Le gouvernement de Québec vient d’annoncer de nouvelles mesures réglementaires sur le vapotage, parmi lesquelles la suppression de tous les arômes, sauf le tabac.

Les nouvelles mesures viennent du ministère de la santé. Pour protéger les jeunes non-fumeurs de l’éventualité de vapoter en envisageant à tort (parce que le contraire est prouvé) que ça pourrait les conduire à fumer, le gouvernement canadien valide l’idée qu’il faut pour cela renvoyer au tabac les vapoteurs adultes qui sont à 99 % des ex-fumeurs.

Tout le détail ici : Québec interdit toutes les saveurs de vapotage, sauf celle du tabac

Je ne perd pas mon temps à commenter les autres mesures. Rendu à ce point d’absurdité, c’est désespéré, restons sur les arômes.

Renvoyer les ex-fumeurs au tabac

Le vapotage est principalement une porte de sortie du tabagisme. La meilleure. La plus populaire. Parce que ça marche. Les gens qui vapotent pour arrêter de fumer veulent… arrêter de fumer. Ils veulent s’éloigner, quitter la cigarette, qu’elle ne soit plus qu’un lointain souvenir.

Au début, il est courant que les fumeurs qui essaient la vape commencent avec un arôme tabac. Ça les rassure, et ça parait logique. Puis ils essaient d’autres arômes. Ça les aide à garder du plaisir, ne pas avoir envie de fumer, et ça les éloigne encore un peu plus de la cigarette, vaper du banane fraise sur un lit vanille avec une pointe de caramel au beurre salé, c’est franchement pas pareil que fumer une clope. Et grâce à ses arômes, le tabac devient un souvenir de plus en plus lointain.

Mais c’est sans compter sur le ministère de la santé du Québec. Non, il faut que les vapoteurs conservent le goût du tabac ! Il faut les renvoyer au tabac.

Que va t-il se passer ?

Le ministère de la santé a déjà anticipé. C’est assumé, souhaité. C’est la mort des boutiques de vape, des milliers de personnes vont se retrouver sans emploi. Le marché va être récupéré par les « dépanneurs » (ce sont les buralistes locaux), autrement dit la vape va être remise dans le circuit privilégié de l’industrie du tabac. Celle-ci va donc reprendre le contrôle sur le meilleur ennemi de son produit « core business » : la cigarette. Le marché pourra ainsi aller au rythme qu’elle décide, ou aller nulle part pour préserver son activité principale : les bonnes vieilles clopes.

C’est peut-être un calcul intéressant pour le gouvernement, maintenir les ventes de cigarettes, ça rapporte beaucoup plus en taxes que les e-liquides. Bon plan pour les associations anti-tabac qui pourront également continuer à aider le maintien du tabagisme (de facto leur fond de commerce) en désignant la vape comme le diable puisque fatalement désormais entre les mains de l’industrie du tabac. Ça permettra de continuer à détourner l’attention pour continuer à maintenir le système tabac qui fait vivre tant de monde et que la vape aura bien failli faire chavirer.

Il va aussi y avoir des morts à cause de la vape. Les anti-tabac seront contents aussi, les morts ça fait vendre leurs « idées ». Car certaines personnes vont bien entendu chercher à se procurer des arômes au marché noir. Plus aucun contrôle, avec la mafia qui détient le marché, il y aura forcément des problèmes de produits frelatés. Et puis il y aura aussi tout simplement des ex-fumeurs qui retourneront fumer des cigarettes.

Le vapotage aura aidé pendant quelques années des fumeurs au Québec à arrêter. C’est fini, le gouvernement et son ministère de la santé viennent de décider qu’il ne fallait plus que ça continue, il faut exterminer le vapotage.

Les jeunes ?

Partout où la vape a pris de l’essor, les jeunes ont tendance à essayer ça et moins essayer la clope. Les taux de tabagisme baissent dans ces classes d’âge en corrélation avec les taux de vapoteurs.

Mais ceux qui applaudissent et qui justifient les mesures de restriction du vapotage au prétexte de protéger les jeunes disent que c’est pas vrai, et que c’est le contraire qui se passe. Ils nient les données scientifiques et de santé publique.

Le Dr Martin Juneau de l’Institut de cardiologie de Montréal, sans doute en tentative désespérée de réplique vient de publier cet article : Remplacer le tabac par la cigarette électronique réduit le risque d’accidents cardiovasculaires. Réponse à ceux qui veulent encore faire croire le contraire, comme en France par exemple avec le Haut conseil en santé publique qui n’hésite pas à prendre une étude rétractée en référence pour semer le doute sur la vapotage (lire ici), une bonne vielle méthode de l’industrie du tabac (semer le doute).

En résumé : au prétexte – démontré faux – de protéger des jeunes qui sont de moins en moins en danger, le gouvernement du Québec sacrifie les fumeurs en les privant de l’aide la plus précieuse qui soit : leur liberté, pour éviter de fumer, de prendre le risque infiniment moindre que la clope de vapoter ce qu’ils veulent et comme ils veulent.

A noter pour l’avenir, tout cela est extrêmement suivi, de nombreuses voix protestent, de nombreux documents et les noms sont consignés. Dans quelques décennies, les familles de fumeurs auront tout la matière et plus qu’il n’en faut pour attaquer en justice et faire payer les responsables ou adosser les méfaits à leur mémoire.

Je suis vraiment consterné, c’est incroyable d’être à ce point contreproductif, bête et méchant.

Bientôt pareil chez nous ?

Oui.

C’est en train de se préparer, ils sont tous au taquet, à l’Europe et à l’international. Le système tabac dans tout son spectre, de l’industrie du tabac aux anti-tabacs, veut tuer le vapotage. C’est leur pire cauchemar : plus de cigarettes à vendre, plus de taxes à prendre, plus de malades à soigner, plus de combats idéologiques à mener, et que finalement les fumeurs envoient chier tout ce beau monde dans le même sac et au fond l’eau, on n’achète plus de clopes, on paye beaucoup moins de taxes (TVA), on n’est plus malade à cause de la fumée, c’est insupportable pour eux. La vape fait s’écrouler un business considérable qui fait vivre des millions de personnes sur la mort de millions d’autres (beaucoup plus). C’est le summum de l’abject.

Adhérez et aidez les associations, elles travaillent et elles se battent.

AIDUCE, SOVAPE, VAPE DU CŒUR et SOS ADDICTIONS viennent de publier un document important : OMS : menaces sur le vapotage. Lisez ce document, c’est incroyable, et partagez-le.

 

 

Inscription VAP'NEWS

Chaque dimanche à 19 h, recevez la newsletter de VAPYOU, une veille complète sur les actus de la vape et du tabac. Inscription gratuite. Aucune publicité.

Inscription