Une étude montre l’importance du taux de nicotine dans pour mieux soulager les fumeurs et ainsi mieux les aider à arrêter la cigarette.

On ne cesse de le répéter, notamment sur les groupes auto-support comme INFO VAPE ou JE NE FUME PLUS. Pour faciliter l’arrêt de la cigarette avec la vape, dosez la nicotine au maximum. Choisissez le bon matériel pour ça, surtout pas une machine à vapeur qui ne permet pas de dépasser le 3 ou le 6 mg. Une nouvelle étude montre que ce conseil est essentiel.

Un fort taux de nicotine soulage mieux

Le lien sur l’étude est disponible en bas de l’article. Les chercheurs ont comparé l’apport en nicotine avec la vape et avec la cigarette. Pour la vape, ils ont utilisé trois taux : 59 mg/ml (interdit en Europe), 18 mg/ml et 9 mg/ml. Ils ont effectué des test sanguins et posé des questions pour avoir un avis “subjectif” sur la sensation de soulagement.

Sur les prélèvements, les différents indicateurs montrent que la nicotine n’est pas aussi puissante dans la vape qu’avec la vraie cigarette. Par ailleurs, les différences de taux dans les vapes sont significatives. Au niveau des sensations de soulagement, le taux le plus fort en vape (59 mg/ml) arrive au même niveau que la vraie cigarette. Par contre, les taux moins élevés n’apportent pas la même sensation de satiété en nicotine.

Se soulager bien, c’est augmenter ses chances d’arrêter de fumer

C’est tout bête. Si je n’ai pas envie de fumer, je ne fume pas. Le rôle de la nicotine dans la vape ou dans les substituts nicotiniques est d’éviter la sensation de manque. Donc de soulager.

Si une prise de nicotine alternative à la cigarette permet d’éviter le manque, et soulage suffisamment pour ne pas avoir envie de fumer, alors c’est gagné. Voilà pourquoi on conseille aux vapoteurs qui sont en difficulté d’augmenter leur taux de nicotine, surtout si on se rend compte qu’ils vapent du 3 ou du 6.

20 mg/ml maxi : pas assez pour certains fumeurs

Les chercheurs de l’étude ont utilisé des produits qui sont interdits en Europe. Hors c’est bien la version à 59 mg/ml qui a apporté aux participants une sensation équivalente à la cigarette. Et malgré un intensité réelle plus faible dans l’organisme d’après les tests sanguins.

La TPD de 2017 a instauré un taux de nicotine arbitraire à 20 mg/ml maximum. Actuellement, la nouvelle TPD est en discussion, et alors que la science et l’expérience de terrain montrent que des taux supérieurs seraient nécessaires pour faciliter l’arrêt du tabac, ce point ne semble pas à l’ordre du jour des discussions pour être révisé dans l’intérêt des fumeurs.

Au lieu de ça, la commission européenne et les nombreux lobbys qui l’influencent (anti-tabac et cigarettiers) discutent la perspective de restreindre fortement les arômes. Alors que comme la nicotine, on sait qu’ils contribuent grâce à leur diversité à faciliter aussi l’arrêt du tabagisme.

Taux max de nicotine et substituts en plus si nécessaire

Les pouvoirs publics ne semblent donc pas enclin à décider des mesures qui pourraient simplifier l’arrêt de la cigarette fumée, en tout cas avec la vape et des taux de nicotine plus élevés que 20 mg/ml.

Il faut donc faire avec. De nombreux vapoteurs peuvent se contenter de ce taux maximum, même moins parfois. Mais pour les très gros fumeurs, très accro, ça peut être insuffisant. N’hésitez pas alors à compléter avec des substituts nicotiniques. Allez voir un tabacologue (qui s’y connait dans la vape afin de ne pas vous décourager ni vous donner de mauvais conseils) pour faire les réglages et pour bénéficier d’une ordonnance qui permet un remboursement à 100%.

Étude(s)

Attention ! L’étude à laquelle je fais référence ci-dessus a été financée et réalisée par un industriel de la vape américain et qui compte une industrie du tabac parmi ses actionnaires, donc très controversé. De facto, cela permettra aux anti-vape / RDR de considérer que cette étude n’a aucune valeur (même si l’entreprise en question a probablement aidé des millions de fumeurs américains à sortir de leur tabagisme).

Reste que ce qu’elle révèle correspond aux observations et aux pratiques de terrain. La vraie question est de savoir pourquoi les pouvoirs publics ne financent pas plus souvent et largement ce genre d’études pragmatiques et utiles.

Lien : An Open-Label, Randomised, Controlled, Crossover Study to Assess Nicotine Pharmacokinetics and Subjective Effects of the JUUL System with Three Nicotine Concentrations Relative to Combustible Cigarettes in Adult Smokers.

Pour les septiques et les soupçonneux, il existe aussi cette étude qui mesure aussi l’intensité de l’apport en nicotine selon les différents matériels, et avec des observations cohérentes avec les résultats de l’étude ci-dessus. Celle-ci est financée par Cancer Research UK. On note que deux des chercheurs déclarent avoir reçu par ailleurs des fonds d’une industrie pharmaceutique qui travaille sur des médicaments d’arrêt du tabac. Pourtant l’étude ne parle pas du tout du médicament en question. On admire là l’éthique et la transparence de ces chercheurs.

Lien : Nicotine delivery and user reactions to Juul EU (20 mg/ml) compared with Juul US (59 mg/ml), cigarettes and other e-cigarette products.

Inscription VAP'NEWS

Chaque dimanche à 19 h, recevez la newsletter de VAPYOU, une veille complète sur les actus de la vape et du tabac. Inscription gratuite. Aucune publicité.

Inscription