Vapoter pendant la grossesse pour arrêter de fumer, est-ce que c’est sans danger ? Des chercheurs britanniques répondent avec une nouvelle étude de grande ampleur.

L’étude a été publiée le 17 janvier dans la revue Addictions : Safety of e-cigarettes and nicotine patches as stop-smoking aids in pregnancy: Secondary analysis of the Pregnancy Trial of E-cigarettes and Patches (PREP) randomized controlled trial.

Les chercheurs ont recruté sur 23 hôpitaux 1140 femmes enceintes depuis 8 à 24 semaines, qui fumaient et qui souhaitaient arrêter. Elles étaient toutes fumeuses sur leur premier trimestre de grossesse. Certaines ont choisi l’abstinence totale, d’autres la vape ou les substituts nicotiniques. Des femmes ont réussi à arrêter de fumer, d’autres non. L’objectif de l’étude était de comparer l’état de santé des mères et des enfants selon les situations.

Important : cette étude confirme ce qu’on sait déjà depuis plusieurs années, par exemple : Electronic cigarette use in pregnancy is not associated with low birth weight or preterm delivery.

Les experts affirment qu’il n’est pas dangereux de vapoter pour arrêter de fumer pendant la grossesse

Les conclusions sont fermes : il n’y a aucune différence entre les femmes qui vapotent pendant leur grossesse, qui utilisent des substituts nicotiniques ou qui s’arrêtent de fumer sans rien. Les chercheurs insistent sur l’effet indésirable le plus fréquent : le poids du bébé à la naissance. Aucune différence entre celles qui ont arrêté de fumer quelle que soit la méthode (y compris « sans rien »), seuls les bébés des femmes encore fumeuses naissent plus petits. Pour le reste, c’est pareil, extrait des conclusions de l’étude : « Les utilisateurs de CE (vape) et les utilisateurs de TNS (substituts nicotiniques) ne différaient en termes de résultats de sécurité, et l’utilisation de ces produits n’était associée à aucun des événements indésirables que nous avons surveillés. »

Ces résultats sont très rassurants d’autant plus que toutes les candidates à l’étude étaient fumeuses au premier trimestre, alors qu’il est avéré que les méfaits du tabagisme sont les plus importants en début de grossesse lorsque le fœtus est le plus fragile. À tous les stades de la grossesse, il est utile d’arrêter de fumer.

En France, le vapotage est déconseillé depuis 3 ans aux femmes enceintes fumeuses et ex-fumeuses

Depuis 2020, malgré des études rassurantes connues et aucun méfait avéré… Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF), Société Francophone de Tabacologie (SFT), Haut Conseil pour la Santé Publique (HCSP), Ministère de la Santé, Santé Publique France… tous s’accordent pour déconseiller le vapotage aux femmes enceintes, qu’elles soient fumeuses ou ex-fumeuses. Les médecins sont enjoints à décourager leurs patientes de vapoter, y compris si elles ne fument plus et que ça les aide à rester abstinentes.

Cette prise de position date de 2020, ça fait déjà 3 ans. Avec plus de 200 000 grossesses par an impliquant une femme qui fume, le doute n’est pas permis, de nombreuses mères et enfants ont dû en pâtir, il y a sans doute eu des morts évitables.

Ces recommandations ont même poussé des gynécologues à enjoindre leurs patientes ex-fumeuses à reprendre à fumer quelques cigarettes dans le but d’arrêter de vapoter ! Voir ici la vidéo d’une patiente diffusée par le Pr Bertrand Dautzenberg pour dénoncer cette pratique de maltraitance : un médecin qui conseille à une femme enceinte de fumer, quelle qu’en soit la raison, c’est très grave. Et on peut s’interroger sur la responsabilité des organisations qui ont eu une influence qui conduit à ces dérives. Je m’y suis attelé, mais ça m’a coûté un procès qui a été soutenu financièrement par une organisation… antitabac : Procès Ivan BERLIN /C Sébastien BÉZIAU.

En résumé : pouvez-vous vapoter pendant la grossesse ?

Plusieurs études montrent qu’il n’y a pas de danger spécifique à vapoter pendant la grossesse. Et d’autres montrent que le vapotage est aussi efficace pour les femmes enceintes que pour n’importe quel fumeur : Femmes enceintes : le vapotage serait deux fois plus efficace que les substituts nicotiniques pour arrêter de fumer. Vous pouvez aussi approfondir le sujet avec cette excellente publication de l’association SOVAPE : Grossesse et vapotage.

Pour autant, globalement, et malgré les connaissances scientifiques, alors que la santé de 200 000 femmes + 200 000 enfants est concernée, les autorités de santé en France sont contre.

Donc, c’est à vous de vous débrouiller avec ça. Pour vous, pour votre enfant. Et vive la France !

 

Inscription VAP'NEWS

Chaque dimanche à 19 h, recevez la newsletter de VAPYOU, une veille complète sur les actus de la vape et du tabac. Inscription gratuite. Aucune publicité.

Inscription