Voici le baromètre vape et politique du mois de janvier 2017. À bientôt trois mois de l’élection présidentielle, les vapoteurs constatent l’indifférence totale des candidats…

Très grand merci aux 925 personnes qui ont participé à ce deuxième baromètre vape et politique pour le mois de janvier 2017. Lors du premier baromètre de décembre, il y avait 1019 participants. C’est donc un peu moins, mais cela reste un chiffre tout à fait correct par rapport aux échantillons de sondages que l’on peut voir par ailleurs.

Que des vapoteurs

A nouveau, comme le mois dernier ce sont essentiellement des vapoteurs qui répondent : 98,9%, dont 93% de vapoteurs exclusifs. A priori des gens très impliqués, sinon militants, en tout cas des vapoteurs qui suivent de près le sujet et qui sont généralement très au fait de la réglementation et de son évolution.

Comme je le dis souvent, à commencer par moi, la vape a « permis » à de nombreuses personnes de s’intéresser de beaucoup plus près au fonctionnement de nos institutions, à la façon dont se font les lois, au travail de l’administration et à l’attitude des responsables politiques. Et trembler en pensant comment tout le reste est géré, aussi…

Peu d’espoir, tout petit…

A quelques pourcents près, les vapoteurs sont toujours aussi nombreux à penser que la vape est un sujet qui n’intéresse pas les politiques. En passant de 73 à 70%, peut-être certaines personnes ont vu des signaux positifs. Je ne suis pas au courant…

Intérêt des candidats pour la vape

Toujours est-il que l’indifférence est manifeste. Seuls 8% des participants pensent que les politique s’intéressent à la meilleure solution qui n’ait jamais existé pour combattre le tabagisme, le plus grand fléau évitable de notre civilisation. C’est étrange d’écrire ça, irréel, et pourtant c’est la simple réalité. 100 millions de morts au siècle dernier, un milliard prévu sur le siècle en cours.

Une attente toujours aussi forte

Pourtant l’attente est toujours aussi forte, autour de 90% des vapoteurs souhaitent que les politiques s’intéressent à la vape. Si tout allait bien, ce ne serait pas aussi unanime, évidemment…

Les candidats à la présidentielle et la vapeEt ils sont 70% à penser que les candidats pourraient gagner des voix avec les électeurs vapoteurs. Toute la question étant bien entendu de quantifier ces voix. En clair, combien sont les vapoteurs impliqués, et quelle est leur influence. Est-elle aussi importante que celle des buralistes, par exemple ?

Gagner les voix des électeurs vapoteurs aux présidentielles

Même si c’est un peu plus nuancé lorsque l’on pose directement la question de VOTRE vote, en additionnant les « oui » et les « peut-être », on trouve 85% des répondants qui estiment que leur vote pourrait être influencé par la question de la vape. Lorsque l’on sait qu’une élection peut se jouer à quelques centaines de milliers de voix, cela pourrait-il donner à réfléchir dans les état-majors ?

L'influence des candidats sur le vote par rapport à la vape

Globalement entre les baromètres vape et politique de décembre et janvier, on remarque une très légère baisse de l’influence que le sujet de la vape pourrait avoir sur les électeurs vapoteurs qui ont répondu à ce questionnaire. Trop peu pour se risquer à une interprétation. Globalement, la tendance est la même, très forte, les positions sur la vape, si elles sont prises, auront une influence. Et si rien ne se passe, ceux qui ont gouverné sur ces cinq dernières années paieront certainement les frais du mécontentement des vapoteurs.

Désaveu total de la politique du gouvernement

Qu’un « échantillon de population », groupe social dans son ensemble, soit à 100% en désaccord avec la politique gouvernementale, ça existe déjà, par exemple pour le scandale de l’autisme en France. Mais c’est quand même très rare, et cela devrait être une alerte majeure pour la classe politique…

désaveu politique du gouvernement sur la vape

Entre la perception « négative » et « frileuse », presque 100% des vapoteurs sont en désaccord avec la politique actuelle du gouvernement. Les intérêts de l’industrie de tabac, des buralistes, de l’industrie pharmaceutique et bien entendu la rente fiscale des 15 milliards d’euros sur les ventes de cigarettes, seront-ils encore et toujours plus forts et prioritaires face à l’avis (et la vie : pour rappel, on parle de 78 000 morts par an à cause du tabac en France) de ces citoyens qui se sont pris en charge pour sortir seuls de leur tabagisme ?

Quoi qu’il arrive sur la vape, c’est l’heure où tous les candidats ne cessent de claironner qu’ils se mettent à l’écoute « du peuple », de ses envies et de ses solutions. Séquence élection, normal. Et bien nous allons voir. Pour l’instant, aucun signaux de vapeur à l’horizon.

Un sentiment d’indifférence en forte hausse

Alors que la réduction des risques commence enfin à entrer dans le vocabulaire des politiques, notamment avec le débat sur le cannabis, et que certains candidats parlent de tabagisme, aucun mot sur la vape. Aucun mot sur la solution la plus performante pour réduire le fléau du tabagisme. 78 000 morts par an, un formidable espoir à portée de main, plébiscité, testé et approuvé par des millions de citoyens, et… pas un mot. Cette indifférence totale des candidats est largement ressentie par les vapoteurs qui ont répondu au questionnaire.

Position sur la vape des candidats à l'élection présidentielle

Assez logiquement, il y a peu de variation sur positions au « ressenti ». Les candidats qui seraient à priori les plus positifs sont ceux qui se donnent une image plutôt « anti-système ». L’équipe Hollande, dite « parti de gouvernement » est très largement désavouée (voir plus haut), Marine LE PEN, connue pour être vapoteuse, et Jean-Luc MÉLENCHON, l’ancien très gros fumeur, sortent du lot.

Candidats présidentielle positifs pour la vape

Alors qu’il n’était pas candidat au moment du premier baromètre vape et politique de décembre, Manuel VALLS arrive directement en tête des candidats ressentis comme les plus négatifs. C’est son gouvernement qui a chapeauté la loi de santé, avec une réglementation qui risque de torpiller la vape indépendante au bénéfice de l’industrie du tabac. François FILLON l’accompagne au sommet… La position de Emmanuel MACRON n’est pas brillante, même s’il parait moins négatif, c’est en fait le sentiment de son indifférence qui a bondit de 12%.

Image négative des candidats sur la vape

Très clairement, la vape, et le tabagisme en général, ne sont pas évoqués par les candidats dans le cadre de la campagne. C’est la confirmation désolante de l’incroyable « normalité » d’un génocide quotidien qui extermine plus de 200 personnes par jour dans l’indifférence totale.

Pourraient-ils gagner des voix avec les vapoteurs ?

Le candidat idéal pour la vape (et bien d’autres sujets) ne semble pas exister, mais certains pourraient gagner des voix, et d’autres, en perdre… Un peu plus de 43% des vapoteurs qui ont répondu estiment qu’il pourraient être influencés par l’un des 14 candidats proposés dans le questionnaire.

Influence des candidats sur le vote avec la vape

Le seul qui inspire une confiance en cohérence avec le ressenti « à priori » des vapoteurs est Jean-Luc MÉLENCHON. Il est moins évident que Marine LE PEN puisse « exploiter le filon » pour vraiment gagner des voix. Emmanuel MACRON et les deux « frondeurs », Benoît HAMON et Arnaud MONTEBOURG pourraient faire preuve de progressisme avec le sujet, encore faudrait-il qu’ils s’y intéressent et qu’ils en parlent…

Influence positive candidats sur les vapoteurs

Sur les candidats qui inspirent le moins confiance, Manuel VALLS tient à nouveau le haut du pavé, accompagné dans un mouchoir de poche par des candidats essentiellement de gauche. Il faudra certainement quelques années de recul, nécessaires à un peu plus de dicernement pour associer le quinquennat de François HOLLANDE à l’un des ratés les plus spectaculaires de l’Histoire de la santé publique.

Finalement, c’est aujourd’hui avec 15 ans de recul, que les spécialistes, de tous bords confondus, reconnaissent l’action de Jacques CHIRAC avec la hausse spectaculaire des prix du tabac au début des années 2000…

Influence négative candidats sur les vapoteurs

Pour le prochain baromètre vape et politique du mois de février 2017, les primaires de la gauche seront passées, le choix sera plus restreint. Ce sera plus facile de répondre au questionnaire. Quant à savoir si le sujet sera apparu dans les discours, voire dans les programmes santé, on verra…

Candidat, tu veux un plan anti-tabac ?

34% de fumeurs en France. Lutter contre le tabac, le veulent-ils vraiment en fait ? C’est la vraie question. Le prochain gouvernement envisagera t-il un plan vraiment efficace au risque de réduire les 15 milliards d’euros annuels de rente fiscale ? Prendront-ils la décision de mécontenter l’industrie pharmaceutique qui se gavent sur les malades du cancer, la BBCO et autres maladies du tabac ?

Toujours est-il que s’il fallait monter un vrai plan anti-tabac, un plan qui permettrait d’obtenir des résultats spectaculaires, même sur le temps très court d’un quinquennat, voilà, il est là, ci-dessous. Non seulement les cinq mesures phares, mais aussi le dosage.

C’est tellement évident. Les vapoteurs sont parmi les meilleurs experts de la sortie du tabagisme, victimes du tabac, expérimentateurs, observateurs. La lucidité de ce « peuple » de la vape est stupéfiante au regard de l’inconséquence des décideurs. Le jour où un PNRT (Plan National de Réduction du Tabagisme) suivra ces recommandations, les résultats seront au rendez-vous. Sans aucun doute !

Mesures utiles pour un plan anti-tabac

Mais les responsables politiques veulent-ils vraiment des résultats ? Entre compromission avec les lobbys industriels et contraintes de budget, le doute est permis. Si Monsieur ECKERT, ministre du budget, se rend chaque année au congrès des buralistes, Marisol TOURAINE, ministre de la santé, n’a jamais reçu une association liées à la vape, professionnels, scientifiques ou consommateurs. Toujours est-il que le jugement des vapoteurs est sans appel sur les mesures actuelles et les positions (les rêves ?) des ayatollahs anti-tabac.

Mesures inutiles dans la lutte contre le tabac

Rappelons que l’OMS recommande aux états de torpiller la vape. Que les associations anti-tabac françaises passent aujourd’hui plus de temps à dénigrer la cigarette électronique qu’à lutter contre le tabagisme. Que Tabac Info Service profère des mensonges sur la qualité de la nicotine dans les e-liquides.

Quant au paquet neutre, sur le principe, les vapoteurs ex-fumeurs ne sont plus du tout concernés. Par contre, ils savent bien à quel point cette mesure n’aurait eu aucun impact sur leur consommation. La ministre de la santé Marisol Touraine l’a concédé elle même dans une émission radio il y a un ou deux ans, la mesure viserait essentiellement les jeunes.

Mais au fait, juste comme ça, parce que ça me traverse l’esprit… Concernant la consommation de cannabis très forte en France. Y’a t-il du marketing, du graphisme et des marques pour le chichon et la weed ? Il me semble, sauf erreur, que les « emballages » sont très « neutres », non ?!

Prochain baromètre vape et politique février 2017

Je lancerai le nouveau questionnaire après les primaires de la gauche. Pour être averti, inscrivez-vous à la VapNews du dimanche soir.

Un grand merci à toutes les personnes qui ont répondu aux deux premiers questionnaires de décembre 2016 et janvier 2017. Comme pour toutes les actions que mènent les vapoteurs, cette démarche de baromètre est une documentation pour l’Histoire et une volonté d’information à destination des candidats et de leurs équipes.

Le prendront-ils en compte ? C’est à eux de juger. S’ils ne le font pas, c’est un signal sur leur capacité d’écoute réelle de la population au regard des discours et des promesses sur tous les sujets, bien au-delà de la vape.

Pour ceux qui veulent explorer les données détaillées du baromètre : Vape-et-politique-barometre-1701.pdf