Le nouveau rapport de l’ASH (Action on Smoking and Health) bat en brèche (encore) les idées reçues sur le vapotage. Résumé.

Les anglais ont un vilain défaut. Au lieu de bavasser, de fantasmer et de spéculer, ils analysent, comptabilisent et font des rapports, pour dire la vérité. Depuis 2010, chaque année, la grande enquête de l’ASH pose des questions sur le vapotage. Ce principe, assez basique somme toute, permet d’obtenir une lecture pragmatique et surtout qui s’appuie sur les réalités du terrain, et éviter les croyances, trop souvent contre-productives, comme on peut le voir avec les projets de la commission européenne : suppression des arômes, taxes, menaces sur les systèmes ouverts.

Sans attendre le Brexit, les anglais ont toujours eu une priorité, sauver les fumeurs. Depuis longtemps maintenant, ils ont compris le potentiel inédit, pour ne pas dire inespéré, qu’offre le vapotage. Alors que les discours en France et ailleurs, sont tenus uniquement par des organisations anti-tabac qui se sont transformés en anti-vape, les anglais vont certainement abolir de nombreuses mesures coercitives. Quoiqu’ils fassent en tout cas, ils le font sur la base de faits réels et non sur des croyances ou affabulations nocives.

En résumé, les anglais font tout pour sauver de plus en plus de fumeurs en utilisant à plein le vapotage, pendant qu’en Europe, les anti-tabac et les politiques (influencés et trompés) contribuent à maintenir le tabagisme en menaçant et en faisant grandir l’hostilité contre le vapotage.

Voici quelques éléments clés du nouveau rapport de l’ASH, que vous trouvez en version complète ici [en anglais] : Use of e-cigarettes among adults in Great Britain, 2021.

Le vapotage intéresse essentiellement les fumeurs

Le “prétexte des jeunes” nourrit partout dans le monde la fronde anti-vape au détriment des fumeurs. Selon l’ASH, cela reste un fantasme, un communiqué précise ce point (As NICE consult on new vaping advice, survey shows 90% of smokers don’t know e-cigs are much less harmful than smoking). Moins de 1 % des 11-17 ans qui n’ont jamais fumé utilisent actuellement une e-cigarette et 3,3 % l’ont déjà essayée. L’écrasante majorité de tous les 11-17 ans n’a jamais essayé une e-cigarette, et cela a peu changé depuis 2015 (en 2015, la proportion était de 87,5 % des 11-17 ans et en 2021, elle était de 88,2 %).

Dans son rapport principal, l’ASH révèle pour 2021 que les vapoteurs représente 7,1 % de la population adulte, soit 3,6 millions de personnes. Parmi eux 64,6 % des vapoteurs sont exclusifs et sont des ex-fumeurs (ils ont donc arrêté de fumer, je précise pour ceux qui ne veulent pas comprendre !). Et 30,5 % sont des vapofumeurs (consommation mixte), une proportion qui diminue lentement et régulièrement. Ils s’en réjouissent. Evidemment. Chez nous les anti-tabac / anti-vape continuent d’utiliser cet autre prétexte pour entraver le développement du vapotage.

Tout est plus simple avec un graphique. Où l’on constate aussi, que non, non, non, le vapotage n’est pas une épidémie chez les non-fumeurs. Le vapotage, c’est une épidémie de nouveaux ex-fumeurs !

ASH Vapotage enquête faits réels

Arrêt du tabac ET prévention de la rechute

Selon l’enquête de l’ASH, la première raison pour vapoter est d’arrêter le tabagisme (36 %). Vient ensuite la prévention de la rechute (20 %).

Là encore, chez nous, vapoter pendant de nombreuses années, c’est mal (je me le suis entendu dire sur un plateau TV dernièrement). C’est un prétexte de plus. Imaginer que continuer à vapoter puisse être un plaisir (bouh le plaisir, c’est mal), mais AUSSI une manière d’éviter de rechuter, ce n’est pas dans le logiciel des anti-tabac / anti-vape.

Les anglais eux, regarde ce qu’il en est, interrogent les gens, constatent, ne fantasment pas, dans l’interêt des fumeurs (ou ex-) bien entendu. Ils encouragent le vapotage pour les fumeurs qui veulent arrêter de fumer et ne découragent pas les vapoteurs au long court, y compris pour les femmes enceintes (je considère que c’est criminel de les empêcher de vapoter pour arrêter de fumer ou éviter de rechuter).

Perception des risques : enfin un retournement (en Angleterre)

La crise EVALI au USA en 2019 avait profondément contribué à tromper la population sur les risques relatifs du vapotage par rapport à la fumée de cigarette. On peut relire toute l’histoire ici sur le site de l’association SOVAPE : Retour sur la vague de pneumopathies de 2019 aux USA (EVALI). Les services de santé américains sont largement responsables, mais la presse et les anti-tabac s’en sont aussi donné à cœur joie, et ce n’est pas fini, ils continuent à brandir ces morts et ces malades qui n’ont rien à voir avec le vapotage conventionnel. Honte à eux, les faits sont avérés, déformation et exploitation sordides de drames humains.

Sur le graphique ci-dessous, on voit que la tendance s’inverse en 2021 dans la population anglaise, il y a moins de monde qui pense que la vape est autant, voire plus risquée que le tabagisme. Mais regardez bien où on était en 2013, à une époque où on en savait beaucoup moins sur le vapotage. Seulement 7% de la population, contre 37 % en 2020 !

En clair, plus on a d’études (sérieuses et totalement rassurantes) et plus la population est effrayée, pire, TROMPÉE. Les responsables ? Toujours les mêmes, les anti-tabac / anti-vape qui ne cessent de souffler sur les braises. Dernièrement, sur la même émission TV dont je parle plus haut (Cigarette électronique : un usage sans danger ?) , je me suis trouvé face à un anti-tabac (Pascal Diethelm – Vice Président du CNCT) qui a passé son temps à parler d’insecticide concernant la nicotine (à 3 reprises et en insistant bien). Comment faire pire pour effrayer les fumeurs qui voudraient l’utiliser pour arrêter de fumer ? Alors que de loin, très loin, vape et/ou substituts nicotiniques sont les meilleures solutions et les plus populaires. Déplorable.

Perception des risques du vapotage par rapport au tabagisme fumé

Systèmes ouverts menacés par la commission européenne

La TED est en discussion très avancée. La commission européenne envisage donc de TAXER la meilleure solution actuellement (et dans l’histoire) pour arrêter de fumer.

La TPD est aussi en discussion. Là, il s’agirait de restreindre très fortement les arômes. Ne plus autoriser que les saveurs tabac et menthol. Grande idée ! Pour vous éloigner du tabac, on vous impose de vapoter une saveur… TABAC ! Ils sont fous…

Mais des bruits commencent aussi à courir à propos des systèmes ouverts. Ils seraient sur la sellette. Ça veut dire quoi concrètement ? Et bien pour vapoter, il n’y aurait plus que les pods avec cartouches scellées. Autant dire, qu’avec les taxes qui sont programmées, vapoter va coûter de plus en plus cher. Arrêter de fumer va coûter de plus en plus cher, et si ça dérape, il se pourrait même que fumer devienne moins cher qu’arrêter (avec le vapotage). Parlez-en à vos amis en Allemagne, personne n’y croyait ? Et bien là-bas, ils l’ont fait !

Ces mesures de taxation sont insensées car elles risquent de conduire à la création d’un nouveau marché noir. Et alors pendant que les industriels de la vape s’échinent à toujours améliorer leurs process et la sécurité de leurs produits, les politiques, influencés comme toujours par le commerce (big Tobaco et big Pharma) et le religieux (les anti-tabac), vont mettre en danger la santé des consommateurs en les livrant aux mafieux et à leurs produits non contrôlés et potentiellement frelatés. Peut-être que l’Europe veut sa crise EVALI pour faire tout comme les américains.

Dernier point intéressant dans le rapport de l’ASH, 77 % des vapoteurs anglais déclarent utiliser des systèmes ouverts. Une large majorité. Pour ceux (18 %) qui déclarent utiliser des pods, quelles sont leurs marques favorites ? Celles de l’industrie du tabac ! Rien d’étonnant car c’est justement sur ce marché qu’ils se concentrent. Allez savoir pourquoi, peut-être comptent-ils sur les réglementations, ourdies par les gouvernements taxeurs et soutenues par les anti-tabac / anti-vape.

Vaches à lait et vache à cancers

La boucle est bouclée. Vous étiez fumeurs, vous pensiez vous en sortir avec le vapotage ? Que néni, tous les crevards qui vivaient sur votre dos quand vous étiez fumeurs comptent bien vous rattraper par le col. Tout faire pour vous décourager, pour vous empêcher de sortir de la clope voire pour que vous y retourniez (business de la maladie), et même si vous êtes vraiment têtu (genre vous tenez à votre santé) et que vous souhaitez continuer à vapoter, vous allez vous faire rincer pas les taxes.

Au cas où ça vous agace, vous pouvez toujours adhérer à l’AIDUCE, ou soutenir SOVAPE avec vos dons. Même si ça commence à être vraiment tard pour réagir.

Pour en savoir plus sur les projets de la commission européenne, et leurs absurdités, consultez le dernier rapport suite à l’enquête européenne menée par l’ETHRA : Rapport sur l’EU NICOTINE USERS SURVEY 2020 : l’essor de la réduction des risques.

 

Achetez VAPYOU N°14

Faites plaisir à vos clients en leur offrant le magazine VAPYOU.
Pré-commande jusqu'au 30 septembre.

Commandez