Très actif depuis des années pour défendre la vape, fondateur du CACE, devenue FIVAPE mais qu’il a quitté dernièrement, Mickael HAMMOUDI se lance dans un nouveau projet : un grand appel aux vapoteurs pour témoigner.

Les dernières années, le principal problème de la vape était d’avoir à « prouver » sa (bien) moindre nocivité face au tabac fumé. Même si l’entretien de l’idée d’un « doute dans quelques année » reste tenace, de nombreuses études réfutent jour à près jour ce fantasme. Nous sommes donc passé à une bataille, désormais le doute se propage sur l’efficacité de la vape pour arrêter de fumer. C’est assez surréaliste, d’où l’initiative de Mickael HAMMOUDI. Envie d’en savoir plus…

Comment as-tu découvert la vape, et quand ?

Bonjour Sébastien et merci de ton attention sur ce projet. J’ai découvert la vape en 2008, Janvier pour être exact, J’ai commandé ma première vape à Hon Lik par email qui travaillait à l’époque chez Ruyan et cela a été la révélation, j’ai aussitôt enchaîné les revues sur ma chaine Youtube et des articles sur info-cigarette site de référence à l’époque quand à l’actualité de la vape en France.

Donc tu es un dinosaure de la vape ! Et tu t’es beaucoup impliqué, quelles ont été tes actions ?

Un dinosaure de 37 ans !  Oui je suis impliqué dès le début, j’ai toujours voulu faire connaître la vape à la terre entière, par exemple nous avons choisi le mot « Vapoter » sur mon site suite à un concours pour le voir plusieurs années après intégré au dictionnaire français, quelle fierté.

J’ai en effet monté le CACE avec plusieurs professionnels du secteurs à l’époque qui était à la base un GIE et qui a vite changé en association de défense des professionnels, il fallait s’organiser rapidement face au gouvernement français et notamment l’Europe.

Nous avons oeuvré avec Renaud de BOUDEMANGE (paix à l’âme de mon ami) en amont du CACE à faire reconnaitre la vape comme produit de consommation courante par l’assemblé nationale et l’AFFSAPS de l’époque (L’ANSM), ceci afin que ce ne soit par la suite un produit du tabac, et nous avions eu le nez fin manifestement car est arrivée la TPD…

J’ai participé aux différentes manifestations pour défendre la vape à Strasbourg et Paris pour qu’elle ne soit pas classée comme un médicament ou un produit du tabac et aussi aux négociations à Bruxelles face au tabac afin que les textes soient les plus allégés au possible avant leurs publications, la fameuse TPD.

Une fois cette TPD appliquée nous avons ensuite avec AIDUCE & SOVAPE participé à avoir la transposition la moins pénible possible et lorsque l’on regarde les autres pays de l’union, je peux dire que nous sommes plutôt chanceux et notamment grâce au sommet de la vape qui a pu réinstaller le dialogue avec les autorités.

Pourquoi avoir quitté la FIVAPE ?

J’ai quitté le Bureau de la Fivape où j’exerçais la fonction de Secrétaire général relation consommateurs mais suis toujours membre de la Fivape à travers le laboratoire d’arômes pour lequel je travailles. Cette décision est partie du constat que j’ai toujours été profondément consommateur mais je suis aussi devenu un amoureux de la recherche et de la chimie avec les années et mes différentes expériences dans la vape. Je peux aussi assumer et dire que je suis un militant activiste de la vape.

Aussi je vais me consacrer à différentes études sur les arômes, les sels de nicotine, le CBD, les dégradations thermiques et notamment aussi en parallèle à un DU en addictologie que je vais essayer de passer en 2018/2019. Sans compter aussi ma volonté de participer au travaux sur les émissions menés sur la norme à l’AFNOR afin d’avoir un regard éclairé sur les méthodes.

Pourquoi lances-tu aujourd’hui cet appel aux vapoteurs pour témoigner ?

Suite à une surprise de David Kerry qui m’a proposé cette idée et créé tout le site, j’ai souhaité porter ce projet. La vape est un formidable outil pour arrêter de fumer mais celui-ci n’est pas reconnu officiellement en tant que tel par notre ministère s’appuyant sur des données vieilles de quasi quatre ans, aussi je me dis qu’il est important de recueillir des témoignages authentiques et de les faire connaitre pour reprendre un peu les pas de l’EFVI ou des 1000 messages pour la vape.

A quoi vont servir tous ces témoignages, que veux-tu prouver ?

Que vapoter, ça fait arrêter de fumer, sachant que l’on peut aussi associer vape et patch, la nicotine étant notre amie, et si je peux remettre ce site ensuite à une association de la vape pour être utilisé afin de servir la vape lorsqu’il sera bien fourni et bien ça sera un aboutissement personnel. Comme le dit très bien Jacques le Houezec, dans le tabac ce qui est dangereux c’est la combustion pas la nicotine. Fumer une salade est aussi dangereux que de fumer une clope.

Comment fait-on pour témoigner ?

Il suffit d’aller sur le site, de remplir le formulaire et de soumettre ses réponses. Elles sont ensuite traitées par mes soins ou un collaborateur bénévole et le témoignage publié sur le site internet et la page Facebook.

Pourquoi faut-il donner son numéro de carte d’identité, est-ce que c’est bien sécurisé ?

1 témoignage = 1 témoin, je veux garantir des témoignages authentiques afin qu’ils soient utilisables pour faire admettre au gouvernement que c’est une solution de lutte contre le tabagisme et d’arrêt de la cigarette. Le site est sécurisé en SSL HTTPS comme pour les règlements de cartes bancaires, il est donc sécurisé avec les meilleurs outils existants pour la plate-forme.

Y’a t-il une date limite pour témoigner ?

Non, pas de date limite.

Question bonus : tu peux faire trois vœux pour changer les choses et qui se réaliseront immédiatement, quels sont-ils ?

1 – Supprimer la limite de 20mg/ml

2 – Que la vape soit reconnue dans le monde comme une solution contre le tabagisme

3 – Que la cigarette disparaisse de notre planète.

———————

Si vous souhaitez participer à l’appel aux témoignages :

> Déposez votre témoignage sur ce site : https://www.jenefumeplusgracealavape.eu/

> Tous les témoignages sont également lisibles sur Facebook :  https://www.facebook.com/jenefumeplusgracealavape.eu/