Mardi matin sur RTL, mensonge de Marisol Touraine. Texto : « Grâce à la campagne Mois Sans Tabac 15% de consommation de tabac en moins au mois de décembre par rapport à l’année précédente… »

On peut citer d’autres extraits de l’interview de la ministre : … nous avons enregistré au mois de décembre d’excellents résultatspour la première fois, il y a une vraie rupture, ou encore… pour la première fois depuis des années, la consommation de tabac à chuté drastiquement au mois de décembre… Mensonge !

> Interview de Marisol Touraine sur RTL le 31 janvier 2017

La ministre parle d’une baisse de la consommation de tabac de 15% au mois de décembre. Ses propos sont très clairs, sans équivoque. Elle se félicite, avec ses habituels « Moi je… » de sa politique de lutte contre le tabac et en particulier de l’effet, avouons-le, absolument extraordinaire de la campagne Mois Sans Tabac. Si on extrapole en valeur absolue (elle n’a pas osé hein !), ça représenterait deux millions de personnes, sur les 14 millions de fumeurs, qui ont complètement arrêté de fumer ! Vu comme ça, c’est vraiment extraordinaire !!!

Premier mensonge

Pour ses déclarations, la ministre se base sur le rapport OFDT du mois de décembre 2016. Remarquons au passage, que jamais ce rapport n’a été publié aussi vite. Tout au long de l’année, il faut habituellement attendre deux, voire trois mois pour avoir les chiffres…

Or de quoi parle ce tableau de bord mensuel de l’OFDT ? Sur quelles sources se base t-il ? C’est tout simple, c’est écrit dessus, copier / coller :

SOURCE (1) Direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI-bureau F3 des contributions indirectes et bureau D3 de la lutte contre la fraude) : livraisons de tabac aux buralistes en métropole hors Corse.

Les ventes de tabac correspondent à celles opérées par le réseau des buralistes en France. Elles n’intègrent pas les autres voies d’approvisionnement (achats transfrontaliers, duty-free, Internet, etc.).

La source d’information, ce sont les livraisons aux bureaux de tabac. Ce n’est pas la consommation !

Sachant que ces livraisons aux bureaux de tabac ont été très largement perturbées par l’arrivée du paquet neutre. En effet, si il y a une baisse de 15% au mois de décembre, elle avaient augmenté de 7,5% au mois de novembre. En clair, les buralistes ont stocké de quoi finir l’année au maximum en paquets « non neutres ». Et ils ont géré au mois de décembre pour épuiser leur stocks avant la fin d’année, ce qui a logiquement réduit leurs commandes au grossiste. Mais pour sa communication, la ministre ne s’embarrasse certainement pas de ce genre de « détails » pourtant évidents…

Ses déclarations s’appuient donc sur un raccourci improbable et qui ne concerne, en plus, que des chiffres sur le mois de décembre et dans un contexte extrêmement perturbé par la mise en place du paquet neutre. Elle ment sur les mots en faisant passer des livraisons pour de la consommation, voilà l’exemple même d’une communication volontairement déformée et complètement manipulée pour tenter de redorer l’image d’un bilan sur sa politique anti-tabac absolument désastreux.

Deuxième mensonge

Marisol Touraine affirme que c’est l’effet du Mois Sans Tabac alors qu’il n’y a aucune donnée officielle, aucune étude, rien de rien, qui puisse affirmer que le Mois Sans Tabac soit à l’origine d’une quelconque baisse de la consommation. Affirmer une relation de cause à effet sans la moindre preuve, la moindre donnée concrète, en s’appuyant sur des chiffres de livraison pour parler de consommation, c’est du mensonge.

De plus, elle ajoute que les ventes de substituts ont « augmenté dans la même proportion ». Elle parle des pourcentages. Mais en valeur absolue, c’est complètement biaisé comme pour tenter de faire croire qu’il n’y a que les substituts nicotiniques qui permettent d’arrêter de fumer. Il suffit de regarder les chiffres de l’OFDT, les substituts nicotiniques représentent 192 336 « équivalents patients traités ». Si ce ne sont que ces personnes qui ont fait baissé les ventes (livraisons) imaginées par la ministre, alors ce sont vraiment de très gros fumeurs. D’après mes calculs : 100 clopes par jour !

Donc même pour ceux qui veulent croire au mensonge de la baisse de consommation annoncée par la ministre, compte-tenu que la moyenne de cigarettes fumées est de 13,5 par personne, seule 1 sur 7 a mathématiquement recours aux substituts. Où sont les six autres ? La volonté, l’hypnose, les huiles essentielles ?

Encore une fois, la ministre fait la promo de l’industrie pharmaceutique en manipulant les chiffres et en trompant l’opinion. A t-elle cherché à savoir si l’affluence a augmenté dans les boutiques de vape ? Non bien sûr ! Pour Marisol Touraine, la vape n’existe pas, c’est l’omerta…

Troisième mensonge

La ministre indique que c’est la première fois que la consommation baisse drastiquement depuis des années. Faux – archi – faux, énorme mensonge ! Marisol Touraine trompe la population en se fixant uniquement sur ce chiffre du mois de décembre. Or sur toute l’année, même si c’est déjà bien, la « consommation » (ou plutôt les ventes aux buralistes) n’a baissé que de 1,6 %. Cette « baisse » ne fait que compenser la hausse de 2015, qui était aussi de 1,6%. Dix ans que ça n’était pas arrivé, c’était entre 2005 et 2006, lorsque les hausses massives des prix du tabac (époque Chirac) ont cessé.

Si on regarde donc l’historique tabac de l’OFDT, on constate qu’il y a eu des baisses bien plus importantes ! En 2012, c’était 3,4% de baisse. En 2013, c’était 6% de baisse. Et en 2014, encore 5% de baisse ! Soit une baisse de 13,8 % entre 2011 et 2014.

Mais par quel miracle ?

Certainement pas l’action de Marisol Touraine, puisque c’est seulement en septembre 2014 qu’elle a mis en place le fameux PNRT (Plan National de Réduction du Tabagisme)…

Omerta sur la vape : ÉNORME mensonge par omission

Les résultats « extraordinaires » du mois de décembre en termes de livraisons des buralistes ont fait les choux gras de la presse sous l’impulsion de la communication du ministère. Dans cet article de la Voix du Nord, bizarrement on ne trouve que le Pr Dautzenberg pour signaler que l’essor de la cigarette électronique pourrait être un des facteurs de progrès. Ni la ministre, ni les associations anti-tabac ne parlent de la vape.

Alors livrons nous à un petit calcul sur ces fameuses années de baisse qui ne sont pas dues à la politique de Marisol Touraine, mais à un « autre phénomène ». Mystérieux… en tout cas pour la ministre. Je fais des calculs « à la louche », juste pour voir, pour vérifier quelque chose qui me trotte dans la tête depuis que je mets régulièrement le nez dans tous ces chiffres.

En 2011, les ventes (livraisons) étaient de 64,3 milliers de tonnes de tabac. Et on est tombé à 55,4 en 2014, soit une baisse de plus de 13% ! Et donc 8,9 milliers de tonnes en moins.

En France la moyenne du nombre de cigarettes fumées est de 15 par jour pour les hommes et 12 pour les femmes. Donc partons sur 13,5 en moyenne. Sachant qu’une clope pèse 1 gramme. A l’année, ça fait 1 X 13,5 X 365 = 4,92 kg par fumeur.

Par ailleurs, on sait grâce à l’Eurobaromètre 2014, qu’il y a en France 1 millions de vapoteurs exclusifs. On sait aussi que les vapoteurs sont tous des ex-fumeurs, donc en rapprochant un petit calcul du tabac non-fumé par tout ce beau monde, ça nous fait : 4,92 kg X 1 million = 4,9 milliers tonnes !

Tiens donc… Avec ce calcul, certes très approximatif, on constate que la vape a contribué au minimum à 55% de la baisse des ventes de 2011 à 2014 en ne prenant en compte que les vapoteurs exclusifs. Sachant qu’il y aurait 2 millions de vapofumeurs en France, il suffirait qu’ils aient baissé de 5 à 6 clopes par jour pour arriver à 4 tonnes supplémentaires et retrouver nos 8,9 tonnes de tabac non vendues en 2014 par rapport à 2011 !

Bien entendu, mon calcul est grossier, mais le résultat est tellement net qu’il n’y a aucun doute possible. Les faits sont là. La vape a largement, pour ne pas dire essentiellement, contribué à la baisse massive du tabagisme ces dernières années en France. Et c’est à partir du moment, à l’été 2014, où les attaques politico-médiatiques contre la vape ont commencé que la baisse des ventes de tabac s’est brusquement stoppée. Septembre 2014, annonce du PNRT, véritable début de la politique anti-tabac si miraculeuse de Marisol Touraine.

Utopie réaliste, dynamique constructive…

Voilà les mots que Marisol Touraine emploie pour parler de son état d’esprit suite à la désignation de Benoit HAMON comme candidat du PS. Elle a du mal à cacher sa déception, elle fait la leçon…

Réalisme. Admettre le véritable miracle de la vape. Une utopie pour Marisol Touraine, car ce serait admettre qu’elle n’est en rien responsable des baisses de ventes sur les trois premières années de son ministère. Rien du tout. Profiter de cette dynamique incroyable, de cette opportunité inédite et qui a indéniablement fait ses preuves… Ne serait-ce pas une idée constructive ? Mener une politique de santé publique en observant le terrain, en écoutant la vie et l’expérience des gens, en descendant de son perchoir.

En cinq ans de ministère, Marisol Touraine n’a pas pris une heure de son temps pour recevoir une association, rencontrer des vapoteurs ou même des professionnels. Comme l’an dernier, Didier JAYLE, Bertrand DAUTZENBERG et Jacques LE HOUEZEC l’ont invité officiellement au prochain sommet de la vape qui se déroule le 20 mars 2017 au CNAM – Paris.

A lire dans LES ECHOS : La chute record des ventes de tabac vantée par Touraine est-elle réelle ?

Élections : un espoir que ça change ?

Au Royaume-Uni, depuis plusieurs années, le gouvernement mène une politique pragmatique et intègre pleinement la vape dans la politique de lutte contre le fléau du tabagisme. Pourquoi ne serait-ce pas possible en France. Qui aurait ce « courage » ou ce simple éveil de la raison pour dépasser les idées reçues et les peurs infondées, simplement pour sauver des vies ?

Donnez votre avis sur les candidats à la présidentielle : baromètre vape et politique – Février 2017