C’est le 3 mai 2013 que j’ai essayé pour la première fois le vapotage et ça fait 10 ans que j’y prends toujours autant de plaisir.

Dès que j’ai essayé le vapotage, j’ai adoré ça. C’est un vrai plaisir, on aspire et on rejette une vapeur, il y a de la nicotine dedans, et il y a plein d’arômes vraiment sympas. J’ai passé énormément de temps au début à essayer des tas de saveurs différentes. Je me suis aussi beaucoup intéressé au matériel. Il y a 10 ans, il y avait encore de grands progrès à faire, ça fuyait, le rendu de vapeur et de saveur n’était toujours pas top. Sur les forums, il y avait beaucoup d’échanges entre passionnés, je me suis mis au reconstructible, aux drippers, il y avait aussi les premiers mod, méca ou électronique. C’était vraiment une période passionnante.

Les premières années, j’ai dépensé pas mal d’argent dans la vape. C’était une époque très expérimentale, j’achetais et je revendais quand le matériel ne me plaisait pas. J’ai fait partie des passionnés du coton, on expérimentait différentes qualités, pour avoir de meilleures sensations en bouche, on recherchait le « sweet spot », le hit le plus agréable et une bonne restitution des arômes, on s’échangeait les combines pour faire des bons montages et éviter les fuites dans les ato reconstructibles.

Aujourd’hui encore, le vapotage est un de mes plaisirs quotidiens, même si j’ai un peu lâché le côté « passion » pour le matériel, j’ai toujours 6 vapes différentes toujours prêtes à servir, et j’utilise une dizaine de liquides variés, j’aime bien les fruits rouge, les agrumes, la vanille, le caramel, les gourmands, certains avec une pointe de saveur « classique » mais jamais du pur tabac.

Je vape avec des taux de nicotine plutôt forts, minimum 12 et jusqu’à 40 mg/ml. Je consomme en moyenne 5 à 6 ml par jour, c’est vraiment un plaisir, une gourmandise parmi d’autres, je bois du café et je mange aussi des spéculos et des croquants miel / amande tous les jours. Je vape au bureau, dans la voiture, quand je me promène, dès le matin et jusqu’au soir dans mon lit, c’est un plaisir qui me suit partout. Quand je suis dans un train ou un avion je vape sans faire de bruit et sans rejeter aucune vapeur, comme si je mangeais ou que je buvais quelque chose.

Est-ce que c’est risqué ? À ma connaissance non, il y a des gens qui disent que c’est mal mais ils sont incapables de le prouver malgré des dizaines de milliers d’études. La dernière fois que j’en ai parlé avec un spécialiste, il m’a expliqué que « statistiquement » par rapport aux éventuels produits toxiques et vu leur quantité infinitésimale, je pourrais peut-être risquer un cancer dans 800 ans, c’est donc beaucoup moins dangereux que tout ce que je mange ou que je bois de salé, sucré ou gras, sans parler de l’air que je respire (je vis en ville à Grenoble…). Quand à la nicotine, aucun risque non plus vu les très faibles doses, voire il pourrait même y avoir des bienfaits pour la santé (à lire ici, un bon état des connaissances).

Bref, ça fait 10 ans que j’ai découvert le plaisir de vapoter, et 10 ans que j’adore ça. C’est une de mes passions, comme la lecture ou la course à pied, quelque chose qui me fait du bien et me rend heureux. Je n’ai aucune raison, ni aucune envie d’arrêter.

PS 1

Il y a 10 ans, le jour où j’ai commencé à vapoter, il se trouve que j’ai aussi arrêté de fumer. Je ne sais pas pourquoi, pourtant j’adorais fumer, mais du jour au lendemain l’envie m’est complètement passée. Je crois que c’est bien pour ma santé de ne plus fumer.

PS 2

Depuis 10 ans, je tiens un tableau Excel de toutes mes dépenses pour la vape : matériel, consommables et liquides. Ce plaisir m’a coûté exactement 8 610,71 euros.

Comme j’ai arrêté de fumer le même jour, j’ai fait aussi le calcul, de ce que j’aurais dépensé exactement 29 166 euros en cigarettes, à raison d’un paquet quotidien. J’ai donc fait une économie de 20 555,29 €. Comme j’aime bien être précis, en 10 ans, j’ai donc évité de donner (d’après les pourcentages publiés par l’OFDT) :

  • 1 171 € à l’industrie du tabac
  • 2 035 € à mon buraliste
  • et 17 348 € de taxes à l’État !

Je précise que ce n’est ni l’industrie du tabac, ni mon buraliste, ni l’État (ou les anti-tabac qu’il subventionne) qui m’ont donné l’idée de vapoter.

 

 

Inscription VAP'NEWS

Chaque dimanche à 19 h, recevez la newsletter de VAPYOU, une veille complète sur les actus de la vape et du tabac. Inscription gratuite. Aucune publicité.

Inscription