter les fumeurs à arrêter. Ce serait une bonne mesure si elle était accompagné d’autres dispositions, en particulier des campagnes d’information pour aider les fumeurs à arrêter. En France, on sait qu’il faut arrêter (bouh ! c’est mal de fumer), par contre, la politique de santé publique est désastreuse pour aider ceux qui ont décidé d’arrêter de fumer.

Selon les derniers chiffres de Santé Publique France, 55% des tentatives d’arrêt, se font “sans rien”. Or, malheureusement, la volonté seule, c’est plus de 95% d’échec. Et surtout 100% de souffrance…

Essentiel : se faire aider !

En Angleterre, les campagnes de communication sur le tabac ne s’adressent pas à tous les fumeurs pour leur dire que c’est mal. Elles s’adressent aux fumeurs qui veulent arrêter, pour leur dire : faites-vous aider, utilisez les outils qui existent.

Toutes les études le prouvent, quelles que soient la solution d’aide (reconnue) que vous choisissez, vous augmentez vos chances de réussite : accompagnement par un tabacologue, substituts nicotiniques, médicaments, hypnose, et désormais le vapotage… Les taux sont variables, mais c’est toujours mieux que la volonté (et la souffrance – inutile).

Alors, si la hausse des prix du tabac vous incite à arrêter de fumer, ne faites pas l’erreur d’y aller sans aide.

Le vapotage : populaire et efficace

Depuis quelques années, c’est la solution la plus populaire chez les fumeurs qui choisissent une aide pour arrêter de fumer. Publiée au mois de janvier, une étude anglaise a démontré que le vapotage est deux fois plus efficace que les substituts nicotiniques. Et il y a quelques jours, une autre étude a montré que le vapotage n’avait aucune incidence en cas de grossesse, ni sur les mamans, ni sur leurs bébés.

Si le vapotage n’a aucun impact sur un fœtus, comment imaginer des risques graves sur des personnes adultes, et surtout si on compare aux dégâts du tabac !

Si vous souhaitez essayer le vapotage, voici un article très complet : 10 conseils pour bien démarrer la vape et tenter d’arrêter de fumer.

Ensuite, rendez-vous dans une boutique de vape spécialisée où vous serez généralement accueilli par des professionnels passionnés, compétents et très souvent ex-fumeurs. Si il n’y en a pas autour de vous, il y a de nombreux sites Internet qui proposent du matériel de qualité avec des vidéos et des tuto très bien réalisés.

Les bureaux de tabac ? Ils sont très peu à être compétents et capables de prendre le temps pour le démarrage (env. 1/2 heure minimum). De plus, ils distribuent majoritairement des produits fabriqués par l’industrie du tabac qui n’ont rien d’innovant et qui sont généralement plus chers à l’usage avec des systèmes uniquement propriétaires et captifs (capsules)… Il y a des milliers de façon de vaper, ça doit être du sur mesure, c’est pour ça qu’il vaut mieux aller voir un spécialiste.

Moins cher ?

Les substituts nicotiniques sont remboursés à 100%. Il n’y a aucune aide pour le vapotage. Mais ça marche mieux. Sans doute parce que l’on garde le geste et le plaisir. Car il n’y a aucune honte à le dire, fumer est un plaisir. Mais ce n’est pas le plaisir, ni le geste qui tuent, c’est la fumée. Et le vapotage permet de conserver cette sensation de plaisir, mais en arrêtant de fumer. Formidable non ?

Aujourd’hui un fumeur qui consomme un paquet de cigarette par jour va dépenser plus de 250€ par mois ! Avec ce budget, vous avez largement de quoi investir dans du matériel de vapotage. Surtout, n’achetez pas un matériel trop cher, achetez-en plutôt deux, qui soient simples à utiliser. C’est une règle d’or : avoir deux matériels, pour parer à la décharge de la batterie, voire à une panne. Il serait tellement dommage de reprendre une cigarette…

Ensuite, si vous prenez bien des liquide fortement dosés en nicotine (à lire : comment choisir son taux de nicotine), votre consommation sera bien en dessous de ce que vous dépensez dans le tabac. Entre 50€ et 100€ par mois vraiment maxi, c’est la fourchette de la plupart des vapoteurs.

Bonus : acte citoyen !

Peut-être que la hausse des prix du tabac vous incite aujourd’hui à arrêter de fumer ? Très bien !

Mais surtout, vous le faites pour votre santé, n’est-ce pas ? Et vous avez bien raison ! Une chance sur deux d’en mourrir, des risques énormes pour votre santé, c’est ballot…

Sachez aussi que quand vous achetez un paquet de cigarette, plus de 80% du prix est composé de taxes. L’an dernier, l’État a augmenté ses recettes fiscales de 700 millions d’€ grâce à la hausse des prix.

Si vous choisissez de vapoter pour essayer d’arrêter, en bonus vous ferez marcher l’économie. Il n’y a que 20% de TVA comme sur tous les produits de consommation courante. Vous ferez vivre des commerçants. Et si la plupart des matériels viennent de Chine, les liquides vendus chez nous sont pour une très grande majorité fabriqués en France, par des professionnels très sérieux.

Aucune raison d’avoir peur, regardez la vidéo ci-dessous qui est réalisée par le Public Health England ! Si vous choisissez le vapotage, vous le ferez pour votre santé, pour votre argent et vous aiderez l’économie locale au lieu de nourrir l’industrie du tabac qui ne fabrique même plus ses cigarettes en France !

 

Achetez VAPYOU N°9

Faites plaisir à vos clients en leur offrant
le magazine VAPYOU.
Pré-commande jusqu'au 31 mars.

Commandez