Légèreté, ignorance, incompétence, recherche d’audimat… On retrouve toujours les mêmes idées copiées / collées dans les médias. Voici le meilleur (ou le pire) de la désinformation sur la cigarette électronique.

Sur les réseaux sociaux ou les forums, la chasse à la désinformation est devenue une occupation quotidienne pour les vapoteurs. Il ne se passe presque pas une journée sans qu’un nouvel article, sur une « nouvelle étude », ne vienne effrayer la foule et discréditer les avantages de la vape. Le sujet est très sensible puisqu’il touche à la santé publique, mais aussi et surtout aux gros sous (taxes, industries du tabac, de la pharmacie, de la santé).

Les médias ont bien compris qu’en associant les mots « cancer » et « cigarette électronique », leur audience grimpe en flèche. Cela pourrait être anodin si l’on ne parlait pas de la première alternative qui pourrait exterminer le tabac et par là même sauver des millions de vies. Rappelons que les projections estiment que le tabac pourrait faire un milliards de morts au 21e siècle…

Las de laisser des commentaires (parfois censurés !) sur les sites « d’information » (est-ce que le copier/coller est une information ?), voici un top 10 de la désinformation que tous les vapoteurs passionnés connaissent par cœur, mais qu’il serait bon de diffuser plus largement au grand public.

1 – Ce n’est (peut-être) pas inoffensif

Il n’y aura JAMAIS de preuve de l’innocuité totale de la vape. Tout simplement parce que rien n’est inoffensif dans la vie. Pollution, alimentation, médicament, cosmétique… Même le sport et la lecture font mal aux muscles et aux yeux. La cigarette électronique doit être comparée au tabac qui fait 73000 morts par an en France. Entre de simple « doutes » sur la e-cigarette et les dégâts avérés du tabac, il y a un gouffre abyssal.

Si vous attendez qu’on vous prouve l’innocuité de l’air, visitez cet article sur le site de l’ADEME et arrêtez de respirer : Plus de 80 % des Européens sont exposés à des niveaux de particules supérieurs à ceux préconisés…

2 – Il n’y a pas d’études sur la cigarette électronique

Si, si et re-si ! Il y a déjà des centaines d’études qui existent, et elles affirment sans l’ombre d’un doute que la vape est infiniment moins nocive que la cigarette. Découvrez par exemple, le site web ecigarette-research du Dr Konstantinos Farsalinos, spécialiste international de la recherche sur la e-cigarette.

On ne connaît pas les effets à long terme ? Peut-être, mais les effets à court terme sont parfaitement connus et augurent forcément du meilleur pour l’avenir. Ne plus ingurgiter le Monoxyde de carbone de la fumée, le goudron et la cinquantaine de substances cancérigènes du tabac, n’est-ce pas un bon début ? Combien pèse le doute face aux millions de morts certaines ?

3 – Formaldéhyde et acroléïne

Ces deux composés cancérigènes ont effectivement été retrouvés dans la vapeur de e-cigarette lors d’études scientifiques ou journalistiques. Comment ? En poussant à fond la puissance de la batterie et en « cramant » littéralement le liquide, voire la mèche. On produit alors des composés très dangereux, c’est prouvé.

Sauf que le goût est immonde et âcre, ça s’appelle un dry hit. C’est « invapable » et ce n’est pas une utilisation normale. Tout comme personne ne mangerait un steak calciné ou une tarte aux pommes carbonisée oubliée dans le four. Voyez sur le sujet la réaction dans Sciences & Avenir du Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue et Président de l’Office Français de Prévention du Tabagisme.

4 – C’est chimique, alors que le tabac c’est naturel !

Bien sûr ! Tout d’abord, sachez que tout est chimique dans la vie, y compris le bio. Le mot « chimie » désigne une science de la nature. Employons donc le mot « artificiel », car effectivement le propylène glycol n’est pas un fruit et la glycérine végétale ne pousse pas entre les patates et les radis. Idem pour les arômes qu’ils soient d’origine naturelle ou artificielle. Tout cela nécessite un travail de « transformation chimique » qui apporte justement une garantie sanitaire grâce à des process et des contrôles de qualité.

On sait exactement ce qu’il y a dans les e-liquides et comment ils sont fabriqués, notamment en France où les fabricants ouvrent très facilement les portes de leur usines et de leurs laboratoires. Si le tabac vous inspire plus confiance parce que c’est « naturel », voici pour rappel les composants d’une cigarette.

5 – Nicotine toxique et cas d’empoisonnement

Oui, la nicotine peut être toxique et même mortelle pour une certaine quantité ingérée. C’est pareil que l’Eau de Javel, il ne faut pas la boire ! On a tous aussi dans notre pharmacie des plaquettes de médicaments qu’il ne faut surtout pas avaler d’un coup sous peine de mort.

La quantité de nicotine absorbée dans la vapeur n’est absolument pas dangereuse. Elle s’assimile même moins vite qu’avec une cigarette, où elle arrive sous une forme « brûlée ». C’est pour cette raison que l’on vape à petite dose et plus souvent pour un apport en nicotine doux et régulier. C’est très différent du « shoot » de la cigarette. Pour en savoir plus sur la nicotine, consultez le blog du scientifique Jacques Le Houezec.

6 – L’industrie du tabac est derrière tout ça

L’industrie du tabac n’aime pas la cigarette électronique, parce que ce n’est pas du tabac et parce qu’elle a complètement raté ce marché. Aujourd’hui les principaux fabricants de cigarettes électroniques et de e-liquides n’ont rien à voir avec l’industrie du tabac. Il y a bien quelques rachats, mais ils restent rares et les vapoteurs informés évitent ces produits qui sont généralement de mauvaise qualité (cigalike). On se demande pourquoi… peut-être pour dégoûter et favoriser le retour au tabac ?

Mais face à la baisse régulière et inexorable de ses ventes de cigarettes surtout en Europe et aux USA, l’industrie du tabac est en train de sortir la grosse artillerie en activant ses puissants lobbys pour tenter de récupérer le marché. Voir ici le détail la directive tabac européenne et qui doit s’appliquer dans tous les pays de l’Union d’ici mai 2016 ! Le jour où l’industrie du tabac met la main sur la vape, elle disparaitra.

7 – La vape passive est dangereuse pour l’entourage

Avez-vous remarqué qu’une cigarette électronique ne vaporise pas toute seule ? Il faut que le vapoteur la mette en bouche, appuie sur le switch, puis aspire. Ce qu’il rejette est donc une vapeur qui sort de ses poumons, en quantité beaucoup plus faible que ce qu’il a aspiré. Elle s’éclipse en 20 secondes* maximum, et ne laisse aucune odeur, ou vraiment très peu.

Doit-on réellement comparer avec la cigarette qui se consume toute seule dans un cendrier, qui jaunie les murs et laissent une odeur pestilentielle dans les pièces et sur les vêtements ? Le Dr Farsalinos, cité plus haut, affirme qu’il est plus dangereux de rester dans une cuisine avec de la friture que dans une pièce avec un vapoteur. Faut-il interdire la friture à la maison ou dans les fast-food ?

* Excepté le cas du power vaping, qui est une forme de vape extrême et qui donne lieu à des « compétitions » de grosse vapeur entre passionnés.

8 – La cigarette électronique est interdite dans les lieux publics

Désinformation ! Il y a même depuis le 9 janvier 2015 une jurisprudence publiée sur le site de l’administration française Service-public.fr : vapoter n’est pas fumer. Vous ne rêvez pas, c’est bien le titre de cette publication de la Direction de l’Information Légale et Administrative (Premier Ministre).

Pour l’instant toute interdiction doit faire l’objet d’un règlement particulier, sachant que la référence au décret 2006-1386 du 15 novembre 2006 relatif à l’interdiction du tabac n’a aucune valeur, puisque « vapoter n’est pas fumer ». Sur le sujet, il n’y a que des effets d’annonce, absolument rien de concret.

9 – Effet passerelle pour les jeunes

Voilà une martingale que les détracteurs de la cigarette électronique adorent ! La ecig réhabiliterait le « geste » de fumer et provoquerait donc un effet passerelle pour la jeunesse. Aucune étude ne démontre ce phénomène qui n’est que théorie et supposition.

Malheureusement, les jeunes fument des cigarettes, 40% des lycéens, et ils n’aiment pas la e-cigarette, trop compliquée et plus chère que les roulées. Ce sont d’ailleurs les seules ventes qui ont du mal à baisser (les ventes de décembre 2014 sont supérieures à 2013, 2012 et 2011 !), preuve que ni les jeunes, ni les populations les plus pauvres n’ont accès à l’alternative de la cigarette électronique. Voilà un article dans la Nouvelle République « La cigarette électronique s’essouffle chez les jeunes », et un point concernant ce débat sur le site Stop-tabac.ch dirigé par le Pr Jean-François Etter.

Alors oui, il y a une passerelle entre la e-cigarette et le tabac, mais dans l’autre sens ! D’après cette étude de l’AIDUCE sur un panel de plusieurs milliers de vapoteurs, ils sont 99,6 % à être d’anciens fumeurs. C’est clair, la cigarette mène à la vape, pas le contraire ! Ce n’est pas une passerelle, mais un viaduc à sens unique pour des millions d’anciens fumeurs.

La passerelle ecig / tabac pour les jeunes est totalement injustifiée, non prouvée, c’est une désinformation scandaleuse. Et tant que les pouvoirs publics s’obstineront à rester sur cette « théorie », ils ralentiront l’accès à la vape pour les jeunes, « vice » ou « transgression » largement préférable à la cigarette. Interdire la vape aux mineurs, c’est les pousser à fumer, sachant qu’on peut difficilement compter sur les buralistes pour faire barrage.

10 – Risque d’explosion !

Certains journaux aiment publier des infos alarmantes sur l’explosion de batteries de cigarettes électroniques. Ce n’est pas de la désinformation, c’est vrai que ça peut arriver en cas de mauvais usage ou avec un appareil défectueux. Comme un téléphone, un ordinateur ou tout autre appareil qui contient une batterie. A noter que des compagnies aériennes souhaitent maintenant réglementer le transport de ecig en soute, car il y a un danger de feu si l’objet n’a pas été correctement éteint. C’est une bonne chose, si la e-cigarette reste bien entendu autorisée en bagage à main. Voir ici aux Etats-Unis.

Rappelons quand même que la cigarette est à la source de 30% des incendies, causant plusieurs milliers de victimes par an et presque un mort par jour. A lire sur le site du CNCT : les cigarettes, une cause majeure d’incendie.

Attention, la désinformation peut être mortelle pour vos proches !

La prochaine fois que vous tombez sur un article alarmant concernant la e-cigarette, repensez à cet article. Surtout si vous n’êtes ni fumeur, ni vapoteur, n’empêchez pas vos amis ou votre famille d’expérimenter la vape pour sortir du tabac, en colportant de la désinformation. A part les bénéfices de l’industrie du tabac, le business de la santé et les taxes de l’état, il n’y a aucune raison sérieuse de discréditer la vape comme alternative au tabac.