Le vaccin contre le Covid 19 arrive enfin ! Synonyme d’espoir pour sortir de la crise sanitaire, peut-être que ça fera bouger les lignes sur d’autres sujets ?

Le scénario était à peu près établi, faute de traitements validés, la solution pour sortir de la crise du Covid est le vaccin. Mieux que ça, plusieurs labo pharmaceutiques proposent leurs produits. On n’a pas un vaccin, mais des vaccins. Bonne nouvelle.

Covid-19 : 67 431 décès en France en 2020

Plus de 60% des décès concernent des personnes au-delà de 80 ans, et ça monte à 95% si on considère les plus de 60 ans. L’âge et les problèmes de santé sont des facteurs de risque énormes. Même si c’est toujours trop, les décès chez les jeunes sont très rares.

Certains secteurs économiques sont exsangues à cause de la crise, de nombreuses personnes ont perdu leur travail, les liens sociaux sont durablement entravés, on se demande si on retrouvera un jour “la vie d’avant”. La faute au Covid ou la faute à la gestion de la crise, les deux probablement, pas envie de rentrer dans ce débat.

En tout cas les vaccins arrivent, et le consensus a l’air total pour une vaccination généralisée de la population. Que ce soit les gouvernements, les agences sanitaires ou les leaders d’opinion, tout le monde est d’accord sur la balance bénéfice / risque. Deux ou trois mois de recul avec des études réalisées uniquement par les labo pharmaceutiques, des technologies toute récentes (si j’ai bien compris), go !

Sincèrement je suis content de ne pas faire partie des publics prioritaires. Je ne prends presque jamais de médicaments, juste quand je suis vraiment malade comme un chien (j’ai de la chance, c’est très rare…). Aucune cosmétique, pas de détergents, j’essaie de faire attention à ce que je mange (j’ai la chance aussi de pouvoir y mettre le prix), très peu d’alcool (occasionnel). Bref le pire que je puisse faire c’est vaper (depuis bientôt 8 ans, et avec plaisir). Comme j’avais jamais réussi à arrêter de fumer, je considère que j’ai considérablement réduit mes risques, mon intime conviction est que je l’ai éradiqué, même si je ne suis pas à l’abri d’une conséquence de plus de 30 ans de tabagisme…

Tout ceci dit, si mon tour doit venir, je me vaccinerai. Pas vraiment pour moi car je pense avoir peu de chance de faire une forme grave, mais pour les autres. Acte citoyen. Peur ? Non, car quand le moment viendra, des centaines millions de gens auront été vaccinés avant moi, donc j’ose espérer que si il y a un problème ou un risque important, on sera au courant. Ma prise de risque sera donc toute petite vis-à-vis des enjeux de la crise sanitaire.

Il faut donc avoir de l’espoir. Espoir que le Covid ne fera pas autant de morts en 2021 qu’en 2020, et qu’il n’en fera plus du tout, très vite les années suivantes.

Tabagisme : 75 000 morts décès en France en 2020

C’était pareil en 2019 et les années d’avant, et ce sera pareil en 2021, 2022, et pendant plusieurs décennies si rien ne change. Les morts du tabagisme sont programmés. On connait le problème depuis des années et on sait qu’il est là pour de nombreuses années encore. En effet, même si le risque diminue, le fumeur peut toujours tomber malade de nombreuses années même après avoir arrêté. En clair, si plus personne ne fumait à partir d’aujourd’hui, les conséquences traineraient encore pendant 20 voire 30 ans.

Santé Publique France vient de sortir une énième étude sur le tabagisme en France. Outre le fait que le vapotage se confirme être l’outil le plus populaire quand les fumeurs choisissent une aide, ils sont encore 69% à essayer “sans rien”. Et on sait alors que le taux d’échec est de plus de 95%. Quand je dis “on sait”, les pouvoirs publics et les autorités de santé le savent.

“Vaccin” ou à tout le moins “remède”, le vapotage a fait preuve de son efficacité sur des millions de fumeurs. Ça fait plus de 10 ans maintenant que des millions de consommateurs utilisent la vape au lieu de fumer. Des morts ? Des malades ? Rien, nada ! On a désormais des milliers d’études (sérieuses) extrêmement rassurantes, le vapotage, non seulement aide à arrêter de fumer, mais il ne cause pas de dégât sur la santé des gens. Et s’il devait en causer, vu l’état de la science, ce serait infinitésimal par rapport aux ravages du tabac fumé.

Alors ? Où sont les campagnes d’information massive destinées aux fumeurs pour les inciter à passer au vapotage ? Où sont les leaders d’opinion ? Où est le consensus général ?

 

Inscription VAP'NEWS

Chaque dimanche à 19 h, recevez la newsletter de VAPYOU, une veille complète sur les actus de la vape et du tabac. Inscription gratuite. Aucune publicité.

Inscription