C’est l’écho du jour, le copié/collé qui tue ! Grâce à l’AFP, la France s’est réveillée ce matin avec une nouvelle attaque au bazooka contre la vape : les vapoteurs vont tous crever du cancer !

Fake news, junk science. Aujourd’hui le journaliste n’a plus le temps de faire son job. Entre copié et collé. Une seconde ne suffit pas pour contacter deux ou trois personnes parfaitement qualifiées pour parler d’une étude sur le vapotage, en particulier les effets de la nicotine, entre autres, sur les cellules pulmonaires. Par exemple, contacter le Pr Dautzenberg, pneumologue et accessoirement très affûté sur la vape. Par exemple, le scientifique Jacques LE HOUEZEC, spécialiste de la nicotine dans tous ses états.

Mis à part les médias de la vape, comme par exemple l’excellent Philippe POIRSON qui aura très rapidement ce matin aidé à décrypter le sujet rien qu’en allant chercher les commentaires des scientifiques, aucun journaliste aujourd’hui n’a fait son job de journaliste. Aucun ?! Si, une journaliste seulement, Vanessa BOY-LANDRY chez Paris Match, mais le temps de lire l’étude, rechercher des info, appeler les deux spécialistes Bertrand DAUTZENBERG et Jacques LE HOUEZEC, l’eau a coulé sous les ponts toute la journée, elle publie son article à 19h30, à lire absolument si vous avez eu peur aujourd’hui : Cigarette électronique cancérigène : du buzz qui peut tuer.

Est-ce que demain les grands médias se mordront les doigts, essayeront de corriger le tir ? Peu probable, demain matin, il faudra chercher un nouveau buzz, un assassin démasqué, un ministre violeur, une nouvelle ruée sur les pâtes à tartiner ou les couches culottes. On attend l’AFP, ils vont bien nous sortir un truc (au prix de l’abonnement !) qui fasse gagner des clics. Informer ? Quoi, comment, pourquoi ? L’AFP fait le job non ? C’est écrit sur leur site Internet : L’Agence France-Presse (AFP) est une agence d’information mondiale fournissant une couverture rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie des événements qui font l’actualité internationale. Des guerres et conflits à la politique, à l’économie, au sport, au spectacle jusqu’aux grands développements en matière de santé, de sciences ou de technologie.

Le buzz qui tue

La journaliste de Paris Match a les bons mots. Toute la journée la fake news non vérifiée, non évaluée, non commentée, a tourné dans les réseaux sociaux. Toute la journée les vapoteurs se sont retrouvés à devoir se justifier et s’expliquer auprès de leurs amis, leurs familles, tous ces gens qui leur “veulent du bien”. Toute la journée, les milliers de fumeurs qui étaient en train de se dire “et si j’essayais la vape pour arrêter de fumer”, ont bien évidemment écrasé l’idée. Trop de doutes, encore. La clope c’est plus sûr. C’est sûr, on sait.

Des fumeurs mourront prématurément dans quelques dizaines d’années, sans avoir “oser” essayer la vape, à cause de ces études poubelles, à cause de ces agences de presse, à cause de ces journalistes qui ne font pas leur job, à cause de ces médias qui perdent leur âme et leur conscience en cédant à l’appel du buzz et ne s’honorant plus de leur rôle, informer, enquêter, vérifier.

Mais comment est-ce possible, comment ne pas céder à la parano du complot organisé quand on voit les millions de vapoteurs qui se sortent du tabac, et ZÉRO alertes sanitaires, pas un malade, pas un mort évidement, rien, nada !! Se poser la question, quand même, à qui profite le crime ? Qui a intérêt à dénigrer la vape et affoler les populations, effrayer les fumeurs, créer un environnement anxiogène autour d’eux ?

L’industrie du tabac

Bien sûr. La vape est le meilleur ennemi de la cigarette. Son serial killer absolu. Des milliers de fumeurs s’évaporent des filets de l’industrie du tabac chaque jour, une catastrophe. Ils tentent de faire émerger leur tabac chauffé, ultime sursaut pour essayer encore de fourguer leur produit de base, leur “core business”, sans doute chargé, comme les clopes, de milliers d’adjuvants pour accrocher si possible à vie.

La pharma

Combien de maladies sont créées grâce aux cigarettes ? Maladies chroniques comme les BPCO qui nécessitent des traitements pendant des années. Les cancers, notamment du poumons qui  nourrissent une incroyable industrie, combien coûte un traitement pour un malade, pendant une, deux ou trois années, le temps qu’il crève ? 50, 100, 150 000 euros ? La pharma est l’associée du diable, sans l’industrie du tabac, c’est un business phénoménal qui s’évapore, des milliers d’emplois, des trésors de dividendes pour les actionnaires. Cette industrie est probablement à la source des plus horribles manipulations pour nuire à la vape.

L’état

Ce matin sur France 2, juste après le reportage assassin sur la vape [à partir de 2 min.], la ministre de la santé Agnès BUZYN était invitée. La mine triste et accablée, elle se fait interroger sur les EHPAD et les manifestations de soignants. Réponses creuses. Plus d’argent. Les hôpitaux sont à l’agonie, manque de personnels, manque de moyens… Comment imaginer alors que les recettes fiscales du tabac puissent s’évaporer ? Impossible. C’est du budget pour la sécurité sociale.

Il a bien été ficelé ce budget. Tous les calculs ont été réalisés avec la plus grande finesse. On va augmenter le prix des cigarettes, faire baisser un peu le nombre de fumeurs. MAIS, ceux qui continueront paieront plus cher, et l’équation sera positive, 500 millions de recettes supplémentaire. C’est assumé.

Un mois avant l’augmentation du prix des cigarettes, alors que des fumeurs s’apprêtaient peut-être à faire le pas, à pousser la porte d’une boutique de vape spécialisée, ce petit buzz négatif sur la vape, il tombe bien non ?

Merci l’AFP !

Inscription VAP'NEWS

Chaque dimanche à 19 h, recevez la newsletter de VAPYOU, une veille complète sur les actus de la vape et du tabac. Inscription gratuite. Aucune publicité.

Inscription