Pour protéger leurs enfants, aux USA, des mamans ont créé une association de lutte contre le vapotage : Parents against vaping e-cig (PAVE)

PAVe est une organisation nationale américaine fondée en 2018 par trois mamans de New York – Dina Alessi , Meredith Berkman et Dorian Fuhrman – en réponse à l’épidémie de vapotage chez les jeunes. Cette organisation est soutenue par des organisations que affichent pour objet la lutte contre le tabagisme : Campain for Tobacco-Free Kids, Truth Initiative ou encore Bloomberg Philanthropies.

L’objet de cet article est de publier, avec son autorisation, un texte écrit par Kim « Skip » Murray et qui parle de ces « bonnes mamans ». Il est très parlant.

Qui est Skip ?

Je ne connais pas personnellement Skip. Je la vois passer régulièrement dans des groupes de discussions, j’ai compris qu’elle fait « autorité » parmi les spécialistes, j’apprécie ses points de vue. Pour publier son texte, je l’ai donc contacté pour lui demander l’autorisation et m’en dire un peu plus sur qui elle est.

Elle m’a répondu avec cette présentation (traduction libre / auto, l’original en anglais est au bas de l’article). Je n’ai pas réduit son texte comme elle m’y invite en conclusion :

Je m’appelle Kim « Skip » Murray. Je vis dans le Minnesota, aux États-Unis. J’ai commencé à fumer à l’âge de 10 ans. Je n’ai pas réussi à arrêter de fumer après de nombreuses tentatives, en utilisant de nombreuses méthodes, pendant plusieurs années. J’ai commencé à vaper en 2014 et j’ai fait un double usage jusqu’à ce que j’arrête de fumer au début de l’année 2015. J’ai repris le magasin de vape de mon fils en 2018 et j’ai cessé mon activité à la fin de l’année 2021. Je suis le fondateur de la MN Smoke-Free Alliance – un groupe de base qui accueillait tous ceux qui voulaient aider les gens à ne pas fumer (consommateurs, industrie, etc.). Je suis une ancienne membre du conseil d’administration de THR4Life. Je suis cofondatrice et bénévole active du Safer Nicotine Wiki. Je travaille actuellement de nuit en tant que professionnel du soutien direct dans un foyer de groupe fournissant des services aux adultes vivant avec des handicaps. Pendant la journée, je suis chargée de recherche au Centre des consommateurs de l’Alliance pour la protection des contribuables (Research Fellow). Je milite 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour la réduction des dommages causés par le tabagisme. J’ai récemment passé le cours de spécialiste du traitement du tabac (tabacologue) proposé par l’université Rutgers. Les populations marginalisées et à haut risque m’intéressent particulièrement. J’ai vécu plusieurs expériences négatives dans mon enfance et je viens d’une famille où presque tout le monde fumait. En 2020, à l’âge de 62 ans, on m’a diagnostiqué un autisme, un TDAH, une dépression et de l’anxiété. Chaque jour, j’encourage les gens à #BeKind parce que je crois que nous commettons une énorme erreur en étant en guerre avec les autres au sujet de l’utilisation de la nicotine, car cela empêche les gens de se rappeler que notre mission principale devrait être axée sur la mort et la maladie causées par le tabagisme.

Je sais que ce texte est trop long. N’hésitez pas à sélectionner les parties qui intéressent vos lecteurs. Je voulais simplement vous donner une information complète.

Le message de skip à propos des « bonnes mamans » de PAVE

J’ai donc été profondément touché par le texte de skip ci-dessous (traduction libre / auto, l’original en anglais est au bas de l’article). Je me retrouve totalement dans la tristesse qu’elle exprime face à ces gens qui font tant de mal en pensant faire tant de bien. C’est vertigineux. Elle réagit à une publication de PAVE, diffusée très largement aux USA : Youth vaping : It’s WORSE than you think (Le vapotage chez les jeunes : c’est plus grave que vous ne le pensez).

Je suis allée sur le site Internet et j’ai regardé. Maintenant, je sanglote et je n’arrive pas à m’arrêter.

C’est probablement une réaction étrange pour la plupart d’entre vous !

Je crois que ces mamans pensent faire une chose noble. Je crois qu’elles essaient d’être utiles. Je ne connais aucun moyen de les aider à voir le mal potentiel de leur campagne exagérée (pour moi).

Depuis plusieurs semaines, je travaille sur un article qui explique que la nicotine est la nouvelle guerre contre la drogue. Certains d’entre vous ont eu la gentillesse de répondre à une demande adressée à ce groupe pour m’aider à en savoir plus sur la guerre contre la drogue. Ce que j’ai appris sur la façon dont nous traitons les jeunes qui consomment des substances, y compris la nicotine, a été une montagne russe émotionnelle dont il m’a été difficile de me défaire.

Cette « épidémie », qui a semé la peur chez les parents, les éducateurs, les décideurs politiques et les forces de l’ordre, a engendré une panique morale d’une ampleur scandaleuse. Elle a également conduit à des mesures extrêmes pour tenter d’y mettre fin.

J’ai regardé des vidéos de jeunes gens qui vapotaient et qui se tordaient sur le sol après avoir reçu des coups de taser. J’ai vu des photos de jeunes noirs et bleus après avoir été battus par un policier. J’ai lu des articles sur des enfants suspendus de l’école et sur la spirale descendante qui s’ensuit – la honte, la dépression, le défi – combien d’entre eux, un an plus tard, sont impliqués dans le système de justice juvénile. J’ai lu des articles sur le passage de l’école à la prison qui hante nos enfants et leurs parents depuis des décennies et qui englobe désormais les consommateurs de nicotine. Ce parcours peut conduire à une vie d’adulte où les prisons ont une porte tournante – les entrées et les sorties répétées deviennent un mode de vie pour un trop grand nombre d’Américains. Il est douloureux de penser que leurs luttes ont commencé dès l’enfance et que nous, en tant que société, les avons laissés tomber.

Bon nombre des enfants qui ont fait l’objet de mes recherches sont issus de communautés noires et brunes.

Je m’identifie à beaucoup de ces enfants qui grandissent dans la pauvreté, comme je l’ai fait. Certains d’entre eux souffrent de handicaps, comme l’autisme et des problèmes de santé mentale, tout comme moi. Et je ne sais que trop bien ce que l’on ressent lorsqu’on est un enfant maltraité. Chaque coup que je vois infligé à leur corps, je le ressens sur le mien.

Inciter à une plus grande panique morale avec des quantités scandaleuses d’informations erronées devrait me mettre en colère. Mais à l’heure où j’écris ces lignes, les larmes continuent de couler. Parce que je crains que cela ne conduise à ce que davantage d’enfants soient battus, tazés et emprisonnés pour une indiscrétion enfantine. Cela me brise le cœur de savoir que l’avenir nous réserve d’autres titres angoissants comme ceux que j’ai lus ces dernières semaines.

La partie la plus difficile de mes recherches sur ce sujet a été la conversation émotionnelle que j’ai eue avec une mère. Elle était très préoccupée par les informations diffusées sur les dangers du vapotage. Elle m’a dit qu’elle avait eu plusieurs conversations avec sa fille. Elle a abordé avec elle tous les « faits » qu’elle avait lus – lésions cérébrales – EVALI – poumon pop-corn – problèmes cardiaques – problèmes pulmonaires – présence d’antigel dans les liquides de vapotage, etc. Elle pensait faire du bon travail en tant que parent en ayant cette conversation à plusieurs reprises. Elle était persuadée que le vapotage était la plus grande menace à laquelle un jeune devait faire face.

Cela me brise le cœur de vous dire que sa fille n’obtiendra jamais son diplôme d’études secondaires, n’ira pas à l’université, ne se mariera pas, n’aura pas d’enfants et ne fera pas toutes les choses que nous rêvons de voir nos enfants faire. Il manquait une conversation importante entre une mère aimante et sa fille.

Il y a un an, sa fille est allée à une fête. Elle est morte quelques heures plus tard d’une overdose.

Cette mère vit dans la culpabilité et le remords de n’avoir jamais prévenu sa fille du danger des drogues de synthèse (fake pills).

J’aimerais vraiment que quelqu’un puisse mettre un terme à cette folie.

Skip.

Bonus

Pour prolonger, à lire ici le Dr Colin Mendelsohn (Australie) : It’s Time to Change the Way We Look at Youth Vaping.

Textes originaux

Présentation

Feel free to use my words.

My name is Kim « Skip » Murray. I live in Minnesota, USA. I started smoking when I was 10. I failed to quit smoking after many attempts, using many methods, over several years. I started vaping in 2014 and dual-used until I quit smoking in early 2015. I took over my son’s vape shop in 2018 and went out of business at the end of 2021. I am the founder of the MN Smoke-Free Alliance – a grassroots group that welcomed anyone who wanted to help people not smoke (consumer, industry, etc.). I am a former board member of THR4Life. I am a co-founder and an active volunteer of the Safer Nicotine Wiki.  I currently work nights as a Direct Support Professional at a group home providing services to adults living with disabilities. During the day, I work as a Research Fellow for the Consumer Center of the Taxpayers Protection Alliance. I am a 24/7 advocate for reducing the harm caused by smoking. I recently passed the Tobacco Treatment Specialist course offered by Rutgers University. Marginalized and high-risk populations are of special interest to me. I experienced several adverse childhood experiences growing up, and come from a family where almost everyone smoked. In 2020, at the tender age of 62, I was diagnosed with autism, ADHD, depression, and anxiety. Every day, I encourage people to #BeKind because I believe we are making a huge mistake of being at war with others over the use of nicotine as it moves people away from remembering our core mission should be focused on the death and disease caused by smoking.

I know that is too long. Feel free to pick out the parts that are of interest to your readers. I just wanted to give you a full disclosure. 

Message de Skip

I went to the website and looked. Now I am sobbing and can’t stop.

That probably seems like a strange reaction to most of you!

I believe those Moms think they are doing a noble thing. I believe they are trying to be helpful. I know of no way to help them see the potential harm in their over-the-top (to me) campaign.

For several weeks, I have been working on an article about how nicotine is the new war on drugs. Some of you were kind enough to respond to a request to this group to help me learn more about the war on drugs. What I learned about how we treat youth who use substances, including nicotine, has been an emotional roller coaster that has been hard to get off of.

This « epidemic » that has instilled fear into parents, educators, policymakers, and law enforcement has led to an outrageous level of moral panic. It has also led to extreme measures to try to end it.

I have watched videos of young people who vaped, twitching on the ground from being tased. I’ve seen pictures of them black and blue after being beaten by a police officer. I’ve read about kids getting suspended from school and the downward spiral that ensues – the shame, depression, defiance – how many of them, a year later, are involved with the juvenile justice system. I’ve been reading about the school-to-prison pipeline that has haunted our children and their parents for decades – it is now inclusive of those who use nicotine. That pipeline can lead to an adult life being lived with prisons having a revolving door – going in and out repeatedly becomes a way of life for too many Americans. It hurts to think their struggles started as children, and we as a society have failed them.

Many of these children in my research come from Black and Brown communities.

I identify with a lot of these kids who are growing up in poverty, just like I did. And some of these kids have disabilities, like autism and mental health challenges, like I do. And I know all too well what being abused as a kid feels like. Every blow I see inflicted on their bodies, I feel on my body.

Inciting more moral panic with outrageous amounts of misinformation should make me angry. But as I type this, the tears continue to flow. Because I fear this will lead to more children being beaten, tased, and jailed for a childish indiscretion. It breaks my heart to know the future holds more of the agonizing headlines I’ve been reading the last few weeks.

The hardest part of my research on this topic was the emotional conversation I had with a Mom. She was very concerned about the information out there about the dangers of vaping. She told me she had several conversations with her daughter. She covered all the « facts » she read about with her daughter – brain damage – EVALI – popcorn lung – heart problems – lung problems – there is antifreeze in vape liquids, etc. She thought she was doing a good job as a parent, having this conversation several times. She was sure that vaping was the biggest threat faced by a young person.

It breaks my heart to tell you her daughter will never graduate from high school, go to college, get married – have children – and do all the things we dream of seeing our kids do. There was an important conversation missing between a loving mother and her daughter.

A year ago, her daughter went to a party. And died a few hours later from an overdose.

That mom lives with crippling guilt and remorse that she never warned her child about the danger of fake pills.

I really wish someone could stop this insanity.

Inscription VAP'NEWS

Chaque dimanche à 19 h, recevez la newsletter de VAPYOU, une veille complète sur les actus de la vape et du tabac. Inscription gratuite. Aucune publicité.

Inscription