Quand le président MACRON insulte les français en les traitant de Gaulois réfractaires, il faut bien entendre que lui (et ses potes) sont visionnaires. Avec la question du vapotage, il y a pourtant matière à en douter…

Dure-dure la rentrée pour notre président. Nicolas HULOT démissionne en début de semaine, en toile de fond, l’influence des lobby, la médiocrité et la lâcheté du personnel politique. Les français s’interrogent, se questionnent. Et monsieur MACRON lâche sa petite phrase « les Gaulois réfractaires ». Insultant, condescendant. Pragmatique peut-être à son égard. Il considère que les gens sont des cons, trop cons pour le comprendre. Il a donc l’honnêteté de dire ce qu’il pense. D’aucun diront que ce ne sont pas des « bonnes manières », ce qu’il n’aura peut-être lui même pas manqué de rappeler à Nicolas HULOT qui n’avait pas pris soin de le prévenir avant sa démission. Bref…

Réfractaire…

Réfractaire. Le mot interpelle. Dictionnaire : « Réfractaire à  – Qui résiste à – Refuse de se soumettre à – Fermé à – Insensible à. » En clair, le réfractaire est un gros con qui ne veut rien entendre, rien comprendre, rien changer. Tout va bien comme ça, surtout ne bougons pas. À n’en pas douter, c’est bien le sens de la pensée du président MACRON. Il ajoute « gaulois » pour bien enfoncer le clou, accentuer l’image d’un obtu et bourru d’un autre âge, qui ne comprend rien à son époque.

Monsieur MACRON le visionnaire se casse donc le cul à diriger des gros cons. Alors comme je suis assez limité, gaulois forcément, j’en viens à me demander, si cela se vérifie sur le vapotage, un sujet qui me passionne. Où sont les réfractaires, où sont les visionnaires ?

Le vapotage : hyper populaire

Cet été, j’étais en vacances à la plage. Dans les Landes, à Mimizan. C’est très joli, il y a beaucoup de monde. Et j’ai franchement été surpris du nombre incroyable de vapoteurs (et teuses) que j’ai croisé. L’impression qu’il y avait autant de vapoteurs que de fumeurs. Et pas beaucoup de jeunes, plutôt au-delà de 30 / 35 ans, et beaucoup plus, des papis et des mamies. Des petites ecig, des grosses box, des effluves de fruits, de menthe ou de vanille, des petites volutes discrètes ou des gros cloud… Bref, le vapotage est hyper populaire, les « Gaulois » s’y sont vraiment mis. Visionnaires les réfractaires ?

Je prépare en ce moment le prochain VAPYOU et les conférences du VAPEXPO, du coup j’ai quelques commerçants au téléphone, tout le monde confirme, des démarrages tous les jours, les affaires vont plutôt bien. Pour des « Gaulois réfractaires », des gros cons qui ne veulent rien entendre, rien comprendre, rien changer, les français fumeurs, en tout cas, semblent bien être beaucoup plus visionnaires que leurs dirigeants…

Les (vrais) réfractaires… du système tabac

En matière de lutte contre le tabagisme, où sont donc les réfractaires étant donné que la « plèbe », elle, semble être plutôt visionnaire. Et je ne me contente pas de mes observations estivales. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Santé Publique France : le vapotage est l’outil d’aide à l’arrêt du tabac le plus populaire en France. Son président, Le Pr François BOURDILLON, un homme honnête et pas réfractaire à la réalité, le rappelle dans les médias : voir cet extrait de l’émission C DANS L’AIR.

Il est bien seul. La première des réfractaires est la ministre de la santé Agnès BUZYN. Pourquoi n’a t-elle pas fait écho de cette popularité ? Aucun soutien au vapotage ! Alors que les associations ont demandé à plusieurs reprises un RDV, elle préfère recevoir les buralistes. Réfractaire.

Gouvernement aussi. Réfractaire. Ministère de l’économie. Le tabac rapporte 14 milliards d’euros par an. Mesures d’augmentation des prix ? Savamment calculée pour que ceux qui restent fumeurs rapportent plus en payant plus. Il parait qu’il manque quelques milliards au budget pour la rentrée, comment imaginer que le ministre des comptes publics, Gérald DARMANIN, envisage quoi que ce soit qui pourrait faire baisser la rente du tabac ? Tellement facile de taxer ces gros cons de fumeurs, l’opinion opine.

Réfractaires, les industries. Celle qui tue, les cigarettiers bien sûr. En ce moment, ils essaient de refourguer aux fumeurs du tabac chauffé, faisant croire à une nouveauté, alors que comparé à la vape, c’est un produit obsolète uniquement conçu pour continuer à vendre du tabac et surtout le goût du tabac. Que les fumeurs restent fumeurs. Si proches de la rechute.

Et que dire de l’industrie pharma… Le tabagisme est une rente viagère, vente de substituts, mais surtout traitement des maladies. La BPCO ? Super, c’est du chronique, traitements à vie. Et les cancers, etc, des traitements à plusieurs centaines de milliers d’euros. Jackpot. Lobbys réfractaires, bien entendu.

Et parlons des plus décevants des réfractaires… Les anti-tabac. Ils avaient établi toutes leurs « stratégies » sur la stigmatisation du fumeur, sur la négation du plaisir, fumer c’est pas bon. Et le vapotage renverse toutes leurs leçons de morales, oui on peut prendre du plaisir, et ça fait pas mal, C’EST pas mal. Séisme, ils pourraient même devenir inutiles, les fumeurs s’emparent de la vape, pas besoin de médecins, de thérapie ou de leçons. Ils vivaient de la lutte contre le tabac et le vapotage est une savonnette. On mesure maintenant leur sincérité. Non, sauver les gens n’étaient pas leur priorité, la fin en soi, leur dada, c’est leur lutte idéologique, leurs budgets, leur gagne-pain, et la vape les fait frémir, prendre peur, leur monde s’écroule. Réfractaires.

Je suis Gaulois

Alors qui est réfractaire dans notre pays. La plèbe ou ses « dirigeants » ? Avec l’exemple du vapotage, on peut vraiment se demander. La peuple avance et innove. Mais le problème, c’est que si il y a vraiment moins de fumeurs, ça va coûter un bras au gouvernement et à toutes les raclures qui vivent sur les 73 000 morts par an liées au tabagisme.

Alors oui, je suis Gaulois, et oui, je suis réfractaire. Mais réfractaire à la connerie, et je ne lâcherai rien. Je continuerai à aider ceux qui en ont besoin, à soutenir ceux qui commencent à comprendre et qui essaient d’agir, et à combattre les imbéciles qui se croient au-dessus de tout parce qu’ils ont un brin de pouvoir.

Et je ne suis pas seul, nous sommes nombreux, on échange, on discute, on écrit, on monte des projets et on consigne. Le jour où l’Histoire se penchera sur la lutte contre le tabagisme en France, il ne sera pas difficile d’identifier les vrais réfractaires.