100 millions d’euros ! Le fond de lutte contre le tabac, issu de nouvelles taxes sur l’industrie, commence à être distribué. Voici comment et à qui…

Tout a commencé sur Twitter hier soir. Dans un petit cercle d’amis, on dénonce une fois de plus l’attitude exécrable et nocive de Gérard Audureau, l’ex-président de DNF (Droit des Non Fumeurs).

Gérard Audureau DNF anti-vape nicotineIl est connu pour ses positions anti-vape, dès qu’une info négative apparait, il est le premier à applaudir et repartager, même les pires fake news, sans aucun discernement, ni aucune vérification. Sa haine du fumeur (qu’il était) est profonde, c’est un adepte de la coercition et de la stigmatisation. Son cheval de bataille, c’est taxer, taxer, et encore taxer (on va comprendre pourquoi…). Les fumeurs bien sûr, mais aussi l’industrie du tabac. Il est avec l’Alliance contre le Tabac et DNF l’un des artisans de ce fond de lutte contre le tabac. Pas une mauvaise idée en soi, si tant est que l’argent soit bien utilisé. Pour aider les fumeurs, par exemple, c-à-d les premiers concernés par le fléau du tabac.

Fake news vape par Gérard AudureauGérard Audureau nous a donc encore bien énervé hier soir, et l’un d’entre nous (Thierry Pelé – Secrétaire général de SOVAPE) s’est amusé à chercher sur Google “Droits des Non Fumeurs subvention 2018”. En effet, ça nous rend tous dingues que ce genre d’associations soient subventionnées par des fonds publics. Ils ne font que propager de la haine envers les fumeurs et les vapoteurs, leur vision n’est que punitive, et ne donnent surtout aucun résultat depuis des dizaines d’années. Leur lutte n’est qu’une fin en soi, ils nous débectent…

Appel à projet de l’assistance maladie !

Bingo ! On était tous passés à côté, et évidemment DNF et consorts n’en avaient pas fait la publicité. C’est un document de l’Assistance Maladie que l’on trouve sur cette page dans la rubrique Fond national de lutte contre le tabac. Il s’agit donc de la liste des 16 projets retenus pour la distribution de 5 millions d’euros au titre de l’appel à projet “Mobilisation de la société civile” : voici le lien vers le document (ou voir en bas les captures d’écran).

C’est donc ça la “société civile” qui selon la gouvernance du fonds est la plus à même de mener une lutte efficace contre le tabac. Au-delà des millions attribués à DNF*, je m’abstiens d’autres commentaires, en quelques coups de téléphone, j’ai vite compris à quelle gabegie nous avons à faire. C’est à vomir… “petits arrangements entre amis”, “toujours les mêmes”, “de l’ordre du délit d’initiés”, “associations non-représentatives”… et j’en passe.

*Mention spéciale au projet de Droits des Non Fumeurs “Terrasses Sans Tabac”. La représentation ultime de l’idéologie de la coercition et de la haine des fumeurs. Depuis son lancement, 79 établissements sur toute la France ont été “séduits” par le programme. Combien d’argent déjà dépensé là-dessus ? Pas suffisamment semble t-il, ils décrochent 180 000€ supplémentaires.

De nombreuses questions se posent autour de cet appel à projet et surtout de sa (non) publicité. Il suffit de se balader sur les pages du site de l’assurance maladie. Le calendrier officiel indique que l’appel à projet doit être lancé en avril 2018. Mais l’annonce est faite sur le site de l’assurance maladie que le 18 mai. Soit à peine moins de 20 jours avant la date limite de remise des dossiers (le 10 juin). Il y a eu une diffusion sur Twitter seulement le 23 mai, et il n’y a aucun moyen de s’abonner à une newsletter ou à des alertes sur le site de l’assurance maladie.

Comment imaginer que des organisations non-informées à l’avance (comment, par qui ?) aient le temps et les moyens de préparer des projets sérieux, qui font appels à des centaines de milliers de d’euros, en seulement quelques jours ?

On notera aussi dans le document une formule qui revient très souvent (notamment pour DNF) et qui n’a pourtant pas empêché l’attribution de sommes colossales “… avec des réserves pour l’aspect financier compte tenu de la valorisation excessive de certains postes et des réserves d’ordre méthodologique”. Traduction : “Vous avez gonflé les budgets, votre dossier est bancal, mais on vous donne quand même la caillasse”. Consternant !!!

Bien entendu, tout ce qui aurait pu être intéressant en matière d’auto-support et de vapotage a complètement été expurgé de cet appel à projet. Au détour des recherches, on tombe aussi sur l’arrêté du 18 juin 2018 qui découpe l’attribution du Fond de lutte contre le tabac. Très instructif aussi. N’oublions pas que cet argent vient de l’industrie du tabac et donc d’une certaine manière, des fumeurs.

Polémique sur les 100 millions du tabac

Depuis quelques semaines, toute la clique des anti-tabac historiques est vent debout contre le gouvernement. En effet le projet de budget 2019 pour la sécurité sociale a été voté, et le fond tabac sera désormais utilisé pour toutes les luttes contre toutes les addictions. Voir toute l’histoire ici.

Pendant ce temps là, des petites associations, essentiellement composées de bénévoles, sans aucun moyen, travaillent autour de l’auto-support et du vapotage : SOVAPE, AIDUCE, VAPE DU CŒUR, JE NE FUME PLUS! Sur le terrain ou sur les réseaux sociaux, elles aident des milliers de personnes à sortir du tabagisme. C’est pas du blabla, c’est concret, c’est réel, essentiellement des consommateurs, des usagers : C’EST la société civile, la vraie.

Peut-on espérer un jour qu’elles soient enfin considérées ? Au moins être prévenues lorsque des moyens sont disponibles pour agir ? Et peut-être leur permettre de proposer (enfin) des solutions qui marchent ? Ou ne serait-ce que pour prendre leur avis ?

Tout ce gaspillage d’argent public, ces financements de forces nocives qui bloquent depuis des années et crachent sur la vape alors que c’est la solution la plus populaire, alors que les anglais en font la publicité dans leur Stoptober (modèle du Mois Sans Tabac – 4,5 M€ issus du fond de lutte contre le tabac) et réduisent ainsi massivement leur niveau de prévalence tabagique (moitié moins qu’en France)…

Voilà comment fonctionne la santé publique en France avec cet exemple où l’on découvre une véritable “industrie de l’anti-tabac” avec ces méthodes “lobyistiques” qui sont tant reprochées (par les mêmes)… à l’industrie du tabac. Et là, on ne parle que du tabac, je n’ose pas imaginer pour mille autres sujets. Bref…