Après les attaques massives contre le vapotage en juillet, de nouvelles alertes sont relayées dans les médias, la vape serait-elle un poison ?

Au mois de juillet, un rapport de l’OMS avait mis le feu aux poudres en effrayant la population sur le vapotage. Sans aucun discernement, de nombreux médias, stimulés par une dépêche de l’AFP, avaient relayé cette information hautement anxiogène, la TV publique était tombée dans les plus profonds caniveaux n’hésitant pas à propager des mensonges et des tromperies sur le vapotage. Voulant sans doute bien faire, des journalistes sont allés interroger des spécialistes du tabac (alors qu’on parle de vapotage) et ceux-ci trop heureux de pouvoir dénigrer s’étaient lâchés jusqu’à comparer la vape à l’amiante (Yves Martinet – président du CNCT) ou faire croire qu’il y aurait de l’antigel dans les e-liquides (Loïc Josseran – Président de l’Alliance contre le tabac).

Enfin un mort !

Les détracteurs n’en pouvaient plus d’attendre. La bonne nouvelle vient des USA. Un jeune homme est mort alors qu’il était vapoteur. C’est ainsi que l’info est diffusée, à nouveau sous l’impulsion de l’AFP, ici relayée par LE POINT : États-Unis : décès d’un patient qui vapotait. L’Agence France Presse avait déjà commencé à lancer le buzz quelques jours auparavant, ici relayé par LE FIGARO : USA : des jeunes hospitalisés après avoir fumé des cigarettes électroniques.

Alors que se passe t-il ? La vape provoque t-elle enfin des morts ? Les médias assoiffés de sang vont-ils pouvoir se repaître et se délecter de la nouvelle ? La vape tue ! Ça y’est il y a des morts !!! Enfin… un. Et si on se renseigne un peu (mieux que l’AFP), on comprend que la vape n’a rien à voir. Lire ici, l’excellent article d’Alistair sur Vaping Post : USA : un mort dû au vapotage ? Pas vraiment.

Excellent article aussi, très précis : USA : le fongicide Myclobutanil impliqué dans les intoxications des produits de vape au THC du marché noir ?

En résumé. Le jeune homme est bien mort. Il était bien vapoteur. Mais il a vapoté un produit illicite et toxique. Et ce n’est pas une info secrète, c’est son frère qui l’a indiqué sur FoxNews. Ha…

Des médias irresponsables

Mensonge par omission. L’affaire est très claire. La mort du jeune homme est lié à un produit dangereux (huile de cannabis, on ne doit absolument pas vaper de l’huile, quelle qu’elle soit !). Le seul rapport avec le vapotage, c’est qu’il a choisi ce mode d’administration. Il aurait pu manger, fumer ou se piquer. Mais ni l’AFP, ni aucun média ne précise tout ça. Ils indiquent qu’il y a enquête, et qu’il n’y a pas “encore” de preuve d’une relation de cause à effet. Le mot “encore” pèse lourd…

Cette histoire n’est d’ailleurs pas sans rappeler une autre affaire au début de l’été. C’était en France, des jeunes avaient été empoisonnés par des cigarettes (des vraies) qui leur avaient été “données” dans la rue. Les médias, à juste titre, avaient aussi largement relayé l’information. Par exemple, ci-dessous sur RTL (merci Yvon pour le montage) :

Vapotage et poison dans les cigarettes - RTL

Vous ne remarquez rien ? Pour deux affaires complètement similaires, la façon de titrer est très différente… Dans le cas des cigarettes, on précise bien qu’elles sont empoisonnées. En d’autres termes, LA cigarette n’est pas responsable. Mais pour le vapotage, ce n’est pas formulé de la même manière. Tout porte à croire que c’est le fait d’être vapoteur qui conduit à la mort.

Manipulation, déformation, tromperie, ce traitement de l’information est indigne du métier de journaliste, indigne de médias “respectables”. Avec ce genre de pratiques, comment la presse peut s’étonner de la défiance de plus en plus grande de la population à son égard ? La recherche d’audience à tout prix transforme désormais la presse en grand malade, atteint d’une dysenterie chronique, obligé de vomir en continu n’importe quoi du moment que ça clique et que ça crée du buzz. Il y a quelques temps, on faisait encore la différence avec les sites “putaclics”, désormais il n’y en a plus. Même les grands titres nationaux s’adonnent à la diarrhée des fakenews au mépris de leurs lecteurs et au mépris de l’éthique journalistique.

Sur cette affaire de vapotage, où trouve t-on la vraie information ? Sur Facebook, sur les forums, sur Twitter, sur des blogs spécialisés. C’est effarant.

En cherchant bien, on ne trouve que deux articles qui ont traité l’affaire correctement. Point commun des auteurs ? Ils se sont adressés à des spécialistes.

Scandale sanitaire en vue

Du poison dans les e-liquides ? C’est déjà arrivé en France, et ça doit sans doute continuer : Buddha blues : un e-liquide toxique inquiétant repéré dans la région de Brest [Vidéo : 1 min 30]. Il y a des alertes régulières. Et sans doute de nombreux autres produits qui tournent.

Mais que font les autorités de santé ? Il n’y a jamais eu aucun communiqué sur le sujet. Aucune information massive adressée à la population pour alerter sur ces produits. Alors que les substances illicites et potentiellement très toxiques s’avalent, se sniffent, se fument ou s’injectent, bien entendu, maintenant elles peuvent aussi se vapoter.

Dans ce contexte de flou total où la confusion entre substances nocives et vapotage “normal” est entretenue par les médias et une tripotée d’autres irresponsables, il est intolérable que les autorités de santé ne s’expriment pas. Ce serait une mesure de sécurité. Attendent-ils qu’il y aient des morts ? Souhaitent-ils un nouveau scandale sanitaire ?

En France, les professionnels sont très sérieux, les e-liquides sont réglementés, déposés à l’ANSES. On peut vapoter en toute sécurité en s’adressant au réseau de commerçants spécialisés. Mais face au silence coupable des autorités, la filière professionnelle ne peut même pas s’exprimer, la publicité et la “propagande” sont interdites. Alors qu’une communication honnête et responsable, serait salutaire et certainement préventive, c’est impossible.

Pendant ce temps, on laisse pourtant des charlatans raconter n’importe quoi sur le vapotage (et sur le reste). Ici un site de “santé naturelle” vient de lancer cette pétition contre le vapotage. Le texte est une horreur, un concentré immonde de mensonges et fausses informations, il n’y a qu’à lire les commentaires des signataires pour se rendre compte de l’effet désastreux de la réglementation qui bâillonne les acteurs de la vape pour défendre leurs produits, leur process, leur éthique… Et qui laisse, de fait, un boulevard aux charlatans et aux menteurs pour raconter n’importe quoi.

Pourquoi ?

J’ai l’impression de toujours me répéter en conclusion. Pourquoi laisser se détériorer sciemment l’image du vapotage, une solution qui marche pour arrêter de fumer. Une alternative à la cigarette qui permet d’en éviter tous les dangers. La vente de médicaments et de traitements pour les malades ? Les rentes fiscales sur le tabac et la survie des buralistes ? Le business associatif des anti-tabac ?

Une chose est sûre, les responsables sont identifiés. Un réseau de vapoteurs militants est constitué et toutes les informations, toutes les déclarations sont consignées. Le jour où il y aura un procès devant une cour de justice, ou juste moral ou historique, ça va saigner…

 

Pré-commande

Jusqu'au 30 septembre :
VAPYOU N°10 et livre.
"Bienvenue dans la vape".

Commandez