Avec TOUS ADDICTS et après ? William LOWENSTEIN et Laurent KARILA proposent un regard pragmatique et nourri d’évidences sur les addictions et les moyens de lutter. Qui lira ?

Alcool, tabac, médicaments, cannabis, cocaïne, héroïne, MDMA, nouveaux produits de synthèse, sexe, écrans, binch watching, jeu, alimentation, travail, sport, fièvre acheteuse, bronzage… Il y a quelques jours, William Lowenstein déclarait dans les médias : Nous savons tous que la vie est une maladie sexuellement transmissible, constamment mortelle. Faudrait-il la censurer ? Pas de vie sans plaisir, pas de plaisir sans risque d’addiction. Que faire ?

Quand la ministre de la santé, Agnès BUZYN, s’aventure à envisager l’interdiction de la cigarette dans le 7e art, elle illustre, une fois encore, l’incroyable défaut de lecture sur les addictions qu’ont la plupart des décideurs en santé publique. Problème de culture ou de compétence ? Ça me rappelle une réplique culte, dans un film culte. Michel Blanc : Je ne sais pas ce qui me retient de te péter la gueule ! – Réponse de Thierry Lhermitte : La peur, peut-être ?

Les addictions font peur. Comme on dit souvent pour mille autres sujets, il y a consensus sur le diagnostic, par contre, au niveau des solutions, nous sommes toujours, en France, au Moyen-âge ! Non ! L’abstinence n’est pas un remède, s’abstenir, c’est juste ne plus vivre. La santé publique, compte-tenu de l’inventaire des dégâts, que nous livrent les auteurs de TOUS ADDICTS et après ?, mérite mieux, beaucoup mieux, que tout ce qui a échoué. Morale et coercition ne peuvent plus constituer les seuls piliers d’une politique de lutte contre les addictions, ça ne marche pas !

Des chiffres vertigineux, des dégâts considérables, sans réponse

Lire. Alcoolisme, 50 000 morts par an. Tabagisme, 78 000 morts par an. Presque 50 millions de boites d’anxiolytiques pour 10 millions de consommateurs. 11% de la population qui consomme du cannabis en le fumant. Le développement des drogues de synthèse qui fait des ravages, et on en passe… Les addictions posent de réels problèmes de comportements qui mènent à des soufrances, jeux, écrans, travail et même bronzage.

A chaque fois, la même réponse : vous savez que ce n’est pas bien, que vous vous faites du mal, alors arrêtez ! C’est si simple, si confortable : C’est TA faute, souffres et expies. Comme s’il suffisait de dire à un malade d’arrêter d’être malade. Et qu’il guérissait, comme par miracle. C’est aussi simple que ça dans le texte. Laurent KARILA et William LOWENSTEIN n’y vont pas avec le dos de la cuillère. Une belle écriture simple mais pleine d’esprit. Très lisible. Très concret. Problèmes, solutions. Tout est là, sous nos yeux, disponible et si simplement accessible. Si seulement… Volonté. Courage politique.

La « cigarette électronique » est largement évoquée dans le livre. Solution tellement évidente et efficace pour lutter contre le tabagisme. Le déni est dénoncé. L’incroyable et insuportable déni. Un vrai « remède » au tabagisme, éprouvé et expérimenté par des millions de personnes. Avec ces ex-fumeurs qui hurlent leur bonheur, des taux de réussite estimés à 60% dans les smoking service britanniques (bon accompagnement) et que l’on retrouve aussi en France dans les boutiques de vape très sérieuses. Mais non. On se demande, on papillonne, et en attendant on interdit la publicité et même la « propagande »… Les addicto soutiennent, encouragent, dénoncent l’incurie. Sans réponse, l’aveuglement et la lâcheté politique sidèrent.

Les addictions : grande cause nationale ?

C’est le crédo de William LOWENSTEIN dans les médias. Le livre TOUS ADDICTS et après ? lui permet, avec Laurent KARILA, d’écumer les plateaux TV, les studios radio et les colonnes de la presse pour alerter et éduquer. Éduquer qui ? Les politiques surtout. On parle de santé publique. De politique de santé publique. À rénover !

Ce livre est un acte politique. Accessible et pragmatique. Encore faudrait-il que les politiques épris de santé publique entreprennent de lire. Lire autre chose que les notes qui remontent de leurs staffs, les directives des apparatchiks de Bercy, voire les influences de certains lobbies industriels. Qu’ils s’intéressent aux gens, à la vraie vie, qu’il sortent, juste acheter un bouquin. Prendre le temps de lire. Il n’y a pas d’idéologie dans TOUS ADDICT et après ? Que de l’expérience, du terrain, de la vérité. Ça parait si facile si on s’y prenait bien. C’est le message. Politique.

Pour refaire le parallèle avec la vape, tous les vapoteurs se demandent : mais pourquoi ? Pourquoi tant d’appréhension et d’incompréhension sur la réduction des risques ? Alors que c’est si simple, que ça marche si bien. Des années de morale, de coercition et de stigmatisation qui n’ont servi à rien, 36% de fumeurs en France ! Et que dire du cannabis, nous sommes l’un des pays les plus intransigeants, et en même temps celui qui bat des records de consommation, sans parler des effets de bord sur la délinquance et l’insécurité…

Merci pour ce livre. Facile à lire, passionnant, agréable et accessible, pas simple vu le sujet… Témoignage, malheureusement d’une terrible inconséquence politique. Et qui semble en ce moment s’aggraver. C’est pathétique.

Pour trouver le livre >> TOUS ADDICTS et après ? – Dr William Lowenstein et Dr Laurent Karila – Flammarion.